Hier j'ai joué à un jeu non crowdfundé et c'était bien aussi

Je vais le chercher tiens… L’été est propice à ce genre de petits jeux.

2 « J'aime »

Absolument génial ce jeu. Il est ressorti en version plus ou moins deluxifiée il y a deux ans je crois. J’aime bizarrement moins que la version originale alors que c’est plutôt joli, mais franchement ce n’est pas le plus important.

1 « J'aime »

Retour du grand « weekend » de jeu bourguignon, donc voilà un CR avec en vrac plein de choses, crowdfundé ou non.

Bus
CR Déjà écrit ci dessous ! Je vous ajoute une photo, qui ne passait pas dans le bled paumé où j’étais. J’aime toujours autant cette DA, comma la nouvelle version d’Age Of Steam. Simple et efficace, épuré. le flat design au service de la lisibilité, c’est élégant.

Blot
Fan de jeu de plis, et aimant beaucoup Biotope, je m’étais jeté sur cette dernière sortie, et clairement j’en sors déçu. Je l’ai joué à 5 joueurs, et je pense que c’est mieux à 4. Je lui redonnerai une chance bien sur, mais dans le petit milieu ultra concurrentiel du jeu de pli, il ne sort pas du lot.
Il a de bonnes idées pourtant !

Comment ca marche ?

  • Le jeu est réparti en 4 couleurs, avec un nombre de carte adapté au nombre de joueurs : 8 par personne. On a donc une main de 8 cartes par manche
  • Sur la table 4 disques au couleur des cartes représentent 4 zones pour les plis
  • A son tour, soit on ouvre un pli dans une zone encore vierge, soit sur un pli déjà ouvert
  • La couleur du disque correspond à l’atout pour ce pli spécifiquement
  • Le fait de gagner des pli se fait de manière classique
  • On joue 8 pli au total, chaque disque étant joué deux fois (une fois on le retourne, et l’autre fois on le « score »)
  • Tout le monde ne joue pas forcément le même nombre de carte sur chaque pli ! le jeu est libre, il faut juste positionner sa carte en l’orientant face à soi pour savoir qui a joué quoi.
  • Le scoring est représenté par 4 cartes, qui font des points positifs ou négatifs. Par exemple : 2pts par paire de carte de la couleur X. Comment on détermine X ? C’est le joueur qui « score » le disque, donc qui cloture le second pli sur ce disque, qui va choisir à quel carte est attribuée cette couleur.
  • On score tout de même 3 pts par pli remportés

Au final, cela donne une sensation de scoring un peu chaotique, et pas forcément corrélée au fait de « bien » jouer. On pourrait croire à un dilemme incroyable de devoir choisir sur quel pli jouer, mais au final, avec la possibilité de couper tout le temps, c’est les personnes qui ont gardé les 10 d’atout qui décident de ce qui va scorer comment.

=> Dans le genre, je préfère largement Ghost of Christmas, qui propose dans le même genre de jouer 3 plis, mais avec plus de controle, plus de finesse !

MindBug avec extensions
Je ne représente pas mindBug, le principe est simple. Jeu de carte en 1v1, où lorsque je joue une carte, mon adversaire a la possibilité de me la voler. Je dois donc m’assurer d’avoir moi-même un contre pour mes cartes puissantes avant de les jouer, car elles peuvent se retourner contre moi.

Les deux extensions ne changent pas grand chose au jeu de base, mais permettent d’ajouter de la variation. Tout est intéressant, de quoi refaire quelques petites dizaines de parties de ce jeu ultra rapide.
Evolution propose quelques cartes « pokémon » qui évoluent deux fois. On a peur de les jouer pour ne pas se les faire prendre, et en même temps, tant qu’elles n’évoluent pas elle sont nulles et fragiles. les voler, les tuer, on hésite à savoir quoi faire, mais en tout cas elles forcent à réagir.
Eternité propose de renforcer des cartes en puisant dans les défausse de n’importe quel joueur. Ca exploite donc une partie peut utilisé dans le jeu de base, de savoir si parfois on ne préfère pas une créature sur le terrain que dans la défausse.

Horseless Carriage
Un weekend jeu qui ne comporte pas deux splotter dans une même journée, ca serait triste. Voilà ue photo de début de partie, c’est dommage que je n’ai pas pris à la fin, parce que c’est sacrément plus de bordel sur la table, au bout de 3h à remplir le marché (cette grande grille au milieu), et à agrandir nos lignes de production (les plateaux en face de chaque joueur.

Horseless Carriage est le dernier jeu des incroyables auteurs derrière l’éditeur splotter : Bus, Foodchain Magnate, Indonesia, Antiquity… Donc des jeux sans hasard, sans pitié envers les erreurs, brillants par leur originalité et à l’ergonomie tout droit venue des années 80.

