Le livre numérique et vous

Sur un autre fil de discussion, la question du livre numérique a surgi, entrainant un débat que je trouve intéressant. L’un des intervenants a suggéré que cela méritait un fil dédié. C’est maintenant fait, à vous de le nourrir.

Quelques données de base sur le thème, issues principalement de ce document: http://www.culturecommunication.gouv.fr/content/download/167879/1874948/version/1/file/Chiffres-cles_Livre_SLL_2015-2016_(2e%20ed).pdf (l’édition 2018 devrait suivre rapidement, parution en mars normalement).
Donc, le livre numérique, c’est 6,5% du CA des ventes de livres en 2016, en croissance de près de 30%. Autrement dit, une part minime qui augmente rapidement mais surtout du fait de l’édition universitaire et professionnelle ainsi que de l’édition scolaire (manuels numériques), beaucoup moins par la littérature.

Et vous de votre côté, vous en êtes où avec le livre numérique numérique? Toujours fidèle au papier ou plongeon dans le dématérialisé?

Questions subsidiaires: quid du piratage? De la rémunération des auteurs?

[quote quote=251507]

Hina wrote:
un billet d’une auteure qui pensait que le piratage ce n’était pas grave et qui peu à peu a vu ses ventes baisser jusqu’à ce qu’un jour son éditeur annule le reste de sa série faute de ventes suffisantes.
Ouais, ça sent l’hoax cette histoire, autant sur la musique je suivrais, autant sur les livres je suis assez dubitatif, après j’ai jamais trop compris le plaisir à lire sur une liseuse.
Les ventes démat de livres restent encore assez anecdotiques par rapport au papier je pense, je ne connais pas les chiffres. Après quand je vois le prix des versions démat je trouve ça juste du foutage de gueule, mais si ils font des ventes suffisantes avec ça les éditeurs auraient tort de se priver.[/quote]

[quote quote=251521][Début Hors-sujet] @hina « Ouais, ça sent l’hoax cette histoire, autant sur la musique je suivrais, autant sur les livres je suis assez dubitatif, après j’ai jamais trop compris le plaisir à lire sur une liseuse. » Avantages :

– Des milliers de livres à disposition dont de nombreux en libre accès : payer aujourd’hui pour du Racine ou du Corneille alors que les textes sont facilement accessibles et annotés sur Gallica ?

– Lecture facilitée par l’éclairage qui s’adapte à l’écran = moins de fatigue visuelle ;

– Tu peux adapter la taille des caractères et changer la police ce qui permet à tous de lire (dyslexique et malvoyant [c’est mon cas] ;

– Possibilité de prise de notes = je retiens mieux ce qui m’intéresse ;

– Facile à transporter et une batterie qui tient longtemps ;

– Voir ton avancée dans l’ouvrage, lire dans ton bain ou ta piscine l’été (:D)

Je lis environ 20 à 30 bouquins en mixant liseuse et bouquins. Je fatigue moins avec la liseuse surtout le soir dans le lit. @ Toyotomi les ventes physiques dépassent largement celles du dématérialisées en raison d’un attachement au papier en France, d’où une promotion plus faible du libre virtuel. Le vrai foutage de gueule : les droits d’auteur. Ils sont faibles et ils ne sont payés que si l’auteur atteint un certain chiffre. De plus, c’est taxé ! [Fin Hors-sujet] :slightly_smiling_face:[/quote]

[quote quote=251709]

Zemeckis wrote:
Si tu considère que dans un livre ce que tu payes c’est le support et que le contenu ça mérite pas d’être rémunéré alors oui clairement c’est du foutage de gueule. Du coup autant acheter des ramettes de feuilles vierges c’est plus rentable
Si tu as raison, pourquoi y’a-t-il une telle différence de prix entre le livre et le livre de poche ?
Essentiellement pour des raisons (évidentes) de maximisation du revenu. La sortie en poche permet d’atteindre un autre marché (des personnes qui n’ont pas les moyens ou l’envie de se payer des grands formats). Le prix de l’impression est inférieur à 15% du prix de vente, de mémoire (poche ou grand format). C’est surtout la distribution qui coûte très cher, de l’ordre de 50 à 60 % du prix de vente (et c’est pour ça que les prix des ebooks sont parfois considérés à juste titre comme trop élevés). Puisqu’on est hors sujet, j’en profite pour dire que les chiffres sur les ventes numériques sont autour de 9 % du marché (en argent) en France. Pour l’édition professionnelle, on est autour de 40 %, c’est le grand public qui ne passe pas massivement au numérique pour l’instant.[/quote]

 

Pour ma part j’ai basculé il y a quelques années et je ne reviendrai pas en arrière. J’y trouve les mêmes avantages que @coxinga.

