Hier j'ai joué à un jeu non crowdfundé et c'était bien aussi

J’oubliais :

Cerbère

3 joueurs, 3 parties, 30-45minutes au total

Tellement l’habitude d’associer La Boîte de Jeu à la série It’s a Wonderful World/Kingdom qu’en sortant Cerbère, j’ai eu la surprise de voir leur logo. Boucle temporelle, je me refais la même remarque que lors de son achat (j’avais déjà IAWW). Ou sénilité, allez savoir!

En gros, j’epargne tous les détails, on a un plateau contenant une piste linéaire (ou presque, avec de très légères variations type raccourci utilisable que pour le premier joueur, etc., selon extension ou pas et selon les plateaux modulaires choisis) où les joueurs commencent en bas et de case en case doivent s’échapper des enfers en allant tout en haut, sur la case bateau. Chaque joueur, à son tour, joue une carte de base puis de façon optionnelle une carte Survie ou Trahison, faisant souvent avancer ou reculer un ou des joueurs autres ou le joueur lui-même de 1 ou 2 cases.

Première fourberie de Scapin, les cases bateaux. Il y a 3 tuiles bateau, ayant respectivement 1, 2 et 3 places libres. Elles sont posées face cachée en toute fin du parcours mais une seule case réellement accessible par les joueurs. Une des actions du jeu est de regarder une de ces tuiles ou bien d intervertir la position de 2 bateaux sans les regarder.
Afin de fuir, le bateau qui sera accessible devra etre totalement rempli. On voit déjà qu’il y aura des laissés-pour-compte.

Deuxième fourberie, le système de jeu fait avancer le Cerbère à certains moments. Le molosse s’arrête dès qu’il attrape quelqu’un même si son mouvement allait au-delà. On peut donc faire reculer une personne pour faire office de bouclier en cas d’avancée imminente du chien!

Nouvelle joyeuseté, les premiers joueurs rattrapés deviennent alors des alliés du Cerbère, jusqu’à un certain nombre. L’occasion pour ces personnes de se venger !

Bon gros bordel ambiant, coups de bluff quand un joueur indique que la barque active à tant de places, alliances provisoires avec, je le rappelais, possibilité de mentir lors des accords (genre si tu m’avances ce coup-ci, je t’avancerai à mon tour, droit de ne pas tenir parole même si tu m’as avancé, je ne suis pas obligé) pour ralentir la progression de Cerbère (il a une piste et un compteur dédié, régit par le système de jeu).

Très sympa, on passe du temps à argumenter, plein de mauvaise foi, c’était vraiment marrant.
Sauf que nous n’étions que 3 malheureusement cela diminue considérablement l’intérêt et plaisir du jeu. A 5-7 il doit être vraiment excellent, pour peu que les joueurs jouent le jeu.

Première partie mains ouvertes, deuxième partie pour ambiancer je précipite les 2 autres dans la gueule de Cerbère mais comme c’était en début de partie, il ma rattrapé peu de temps après.

Dernière partie, je deviens le seul survivant vers le milieu du parcours mais on interprète mal les règles faisant que je me handicape à ne jouer que les cartes dont je pouvais résoudre intégralement les effets alors qu’en réalité, seul le coût doit etre payé intégralement. Les effets peuvent être appliqués partiellement. Genre si la carte me fait avancer de 1 case puis avancer 1 joueur allié, il avait été conclu que pas possible alors qu’en fait si. Bon, c’est surtout les autres qui avaient voté ainsi malgré mes arguments autorisant les effetd partiels. Toutefois l’essentiel était de rigoler donc pas de soucis.
Cevi dit, je meurs à 2 cases du bateau, baroud d’honneur !

D’ailleurs, il subsiste des petits doutes par exemple quand une carte indique un effet pour un joueur allié puis un effet sur un joueur allié. Il me semble que dans ce cas le joueur allié doit obligatoirement être différent.
Je regarderai les règles plus en détail la prochaine fois, maintenant que je suis un peu familiarisé avec le jeu.
En tout cas j’ai bien aimé et espère y jouer à au moins 5 la prochaine fois.

5 « J'aime »

Merci beaucoup ! Je vais opter pour Mot Malin :+1:

1 « J'aime »

Au contraire c’est un simulateur de ceinture de chasteté :grin:. Mais pas belge sinon ce serait paku une fois.

Et @lt_remus pourtant c’est on ne peut plus simple :rofl: . Maintenant c’est un jeu frénétique donc c’est « fatiguant », c’est sans doute pour ça que ton animateur était HS (ou il avait passé trop de temps à consommer du Vindjeu comme tu dis)

En effet, c’est vraiment bien à partir de 5. A 3 on avait essayé, mais franchement y a pas le même sel, on lui préférera autre chose.