Premier point : Ce jeu est une purge à installer. J’y vaait joué il y a 6 mois, et j’ai pris plus de temps à le mettre en place qu’à l’expliquer, avec cette quantité énorme de matos, et la mise ne place écrite avec les pieds sans la moindre illustration (!!!)

Second point : Ce jeu est une merveille à jouer

Comment ça marche roule ?
Le but est de faire le maximum d’argent, c’est tout ce qui vaudra des points à la fin.
On fait de l’argent en vendant des voiture (1) qui correspondent aux besoins (2) des clients (3)
(3) les clients sont placés par les joueurs, via une phase où on joue des cartes, directement sur la grille
(2) les besoins sont déterminés par l’avancement sur des pistes de technologies, et vont faire l’abscisse et l’ordonnée de la grille de marché au centre
(1) les voitures, c’est le coeur du jeu. pour créer une voiture, on gère un puzzle spatial régi par de nombreuses règles que je vous épargne ici. L’idée étant qu’on place (1a) des tuiles correspondant à des technologie(1b), que l’on a débloqué ou non.
____(1a) la place est bien l’enjeu ici. On ne paye jamais rien. On prend tout ce qu’on veut, autant qu’on veut, tant qu’on a la place de le mettre. mais les pièce sont grosses, et surtout, on a peur de se bloquer. Les tuiles sont structurés en 4 types (A,B,C,D), et on va tenter de mettre tous les A d’un côté, tous les B d’un autre, etc. C’est vraiment un puzzle difficile, où la gestion entre court terme et long terme fera toute la différence entre les joueurs
____(1b) Le système pour avoir accès à des technologie est très malin. Si je suis premier jouer, j’ai accès à toutes les technologies auquel au moins 1 joueur à accès. Si je suis deuxième, j’ai accès à toutes les technologies auquel au moins 2J ont accès, ect. La vente, elle, se fera dans l’ordre inverse du tour !

Au final, j’ai toujours d’aussi bonnes sensations sur ce jeu, très exigeant et très intéressant. Tout le monde autour de la table a bien aimé au final, mais il y a eu tout de même de la douleur dans le fait de subir toute la partie ses mauvais choix du début. C’est une qualité de ce splotter, par rapport à d’autres. Même lorsque l’on perd, on continue à faire des choses, et on garde un challenge intéressant à échelle individuelle, même si on est plus vraiment en course avec les autres. Ce n’est pas moi, le plus expérimenté, qui gagne, mais une excellente joueuse qui a su comprendre hyper vite toute la finesse du puzzle proposé.
L’édition est toujours le point noir. Nos chaines de production peuvent etre détruite par n’importe quel bout de manche qui traine, ce qui ruine la partie. La vente sur la marché se fait avec des fenetres. Passionnant en terme de gamplay, mais horrible à placer et récupérer sans tout décaler dans le marché. La plateau est trop grand, plein de place est inutilisée, les piste sont trop grosses… Dans un jeu où chaque joueur va agrandir son usine au fur et à mesure dans n’importe quelle direction, avoir un plateau centrale qui prend trop de place, c’est vraiment pénible.

Planet Unkown
Il y a déjà eu plein de CR dessus, je n’ai pas grand chose à ajouter. Mon avis est que OK ca marche, mais je n’ai pas eu grand plaisir. Je suis de plus en plus exigeant avec ce genre de jeux. Aucune originalité, on pose des tuiles pour monter sur des pistes, et on essayer de remplir au maximum et au mieux. La seule force est de pouvoir jouer à pas mal de monde en simultané, mais comme on joue dans son coin, on aurait pu faire 3 patchwork en parallèle plutôt que planet unkown, on aurait tout autant joué ensemble.

After Us
Là, c’était carrément mauvais, pas juste OK. L’idée de carte qui s’appairent pour faire des effets est intéressante, et les dessins sont jolis. Tout le reste c’est du hasard.
C’est une sorte de deckbuilding où on achete des cartes uniquement au hasard (??). Il est proposé des cartes bof qui coutent 3, et des cartes très fortes qui coutent 6. Au premier tour, tout le monde passe l’achat, pour acheter à 6. Et on achètera uniquement des cartes à 6 pendant toute la partie, en étant content quand on achete par hasard une carte bien adaptée au moment de la partie, et en étant quand on pioche au hasard des cartes qui vont bien ensemble.
On avait déjà entend tous les mauvais retours avant de se lancer dans la partie, on attendait rien, et on a tout de même été déçus.

