Constellations, le jeu qui explore les relations multiples - par Gender games - fin le 12 novembre

Polyamour, non-exclusivité, relation libre, monogamie, …
200 situations à découvrir ensemble !

Le principe du jeu est super simple : un plateau qui est une Galaxie des Émotions, des cartes situations tirées de vraies relations et hop c’est partie pour une soirée de rigolade ou plutôt de discussions posées en fonction de votre énergie.
Ce qui revient souvent c’est que c’est un super outil pour briser la glace quand on est avec des personnes qu’on connait peu ! Et puis pour faire de l’introspection, mieux se connaitre et découvrir les autres.

Pledge : 5 € (pnp), 32 € fdpin


La page KS : https://www.kickstarter.com/projects/gendergames/constellations-a-game-to-explore-relationship-multitudes

Ce n’est pas un jeu très ludique, mais très sympa pour lancer les discussions (j’ai testé le mini-pnp avec une dizaine de cartes, ça nous a occupé la soirée).

Il reste qu’une poignée de jours pour boucler le financement.

1 « J'aime »

quelques messages au sujet de ce jeu ici:
https://forum.cwowd.com/t/ces-jeux-sans-topic/5528/5672?u=fabrice

1 « J'aime »

Vu la haine déversée ici sur le sujet de l’écriture inclusive, j’hésiterai presque à poster ça ici mais bon, pour être exhaustif :

https://www.kickstarter.com/projects/gendergames/constellations-a-game-to-explore-relationship-multitudes?ref=cwowd

Est-ce vraiment un jeu ?

Parce que le principe « une situation, une discussion », c’est au niveau de la discussion au bistrot

6 « J'aime »

Puisque mon propos semble-t-il est trop XIXeme siècle, je l’autocensure / edit …

Ce discours des porteuses du projet visant à faire passer les monogames pour des archaïques me donne la nausée…
C’est presque sectaire : "allez rejoins nous dans la grande communauté des partouseurs (pardon, polyamoureux), le couple c’est tellement XIXeme siècle… "

Edit : j’assume totalement le fait de parfois passer pour un vieux con réac’. Cet avis ne reflète que mon humble opinion et n’a pas pour but d’offenser qui que ce soit.

15 « J'aime »

Tu avais raison @Romn ca n’a pas trainé …

5 « J'aime »

Complètement, moi c’est plutôt ta réaction que me dérange

2 « J'aime »

Ça par contre c’est une vrai question.
J’ai survolé la page d’assez haut mais je m’interrogeais aussi sur le potentiel ludique du truc.

1 « J'aime »

En fait, non, je maintiens mon propos, parce que je ne vois pas en quoi mon propos serait insultant pour qui que ce soit. J’ai aussi le droit de pouvoir exprimer une opinion, même si elle n’est pas « mainstream ».

@Fabrice, je me fais un peu l’avocat du diable, mais, morceaux choisis :

« Et si on s’émancipait du modèle monogame unique pour construire ensemble des relations affective, amoureuses et sexuelles qui nous ressemblent ? Et si on se concentrait sur le dialogue, la transparence, l’expression de ses émotions, la créativité et l’envie de construire ensemble des relations multiples respectueuses de chacun·e ? »

L’intention est louable, mais le discours repose, à mon avis, sur une opposition sous entendue. En gros la relation monogame ne serait pas ouverte au dialogue ni créative en ce qui concerne le rapport aux autres. Du coup, pour ouvrir le dialogue et sortir du carcan des idées archaïques, il faut prôner les relations polygames / polyamoureuses. Autant je conçois que d’autres puissent y trouver leur bonheur (j’ai eu une de mes instit’ qui vivait en trouple, et ce dans les années 80, une période moins tolérante qu’actuellement), autant je peux aussi prétendre à la liberté d’être monogame et n’y voir aucune contrainte, fermeture d’esprit ou privation de quelconque libre arbitre. C’est mon choix, et même s’il se conforme au modèle majoritairement établi, cela ne bride en aucune manière mon ouverture d’esprit.

« Nous n’avons jamais voulu appartenir à nos partenaires, ni être l’Élue de quelqu’un·e. »

Très bien. Mais étant monogame en couple, marié (religieusement de surcroît), je considère n’appartenir à personne et la femme qui m’a choisi ne m’appartient pas davantage. Autrement dit la vision portée par les autrices sur mon mode de vie s’apparente à un jugement basé sur l’ignorance totale de ce que je suis, de ce que je vis. Pas mal pour des personnes qui prônent la tolérance…

« Gender Games, c’est une maison d’édition de jeux féministes et inclusifs […] »

Super. J’espère juste que le fait d’être un homme blanc cisgenre hétérosexuel monogame n’est pas un motif de non dialogue car appartenant au groupe dominant et oppresseurs (#ironie).