1 « J'aime »

J’ai joué à star realms frontières (mode coop) et j’aime beaucoup, rapide et fun. En même temps j’adhère complètement à hero realms.
Je crois qu’en ce moment je suis très orienté jeu rapide sans trop prise de tête surtout côté deckbuilding.

j’ai joué a 3 a Bristol et c’était vraiment bien, bon à 3 le côté rôle caché dure quelques tours mais ça me tarde de le tester a plus

T’as misty qui marche bien chez moi mais faut un peu de place sur les tables

1 « J'aime »

Justement on a joué à Punto hier soir avec mon beau-frère et sa copine et pour un JQPELFDP il a bien été rentabilisé, c’est franchement sympa.
JQPELFDP: jeu qui permet d’éviter les frais de port.

2 « J'aime »

Gros week-end jeu par ici.

  • Lorenzo le magnifique dans sa big box récemment sortie.

Je fais découvrir à mes comparses. J’en ai déjà deux dans les pattes, mais à deux. Il s’agit d’un placement d’ouvrier à moteur. Plusieurs particularités : la force des ouvriers varie à chaque début de tour grâce à un lancer de dés (une ressource permet de modifier cette force) et bien sûr plus les ouvriers sont forts plus ils ont d’actions disponibles ; il n’y a pas de phase de revenu, c’est une action à déclencher ; tous les deux tours, il faut atteindre une certaine valeur de piété pour ne pas subir des malus très pénalisants (par exemple, tous vos ouvriers ont une force réduite de 1). La principale action consiste à récupérer des cartes qui soit augmentent notre revenu, soit octroient des bonus permanents ou immédiats.
Ca tourne très bien, c’est très tendu et varié dans les stratégies. La contrainte sur la piété est dure à réussir mais oriente bien le jeu. Vraiment plaisant. Seul reproche : une big box qui est juste l’accumulation de tout ce qui existe sans un livret de règle unifié, ni aide de jeu. Quand on joue avec les extensions, il faut par exemple aller fouiller à plusieurs endroits de la règle pour comprendre les cartes.

  • Black Angel

Je leur fait aussi découvrir cette « suite » de Troyes. On retrouve beaucoup de similitudes, mais dans deux jeux très différents. L’un des joueurs se rue sur les dès supplémentaires et se rendra compte que ce n’est pas très lucratif : on passera notre temps à les lui piquer. C’est bien plus facile à faire dans celui-là, alors que c’est très couteux dans Troyes. Autre différence : le plateau espace et ces actions éphémères que l’on peut déclencher tant que la carte n’a pas été expulsée. C’est assez déroutant et l’évaluation de la puissance des cartes est rendue complexe. C’est d’ailleurs ce qui me fera gagner : connaissant le jeu, j’ai une meilleure lecture de cet axe là. Dernier aspect, les technologies dont le fonctionnement est là aussi un peu inhabituel avec cette matrice dont on peut déclencher les lignes ou les colonnes en début de son tour. Bref, dit comme ça, ça fait sûrement peur, mais ça fonctionne très bien, c’est juste pas évident à la première partie.

  • La Granja

On continue avec Pearl Games, avec ce jeu que je n’avais pas sorti depuis longtemps. Je laisse un pote expliquer au troisième et je ne fais pas gaffe qu’il oublie une règle essentielle (on score le niveau de chaque charrette que l’on termine). On ne s’en rend compte qu’au 5e tour sur 6. On termine quand mm, le jeu étant très plaisant. Le choix de l’utilisation des cartes est savoureux, tout comme la gestion de l’argent qui est très tendue. Le seul bémol est que le jeu permet de faire plein d’actions « gratuites » et qu’il est assez facile de s’embrouiller.

  • Exodus Seeders

On ressort ce jeu que l’on avait découvert à Essen 2017 et sur lequel on avait eu un coup de cœur. Les trois extensions précommandées en 2018 sont enfin arrivées, c’est l’occasion de s’y remettre. Bon, ce ne fut pas tout à fait une réussite, puisqu’on a arrêté la partie au 3e tour sur 4. Il y avait une incertitude dans la règle de l’extension qui a eu pour conséquence de larguer un de nos joueurs. Après l’emballement du festival, les parties suivantes avaient été moins convaincantes et j’ai retrouvé les mm travers cette fois-ci. Le jeu demande pas mal de réflexion (notamment durant la phase de sélection des cartes dans laquelle on pose chacun six jetons qui génèrent de l’influence pour s’octroyer les cartes disponibles) tout en étant assez chaotique avec des effets take that très très violents qui peuvent réduire à néant tout un tour. C’est très frustrant et comme le jeu est assez long ça donne un mélange pas très heureux.
Pour donner un exemple, un tour dure une bonne demi-heure à l’issue de laquelle chaque joueur va à tour de rôle jouer toutes ses cartes. Ce n’est qu’une fois que tout le monde a tout posé qu’on compte les points du tour. Mais, il est tout à fait possible qu’après avoir joué son tour, un joueur détruise l’une ou l’autre de nos cartes et qu’on se retrouve sans rien ou presque. Il est très difficile de se prémunir contre ce effets, à part en jouant dernier. A cela s’ajoute la surprise des carte qui ont été draftées en début de tour. « Coucou, j’ai first pick, ce truc qui te roule dessus sans que tu saches ni que tu puisses y faire qqch. Happy ? »
Le truc paradoxale est qu’on a passé un très bon moment ! Mais, je ne pense pas que le jeu ressorte de sitôt.