Space Base


Le miniville de John D Clair, auteur que j’aime beaucoup. On a 12 emplacements, a son tour on jette deux dé, et on active soit la somme pour un effet plus fort, soit les deux numéros pour deux effets plus faibles. On gagnera surtout de l’argent, pour acheter des cartes. Si j’achète une carte qui se place en « 3 » Sur mon plateau, je glisse la carte qui y était sous mon plateau joueur, en laissant visible son effet passif. maintenant, je gagnerai son pouvoir passif dès qu’un autre joueur fait un 3 ! On gagne de l’argent au début, puis on essaye de faire des points. Ca marche toujours très bien.
Par contre, on a y a joué à 5, le maximum, et je pense que c’est une mauvaise config. La partie m’a paru vraiment longue pour un jeu aussi léger (1h30), et avec 4 tours passifs avant son tour actif, on a vite gagné beaucoup d’argent, et acheté uniquement des cartes fortes, en court circuitant la progression du jeu.

Inventions


3ème partie du dernier Lacerda, que je trouve toujours très bon. Beaucoup de choses à gérer, et pourtant on ne se perd pas, ca reste cohérent et fluide, sans presque aucun retour aux regles. Elle sont imparfaites dans leur conception, mais ca reste tout a fait jouable. On se doit d’être plus exigeant sur les lacerda cependant, l’éditeur a montré qu’ils ont les moyens de faire mieux. @Transludis a démontré que la VF de la regle (qui a des erreurs mais rien qui m’ai bloqué) a été faite en utilisant google traduction. Il me semble parfaitement inacceptable que sur des produits que j’imagine ultra rentable comme les lacerda on fasse une croix sur la déontologie pour gagner du temps ou de l’argent.

Je vous fait pas de détail de comment ca marche, il y en a tout plein sur le fil dédié. Ce qui me plait le plus dans ce jeu, c’est la manière de penser à l’envers. Je veux chaque tour essayer de chainer le plus d’actions possible, et je cherche donc le chemin le plus long et le plus intéressant pour arriver à faire l’action qui compte vraiment. C’est dans cet espace que l’essentiel va se jouer. Arriver à faire plus d’action que les autres, pour avancer plus vite. On doit tout de même gérer de ne pas gagner trop de bonus d’un coup, sous peine d’en gacher. L’interaction est hyper riche avec une nécessaire coopération entre joueurs, et presque chaque action a des conséquences sur tout le monde.
Ca a été une belle partie, mais comparé au reste des bons et très bon jeux du weekend, c’est finalement peu mémorable. Un très bon moment de reflexion, mais qui ne laisse pas de souvenir, car rien n’a vraiment été marquant, pas de coup d’éclat, pas de retournement de situation. A peine plus de 2h à 3, avec un nouveau joueur, on a pas le temps non plus de s’ennuyer.

Harmonies

Le jeu est joli. Ca marche bien. A la manière de meadows, ca véhicule un message pertinent sur le fonctionnement des niches écologiques des animaux. Je suis toujours sensible à la manière dont les jeux peuvent nous faire apprendre sans prendre les gros sabots de mettre des tartines de texte sur les cartes, qui personne ne lit ni ne retient. Une très belle synergie entre le fait de construire des habitats qui se mêlent les uns aux autres, des très belles cartes, le titre du jeu, me fait ranger ce jeu dans la catégorie de ceux qui portent un vrai message de manière pertinente. Je ne vois toujours pas pourquoi on s’acharne a toujours faire du compétitif dans tous ces jeux cosy-solo-shill. Ca n’a aucun sens d’être en concurence les uns avec les autres pour faire de meilleur écosystème. Ca n’a aucun sens de dire qu’un joueur gagne. Et je suis toujours triste que les jeux qui remettent en cause la compétition inutile restent dans le champ de la petite expérimentation autoproduite dont HollandSpiel est la grande représentation.

Bref, ce jeu qui est un cascadia-wingspan parmi d’autres est agréable et malin, mais se contenter de faire toujours la même chose, même quand on arrive à faire un poil mieux que tous les autres, ca reste peu intéressant.
Comme cela a déjà été dit à propos de ce jeu, on peut quand même souhaiter voir plus d’éditeurs prendre cette direction de sortir moins de jeux, et mieux les travailler. Celui là est parfaitement peaufiné, je lui reproche seulement de ne rien apporter de neuf.

Je pourrais faire des reproches similaires au Lacerda plus haut, dans le genre qu’il y a mieux à faire que de reproduire ce qui marche en l’améliorant iota par iota. La différence c’est que le challenge proposé par Inventions m’intéresse, et celui proposé par harmonies m’ennuie un peu. C’est juste une question de goûts !

Les Papattes
Une très belle surprise ! C’est un jeu en bois de lancer parmi d’autres, mais il n’y a pas non plus une concurrence immense dans cette niche. Ces papattes permettent de varier du molky, et sont sans doute plus accessible. Je l’achèterai volontiers pour sortir dans des vacances entre potes.

La foret de Savernake
Encore un jeu totalement oubliable. On rempli une grille pour nourrir des petits animaux avec des chemins… Ca doit bien se jouer avec des non joueurs, mais pourquoi celui là plutot qu’un autre… Ca fonctionne hein, c’est déjà ca.