23 « J'aime »

Je me contenterai juste de signaler ton post à la modération et te laisser débattre tout seul

1 « J'aime »

@Fabrice Pas la peine, je l’ai auto censuré (visiblement les leçons d’evergreen n’ont pas été retenues).

Edit: en fait non, je ne censure pas mon propos, justement au nom du droit à une opinion différente. Je me contenterai de le modérer.

L’ouverture d’esprit revendiquée, ça doit aller dans les deux sens, et non pour que les victimes d’autrefois prennent leur revanche… À mon sens, ce n’est pas ça le féminisme. Je ne porte pas de jugement, mais qu’on ne vienne pas porter de jugement sur mon mode de vie…

Extrait du texte fondateur de l’observatoire du décolonialisme, à méditer :

« C’est précisément parce qu’il est crucial de combattre les discriminations racistes et sexistes dans notre société qu’il est nécessaire de combattre ces nouvelles formes de fanatisme. Celles-ci s’autorisent de nobles causes sans apporter aucune solution valable aux problèmes soulevés. De surcroît, ces nouveaux militantismes fanatiques procèdent à de curieuses inversions. Au nom de l’« antiracisme politique », on revendique des identités raciales et on assigne les individus à leur « blanchité » ou à leur non « blanchité ». En prétendant développer une écriture « inclusive », on entend imposer une orthographe contraire aux fondements de la langue, impossible à enseigner, et donc profondément excluante. Au lieu de développer un savoir situé socialement et historiquement, on prétend enfermer tout savoir dans un genre, une race, une culture ou un âge, qui se trouvent ainsi essentialisés en identités. Ce n’est pas ainsi que l’on combat le racisme, le sexisme ou les inégalités à l’intérieur d’une nation ou entre les nations. Et cet identitarisme qui progresse au sein de l’Université menace en retour de faire progresser d’autres formes d’identitarismes en dehors de l’Université. »

3 « J'aime »

XIXème siècle, je pensais pas qu’on avait un centenaire sur le forum :grin:

Encore un effort et tu dépasses Jeanne Calment

3 « J'aime »
4 « J'aime »

Nous n’avons visiblement pas la même opinion sur ce sujet… C’est aussi cela la richesse d’un forum…

Je serais plus mesuré, disons : cet « observatoire », il me paraît important de savoir d’où il parle… Et qui parle par sa bouche.
Je trouve l’article d’arrêt sur images intéressant et bien fait à ce titre. Et d’ailleurs, les droits de réponse à lire en fin d’article permettent aussi à chacun de juger, et de se construire son avis le plus éclairé possible.
Je trouve à titre personnel que certaines des inquiétudes et postures relayées par cet « observatoire » sont justes. D’autres, plus hasardeuses, et surtout avec un grand risque de récupération ultraconservatrice et d’extrême-droite (c’est jamais bon quand Valeurs Actuelles t’aime bien !).

Bref et comme d’hab : on ne peut pas faire l’économie d’une réflexion personnelle sur la base des propos rapportés de part et d’autre. Et c’est heureux ! :wink:

6 « J'aime »

Tu as oublié de mettre les termes « mielleux » et « condescendant » pour être tout à fait exact sur les propos d’origine

On a le choix entre la haine et la doxa, c’est donc ça :thinking:

C’est bien pour ça que je precise avoir édité mon propos. Ayant réagi à vif, je modère, je nuance, bref je reconnais un certain emportement qui infirmait le reste de mon propos. Je te remercie d’ailleurs de m’avoir permis cette auto critique en appuyant là où ce n’était pas correct.

2 « J'aime »

Moi qui suis fervent défenseur du fait de faire exister une diversité de mode de relation, et de ne pas se cantonner, par automatisme, à la monogamie exclusive, je suis plutôt d’accord avec Hypnos.

Le jeu semble difficilement pouvoir s’adresser à des personnes non poly amoureuses. La page emploie le vocabulaire de niche de ces milieux… s’adresse à une cible bien spécifique. Comme si les autrices n’étaient pas consciente de leur existence médiatique plus générale. C’est comme les féministes qui parlent à la TV comme si elles étaient en réunion non mixte, entre personnes expertes du sujet ayant des références en commun.

Il me semble que la présentation du jeu est maladroite, car trop dirigée vers une cible qui n’est pas celle de KS en général, et qu’elle ne prend pas bien en compte la diversité de ce public.

Après, il me semble que le plus simple reste de se dire « ok, c’est pas pour moi, next »

7 « J'aime »