  • Cthulu Realms

Au moins 15 parties dans le we de cet excellent deck building. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un DB à rivière issu de la famille des Star et Hero Realms. La principale différence est qu’il n’y a que 3 couleurs, pour le reste c’est quasiment identique (je vous renvoie ici pour plus de détails.). La variante à trois est bien fichue : 1/on a des rivières de trois cartes entre chaque couple de joueurs et on ne peut bien sûr acheter des carte que dans les rivières à côté de nous ; 2/ quand on tape, on tape sur tout le monde, les parties sont donc très dynamiques. Le petit défaut est que le jeu ne repose que sur des icones et qu’elles ne sont pas toujours faciles à comprendre lors des premières parties. Une fois l’effort fait, c’est bien plus fluide, mais ça demande de s’y mettre.
Le nombre de partie parle de lui-même, c’est du tout bon.

10 « J'aime »

Merci Fluflu pour ces précisions. Y’a pas d’autres diableries, comme des cartes dont les couleurs ne sont pas exactement les mêmes, ce genre de chose ? Je me rappelle avoir lu par exemple que les noms italiens n’avaient pas été traduits dans cette édition, alors qu’ils l’étaient dans la VF de la boîte de base… Un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup.

Avec plaisir !! Si on veut convertir ces vils améritrasheurs, il faut se donner un peu ! :yum:

L’édition est propre à part cette histoire de règles. Les noms sont effectivement en italien, mais je trouve ça thématique donc pas de pb pour moi. La seule erreur supplémentaire est que le fluff des leaders dans la règle française a été laissé en italien. C’est thématique aussi, mais plus difficilement compréhensible !

Museum ?
:arrow_right: :door:

Together we stand ! :fist:

1 « J'aime »

Horreur à Arkham, Cthulhu Realms, Cthulhu Death May Die et autres peuvent aller se rhabiller devant la nouvelle référence !

Stick Chameleons m’avait intrigué, le principe semblait bien amusant pour les enfants/moins grands qui ont conservé leur âme d’enfant.
Ici dans Sticky Cthulhu le côté fun semble toujours là. Bien que l’association entre thème et mécanique paraisse improbable sur le papier, dans les faits cela peut être marrant, surtout pour les fans afin d’introduire doucement/convertir son entourage à cet univers particulier !

EDIT

While IELLO has had a lots of great strategy games and coop games in the past few years, they still have retained their love of whimsical French games.

:rofl:

Ca me rappelle, dans le genre jeu de grosse déconne, que j’avais pris Yogi et Yogi Guru, où il faut piocher ou tenir des cartes d’une certaine façon, tous les gages se cumulant et pouvant provoquer positions et situations inconfort… hilarantes!

Les illustrations me faisaient bien marrer aussi, le Hadoken, le Bruce Lee, le luchador (catcheur masqué mexicain), etc.
Par exemple :


Je n’ai malheureusement pas encore pu l’essayer car pas pu le sortir avec le groupe d’amis appréciant ce genre de jeux puis les confinements et gestes barrières sont arrivés.
Ce jeu n’est pas vraiment le plus conseillé en périodes de gestes barrières!

2 « J'aime »

Gus de GusAndCo a traduit un article US (Slate) intéressant sur Elizabeth Hargrave et Wingspan, article initialement publié il y a quelques jours.

5 « J'aime »

Oui, je l’ai lu. Très bien effectivement

Bingo, j’ai revendu Wingspan la semaine dernière !

23 messages ont été scindés en un nouveau sujet : Cartaventura

Article sympa.
Après je ne vois pas en quoi Wingspan serait un jeu moins compétitif que d’autres hormis que le public qui y joue n’est pas le même et est peut-être, lui, moins compétitif.

1 « J'aime »

L’article sur Wingspan, j’ai arrêté de le lire après la description de Scythe… :crazy_face:

Non sans rire, bel article, mais bon je sais pas combien j’en ai lu qui te parlent de l’essor du jds, et franchement, je suis pas sûr que ce jeu soit à ce point une icône de cet essor. Je pense plutôt que les petits jeux efficaces à 20-30€ max permettent cet essor, qui est en marche depuis un moment, et dont Wingspan a profité pour faire un tel score.

1 « J'aime »