Je publierai ensuite la suite de ce CR qui fait déjà 12 tomes, car je dois aller manger !
Dans le prochain épisode, Coffe traders, High Frontier, la Famiglia, Nucleum, et quelques party games. C’était vraiment un gros weekend !

53 « J'aime »

Wow j’étais déjà impressionné par ton CR, mais là j’attends vraiment la suite !

8 « J'aime »

C’était un weekend de 3 semaines? :joy:

12 « J'aime »

King of Monster Island

3 joueurs, 1 partie de 35min hors rangement

Rex Florae le monstre Plante, Pagurah le monstre Poisson et H.A.D.E.S le robot-bateau géant à canons s’allient contre le terrifiant Lithosaur (normal) !

On sait jouer donc les tours passent vite même s’il faut cogiter un peu plus que contre Lava Lord. Quoique, ce dernier possède une attaque de base qui touche sa zone et les 2 zones adjacentes alors que Lithosaur attaque de base ne touche que sa zone et ne fait pas « fuir » les Monstres. Plus basique mais plus destructeur.
La partie fut remportée de justesse, on a bien senti la montée en puissance du boss qui venait d’atteindre les 20 points de gloire et donc de débloquer tous ses pouvoirs.

Une des personnes avait les Medbots, qui nous ont sauvé avec le pouvoir qui met tous les Monstres dans la zone du perso et soigne tout le monde de 2 points de vie.

L’autre personne avait une fois utilisé le pouvoir qui permet de changer de plus ou moins 1 dé rouge (ceux du boss) pour influencer sa zone de déplacement et le mettre dans une zone dépourvue de Minion… sauf qu’en fin de partie, je me suis rendu compte que c’était valable que pour les dés rouges dans la zone du personnage !
Victoire non valide mais qu’importe, on a bien rigolé et on fera attention les prochaines fois.

Une nouvelle fois, peu de bateaux de soutien construits et peu de cartes Pouvoirs achetées.

Un point que j’ai oublié de mentionner, c’est que les standees et le volcan sont jolis mais gênent un peu pour voir immédiatement les petits éléments tels les tokens Minions, Cristaux ou les dés du Boss selon où ils tombent. Rien de grave et les personnes du bon côté pourront indiquer les éléments présents mais il m’est arrivé de louper un Minion ou un dé rouge car caché derrière un standee, avant qu’on me le dise.

C’est sympa mais je trouve que le jeu manque pour l’instant d’un peu de folie. Peut-être est-ce par définition le côté coop moins foufou que le côté chaotique du jeu original en affrontement pur et dur, avec des cartes Pouvoirs qui sortent davantage et les 3 coeurs qui donnent les cartes spécifiques à chaque monstre (King of Tokyo extension Power Up) et ici non?

La prochaine fois je me forcerai à acheter plus de cartes Pouvoirs voire de construire des Soutiens, en gros privilégierai les faces de dés avec l’éclair Energie ou la clé à molette.

13 « J'aime »

Voilà donc l’épisode 2 de cet épique weekend qui a donc duré 4 jours, mercredi, jeudi, vendredi, et samedi. (le dimanche, je n’ai pas joué, j’ai juste rangé)

Attaquons donc directement ne suivant l’ordre chonologique. Quel est le meilleur jeu proposer à un type qui vient de faire 8h de voiture pour arriver le Jeudi soir vers 23h ? Bien évidemment c’est…

Coffee Traders


J’ai pu ressortir 3 fois de ce suite ce jeu en 3 mois, c’était loin d’être une évidence ! Malgré le fait que j’étais parfaitement rodé sur les regles, cela a tout de même pris 1h d’explication. Il faut dire que dans ce jeu, on fait beaucoup beaucoup de choses dans une manche ! Et on ne fait que 3 manches.

Comment ca marche ?
Premièrement, se munir d’une pinte de café, pour rester un peu alerte.

On incarne des coopératives de café. le principe du jeu est de produire COLLECTIVEMENT du café, et de le récolter indépendamment de là où on a mis des champs pour le produire. Coopérative = On met en commun. Le processus général est de planter des parcelles, d’envoyer des commerçants, de recolter, et de vendre.

Le Score est une salade (ou une mixture, un breuvage ?) de points. Le jeu nous invite à :

  • Etre majoritaire dans chacune des 5 régions du plateau
  • Construire un maximum de bâtiments
  • Remplir des objectifs communs
  • Remplir des contrats avec les 5 types de cafés différents des 5 régions
  • Nous diversifier un maximum pour attraper des petits tokens et petits points de partout

On est vraiment dans un jeu de gestion sur plan, le jeu récompense toujours de faire des choses, et c’est l’optimisation qui permettra de faire plus de choses que les autres.

Mais donc, on y fait quoi dans ces phases ?

  1. poser des parcelles, et y attribuer des ouvrier. Le but étant a) de faire en sorte que ce café soit produit. Si mes contrats me demandent bcp de café Vert, j’ai intéret à ce que ce Vert existe en quantité. b) de se positionner pour être majoritaire. On ne peut pas être majoritaire partout, mais avec une bonne optimisation mêlé à de oportunisme et un peu de chance, on peut monter à 3 zones. C’est une vraie phase principale, où on gère des points d’actions à attribuer.
  2. phase un peu automatique, mais qui peut devenir vachement coop, selon les joueurs ! Si il nous reste des travailleurs, on peut les mettre soit chez soit (on évite une pénalité), soit chez les autres (on gagne un bonus de compensation). On a une sorte de petit dilemne du prisonnier, car en général tout le monde a intéret à ne se placer que chez les autres, et que tout le monde ai un bonus. Mais bien évidemment, ca implique de faire confiance aux autres joueurs, qui comme tout gestionnaire de commerce-équitable-coopérative-bio-de-gauche-bisounours sont des requins capitalistes comme les autres.
  3. Commercer et construire, une seconde vraie phase principale ! Cette fois ci, on planifie la récolte. on a encore des points d’actions sous la forme de meeple. Initier une action coute de l’argent (2 précieuses pièces ! On a en si peu !), mais on est sur que cette action soit faite, et on a un avantage sur les autres. Mais tous les autres peuvent suivre gratuitement. Merci le pigeon qui a payé pour me permettre de faire mon action gratuitement ! C’est valable pour le fait de se positionner pour récolter le café, et aussi pour construire les batiments, qui sont surtout utiles pour des bonus immediats, et participent à la majorité dans les zones. Beaucoup d’interaction dans cette phase, et beaucoup de lecture de jeu nécessaire pour la gérer au mieux. On peut vraiement en sortir perdant, en ayant payé plus que les autres, et en obtenant moins !
  4. On récolte, c’est un peu procédural et long de compter exactement qui récolte quoi. En gros, il y a de parcelles qui ont été posées, plus le stock à se répartir est important, et ensuite on divise à peu près équitablement entre les joueurs. Cet a peu près bénéficie plus au premier joueur qu’aux autres.
  5. On vend ! Dans l’ordre inverse du tour, on rempli ses contrats, et on prend des places dans le marché d’export. Ici l’interaction se limite à prendre avant les autres, on est un peu plus dans son coin. C’est là qu’on regagne un peu d’argent, et qu’on valide pas mal de points !
  6. On reset pour recommencer.

Je ne vous parle pas du principe de réserve bonus, qui est une originalité hyper satistisfaisante, parce qu’en vrai, il faut le vivre pour s’en rendre compte.

Le bilan de la partie, c’est qu’il était un peu tard pour lancer ça. Tout le monde tournait au ralenti, on a mis 5h au lieu de 3h, et du coup ca a fait vraiment long. Mais ca reste incroyable. L’interaction est dans tous les niveaux. Tout ce qu’on fait bénéficie aux autres, tout de temps ! Il faut penser ses non-actions autant que ses actions, si on veut être vraiment compétitif. J’ai hâte de me trouver un jour à table que avec des personnes qui connaissent déjà bien le jeu, pour profiter au mieux de la finesse de toute cette interaction directe et indirecte, entre les joueurs, et entre les phases de jeu.

Mais ne soyez pas comme moi, soyez raisonnables, ne lancez pas ca après minuit.

Mino Dice
Un jeu de pli avec des dés, que je déteste. J’accepte des parties mais vraiment je ne sais pas pourquoi. Le jeu est pas mauvais, même très fun pour beaucoup, mais moi je n’aime pas du tout. On ne controle ni la couleur des dés qu’on joue (vu qu’on doit suivre), ni la valeur, vu que c’est des dés. Pour un jeu où on mise sur un nombre pli, je trouve ca dommage.
Je lui préfère Skull king, dont il est très fortement inspiré.

High Frontier


Début de partie, les fusées sont en LEO : Low Earth Orbit. Le soleil vient souligner la dimension grandiose de ce qui se trame : 12h de jeux pour nous mener aux confins du système solaire.

Un High Frontier avec tous les modules existants, d’abord ca se propose, ca se planifie. Le Oui doit être réfléchi. Je n’avais a mon actif que 2 parties solo, sans extensions. Bref, j’étais un marin d’eau douce. Quand deux vétérans de l’espace avec plusieurs dizaine de parties (oui ces gens existent) sont venu vers moi, je savais que j’allais passer du pédiluve à l’océan, mais que ce serait en bonne compagnie.
Après un bref (1h) rappel des règles de base, et l’explication des modules supplémentaires, on se lance. Je suis la NASDRA, l’agence spatiale Nigérienne. Mes adversaires sont les terribles chinois (peuvent commettre des crimes), et la riche Nasa. Ma force à moi ? Rouler à l’huile de friture (ou plus précisément à la Régolithe). J’ai pas la fusée du siècle, mais le carburant ne sera jamais un problème pour moi, je trouve de quoi bruler sur l’importe quel bout de caillou spatial.

Je ne vise pas la victoire aux points, vu que c’est ma première partie compétitive. Je me fie plutôt à l’excellente mini extension qui propose des achievements pour me donner un but (un peu débile) : Faire une fusée au poids maximal, et l’envoyer jusqu’à pluton.

image

Comment ca marche ce jeu ?
Je vous épargne les règles. Ce n’est rien de si compliqué. Les vidéos de jean michel gros jeux en anglais franchouillard sont hyper limpides.

Mais en gros on fait quoi ?

  • Tout d’abord, on achète des bouts de vaisseau. ce qu’on va chercher, c’est à faire des chainages entre les cartes, tout en veillant à ne pas trop augmenter le poids (sauf moi, je cherchais à être louuuurd). Cela fonctionne par enchère ! Fuyez, joueurs qui veulent une simulation mathématique de thème spatial. Ici, on dépend de la pioche, on se fait pourrir par les autres, et on lance même des dés. Il faut faire avec ce qu’on a. Et quand on connait très bien le jeu, on peut être très fort pour construire sa fusée, car on est capable de voir derrière chaque pièce son potentiel de combinaison avec d’autres.

A ce stade, je trouve justement un bon propulseur à régolithe qui va bien avec ma faction. Je vais donc vraiment partir sur le moteur mange-tout ! je suis embêté car il nécessite un type de générateur particulier, qui nécessite lui même d’autres pièces encombrantes. Le tout tient, mais au moment où nous allons tous se mettre à décoller (au bout de 12 tours, donc de 1manche sur 7), j’ai l’impression de partir avec une 2 chevaux face à des voitures de course.

  • Ensuite on part pour une première mission ! On laisse passer la première vague d’éruptions solaires pour viser Flora, un petit caillou dans la ceinture d’astéroide. Il me plait parce que c’est facilement accessible (je vous épargne les règles de déplacement sur ce plateau), et que je pourrais ensuite aller sur Hertha me faire des knackis directement, faisant deux usines d’un coup.

  • Et oui, la suite se passera avant tout dans l’espace, avec des usines dans lesquelles on produit directement nos pièces, sans être obligé de revenir dans l’orbite terrestre. Des sites de type spécialisé (S, M, C, H…) plus ou moins rare vont être fortement convoités, car en faisant des usines là bas, nous pouvons produire directement nos pièces (brevets en vérité) achetés aux enchères. Et généralement, les versions produites en extraterrestre sont meilleures ! J’ai ainsi passé une partie de mon temps à déployer une usine sur des sites « S », et qui était capable de se dupliquer elle même lorsque présente sur ces sites. Pratique, car autrement il aurait fallu que je revienne chercher des usines sur terre pour les réexpédier à chaque fois toujours plus loin.

  • Suite à une campagne de prospection catastrophique dans la ceinture d’astéroides (mes dés me disent que je ne trouve que bouts de cailloux sans intéret, encore et encore. je me lance dans la construction de mon premier Bernal : une colonie spatiale habitée !


    Ce machin pèse des millions de tonne, cest presque indéplaçable. Banco ! C’est avec ca que j’irai sur pluton pour être le plus grand des « galaxy trucker ».

  • Ces stations spatiales peuvent être améliorées si les amenant dans des sites spécifiques (et assez dur d’accès), et permettent aussi de débloquer des colons. Ces colons ont des rêves, des Futures dans le vocabulaire du jeu. Cela donne de nouveaux grands objectifs à réaliser ! Je vais par exemple pour ma part essayer d’émanciper les robots, qu’ils deviennent les égaux des humains !

Je vous épargne les détails, et ce qu’on fait les autres joueurs, mais j’ai fini par arriver avec mon immense colonie pour orbiter autour de pluton, et installer, pour la gloire, une colonie nigérienne sur le sol de cette planète déchue. Pour lui rendre sa gloire, j’ai renvoyé un équipage sur terre, pour raconter nos aventures ! Cela m’a valu une belle médaille et une poignée de points de victoire. Au final, un autre joueur aura émancipé les robots à un tour près. Mes robots seront donc bien émancipés, mais sans gloire pour moi.
Je n’aurai pas tiré parti des propulseurs GigaWatt ou TeraWatt, ni des Cargos, qui permettent d’avoir des usines mobiles et des ascenseurs spatiaux. Il me reste plein de choses à explorer dans le système solaire !

Une partie commencée le vendredi midi, finie le samedi en fin d’après midi, avec de grandes pauses (je jouait avec les cuistots !), mais au final 12 bonnes heures de jeu. Je n’ai pas du tout vu passer le temps. Dans ce jeu, on commence sans but. Et au fil du temps on va comprendre ce qu’on peut faire, ce qu’on veut faire, le jeu va nous donner des idées, des envies… chaque tour en entraine un autre, on sait toujours ce qu’on veut faire, tout prend du temps, et on gère plusieurs opérations en parallèle. C’est tout a fait le même genre de sentiment que je peux avoir sur des jeux vidéos comme Civilization. Toujours un tour de plus, car toujours quelque chose à faire de plus. Et des heures qui s’enchainent sans les voir passer.

C’était un régal, un délice. Tout était mémorable, épique, et passionnant. Ce jeu est savoureux en solo, mais jamais je n’y passerai autant de temps comme ca. Avec d’autres, rien ne m’a déconcentré, et j’ai partagé une expérience vraiment marquante.

La Famiglia

A peine le temps de boire une bière que l’on m’attend pour expliquer La Famiglia. Autre ambiance. Je passe de pluton, à six pieds sous terre !

Me voilà donc parrain de la mafia italienne, en pleine « grande guerre de la mafia », époque très sombre de l’histoire de la sicile. Mon but ? Dominer l’île, en équipe avec mon fidèle partenaire. On joue donc en 2v2, pour obtenir par le sang et la poudre la plus grande part de l’île.

Comment ca marche ?
Deux phases d’action :

  • Un placement d’ouvrier pour faire tourner son économie (on pose des fabriques de drogue qui nous rapportent de l’argent), positionner ses troupes, renforcer ses appuis politiques (on se renforce sur notre plateau personnel en libérant des emplacements), et on planifie nos ordre d’attaque pour prendre par la force le contrôle des régions que l’on ne contrôle pas.
  • Une phase de résolution des ordres. Ici, agir vite est souvent plus efficace que taper fort. On va chercher a prendre l’adversaire de vitesse, on bluff son adversaire en simulant des attaques pour le faire réagir, alors que notre vrai cible est ailleurs, etc.

Tout doit se faire en accord avec son partenaire ! On évitera de trop jouer à la parlante pour éviter de rallonger le jeu, mais on doit impérativement se coordonner pour être efficace. C’est cette dimension qui est vraiment mémorable. Une vrai sensation de jeu d’équipe, et de confrontation. On se croirait vraiment dans un wargame, mais les regles sont simples, l’édition est belle, et le temps de jeu limité. Ce Famiglia a vraiment tout bon, je ne veux que le sortir toujours plus, pour vivre ces moments de gloire, de coup fourés et de synergie.

Nucleum

Pareil, il y a déjà des taas de CR dessus, je ne vais pas m’étendre. Surtout que ma partie était étrange. Un joueur découragé, a l’impression de perdre, a envie de quitter sa table, a plus de mi-partie. Je me propose de reprendre sa place, et dois me débrouiller avec ce qu’il a fait pour finir ! Connaissant bien le jeu, j’ai même réussi à le faire gagner, mais il n’y a pas beaucoup de gloire, les autres joueurs ayant laissé libre les juteux emplacements de Prague, qui sont la clé de la victoire.

Insider

je fini ce weekend avec plusieurs heures passées sur Insider, en sirotant ma bière.
Le pincipe de ce jeu est très chouette : Les joueurs essayent de deviner un mot, en posant des questions au maitre du jeu. mais parmi les joueurs, un traitre connait déjà la réponse ! Il va devoir aider les autres à trouver, mais en faisant en sorte que cela ne se voit pas qu’il sait déjà. Car a la fin, un vote désignera le traitre présumé. Les manches sont courte, et la table a tourné toute la soirée, avec des gens qui entrent et sortent du jeu en permanence.
Je suis nul à ce jeu, mais j’aime bien bien deviner, trouver des questions pertinentes, ou y répondre. Heureusement pour moi, sur plus d’une dizaine de parties je n’ai jamais été le traitre.

Ce merveilleux weekend de jeu a été possible parce qu’il est magnifiquement organisé, avec des cuistots qui sont aussi bons à faire des plats de ouf tous les jours avec des desserts à tomber que à envoyer des fusée sur jupiter. Quand tout est géré, et qu’on a plus qu’à jouer, ca parait toujours trop court, même quand ca dure 5jours !

J’avais plein d’autres choses à faire aujourd’hui, mais j’aurai juste écrit un CR ! merci à celles et ceux qui ont pris le temps de lire mes deux interminables pavés, vous gagnez deux points de gloire.

81 « J'aime »

Ah, ton CR sur HF4 me donne envie. Je me suis lancé le défi de sortir Feudum et de le faire régulièrement (4 parties depuis le début de l’année et une 5e en préparation (quand on aura trouvé une date)), au détriment de HF4. Qui va être mon prochain challenge, mais ça sera pour fin 2024, voire 2025.

5 « J'aime »

Comment tu m’as vendu High Frontier !!! :star_struck: (Dommage, je vois pas qui dans mon entourage pourrait se lancer dans un truc pareil …)

3 « J'aime »

Wow je suis impressionné.
Faire un aussi gros week-end jeu, c’est déjà génial.
Mais réussir à caler un High Frontier au milieu, c’est juste dingue.
Ton compte rendu était passionnant à lire.

6 « J'aime »

Weekend de dingue !!!

2 « J'aime »

Merci à toi !!! Et au plaisir de te relire.

4 « J'aime »

Excellent CR merci pour ce partage !

Je viens de terminer une partie de Star Wars Pandemic. Il est encore trop tôt pour que je donne mon avis (il s’agissait de ma première partie).

Pour ceux qui y ont déjà joué : est ce normal de rouler sur Asajj Ventress ? J’ai joué :

  • en mode « chevalier jedi » ( 4 missions)
  • avec Ahsoka et Luminara
    C’était une vraie promenade de santé. Je suis certain que j’aurais pu rempiler pour 3 autres missions sans soucis :sweat_smile:

J’ai simplement spécialisé Ahsoka en « assaut » (main pleine de cartes rouges) et Luminara en « furtivité » (main pleine de cartes violettes). J’ai donc one-shot tous les ennemis et donc pris très peu de degats. Les 4 missions (que j’ai rushées) se sont donc déroulées hyper sereinement. J’ai juste dû prendre 3 tours à la fin pour « respecialiser » Luminara en « transports » et « assaut » pour me donner un max de chances durant le combat final.

Question : ai-je eu beaucoup de chance, suis-je passé à côté de plusieurs points de règles, ou alors le jeu est hyper mal fichu et il suffit simplement d’avoir des jedis « spécialisés » pour gagner à tous les coups ?

Le jeu est considéré comme facile par BGG en règle générale. C’est pourquoi tu pourras trouver là-bas plusieurs topics de variantes pour rajouter de la difficulté. Je crois qu’il y en a même une ou deux utilisant les figurines promotionnelles.

Je pense que, comme SW unlock, cette version de Pandémie est plus simple que ses confrères pour attirer un public non joueur.

1 « J'aime »

Oui il est facile la difficulté va surtout se faire ci tu désire faire plus de missions.
Mais malgré tout je l’aime bien et il est facile à sortir pour des débutants en jeux de sociétés.

1 « J'aime »

Pour toi les emplacements de prague sont un passage obligé pour gagner à nucleum ?

J’ai fait ma 1ere hier… je ne suis allé à Prague qu’une fois alors que mon adversaire 3 fois… c’était notre première partie à tous les 2…
Résultats : 170 pour lui, 90 pour moi…

Je ne dirai pas que c’est absolument obligatoire. Mais c’est un effort de construction et alimentation une seule fois, pour le double de points !
C’est alléchant donc je le fais toujours, j’avoue. Je n’ai pas essayé de me battre pour la victoire en ignorant cette zone

1 « J'aime »

Éclipse v2 à 4 joueurs,4 heures de jeu.

Tout le monde joue des terriens.

Je me développe tranquillement, acquiert quelques bonnes technologies comme Canon à plasma et un disque supplémentaire. J’attaque quelques anciens et fais un combat un peu tendu contre un gardien, puis je construis deux croiseurs avec 6 points de coque chacun et là j’attaque le centre de la galaxie.
C’est une démonstration de force qui marque les esprits des autres joueurs, je n’ai pas perdu un seul vaisseau.
Mes voisins de droite et de gauche me proposent des alliances que j’accepte.

Il y a quasiment pas de passage entre mon territoire et celui de mes voisins à part le centre de la galaxie que j’ai bien renforcé.

Du coup on se dirige tranquillement vers la fin de la partie jusqu’au 8e tour où le joueur en face de moi trahi ses voisins et les attaque. Je lui fais une petite attaque histoire de marquer le coup.
Il aura fallu attendre le dernier tour pour voir des combats entre joueurs.

Les scores : 39, 26,25,24.

Une victoire psychologique et tranquille… Trop tranquille d’ailleurs et c’est là le problème.
Depuis la V2 je trouve qu’on se bat contre les anciens et les gardiens mais quasiment jamais entre joueurs. Pour diverses raisons les joueurs n’osent pas s’attaquer, je pense surtout que c’est parce qu’on a du mal à évaluer les forces des vaisseaux.
Dans certaines parties il n’y a même pas eu de combat dans le dernier tour.
La réduction à 8 tours y est peut-être pour quelque chose ,autrefois dans le 9e tour on avait rien d’autre à faire que se battre.

J’ai l’impression que cette V2 a émasculé jeu.

11 « J'aime »