  • Une liseuse (pas une tablette classique) c'est léger et parfaitement adapté à son usage, avec une batterie increvable. Avec, j'emporte tout ce que je veux lire dans 250 g.
  • Le confort de lecture est excellent (éclairage intégré, choix de la police et de sa taille ==> important quand on prend de l'âge :mrgreen: )
  • Gain de place monumental. Surtout quand on est amateur de Jeux de société et de BD, qui prennent déjà un espace monstre (ça marche avec toutes les passions encombrantes).
  • Accès à plein de livres libres de droits, en plus de ceux que proposent les boutiques en ligne.
  • J'achète tous mes livres mais avec une contrainte que je me fixe: aucun DRM autre que du watermark, boycott total. Cela implique de fuir par exemple l'achat de livres numériques via Amazon, qui impose son DRM maison, et cela même en utilisant un kindle comme je le fais (après, on sait ce qu'il advient des drm en général, c'est fragile ces trucs). Je veux pouvoir lire mes livres dans la durée et être capable de les convertir sans problème à n'importe quel format.
  • Pour le prix, c'est moins cher que le papier mais tous les éditeurs ne jouent pas le jeu très clairement. Les marges des éditeurs augmentent sur le numérique et c'est aussi un moyen pour eux de préserver l'édition papier. Je suis fan de la démarche de Bragelonne qui joue très bien la carte du numérique.
Bref, alors que j'étais tiraillé à l'origine entre mon côté geek et mon amour du papier, j'ai été conquis par le livre numérique. Le livre papier pour moi maintenant, ce sont les BD et tous les ouvrages pour lesquels les illustrations sont importantes.

Dernier point: Calibre est une merveille pour gérer une bibliothèque numérique. Je n’envisage pas de m’en passer: https://calibre-ebook.com/

@manuwar: on t’attend maintenant, c’est toi qui a lancé l’idée de ce sujet! :mrgreen:

 

Il me semblait qu’en france, les ventes de livres numériques étaient en baisse.

Non, pas en France. C’est le cas en revanche au Royaume-Uni et aux États-Unis. Dans ce dernier pays, les prix du livre numérique ont tendance à augmenter alors qu’ils étaient très bas il y a quelques années, ce qui explique en partie l’érosion des ventes. Je te mets les liens vers deux articles sur le sujet.

https://www.lesnumeriques.com/liseuse/ventes-livres-numeriques-en-baisse-n62603.html

http://www.lettresnumeriques.be/2017/08/04/statistiques-de-ledition-en-france-le-numerique-en-constante-progression/

Me , ma vie et mes 2 cents

 

Découverte du numérique autour de Noël 2011. nous venons de déménager en ville en appart (beurk) , la place nous manque , la plupart de nos livres sont en carton…

la tablette pour lire non ça ne va pas du tout. je me renseigne un peu et finalement je tente l’aventure avec un kobo.

J’adopte la liseuse assez facilement, j’ai même rapidement du mal à lire un livre format papier.

Ma femme teste et se procure sa propre liseuse au bout de quelques mois.

 

l’offre légale? (fin 2011- 2012) >>> un grand vide.

Peu de titres, des prix plutôt effrayant (prix du livre grand format voir +), des catalogues vides ou peu s’en faut. Mon ressenti: Le traumatisme du disque est bien présent dans les têtes, personne n’a apparemment envie de laisser le diable s’engouffrer dans la brèche… les acteurs du marché ne veulent pas du numérique.

 

! La nature a horreur du vide: je découvre rapidement la team Alexandriz (une team avec un catalogue illégal de milliers de titres, dont des tonnes de choses qui n’existent pas en offre légale)

 

 

Pilleur, voleur… au bucher!!

je n’achète aucun livre numérique. Sans me chercher d’excuse je n’ai pas prit le pli, l’offre n’existait pas, le « gratuit » est devenu une habitude comme pour la génération MP3 avec la musique.

Lorsqu’un livre me plait généralement j’achète la version papier, qui reste neuve et part directement dans la bibliothèque.

 

 

2018? j’utilise majoritairement ma liseuse, quasi exclusivement ma liseuse., paradoxal moi qui suis plutôt allergique à la tablette, au smartphone…

J’ai lu beaucoup de livres avec ma liseuse, reprit un énorme goût à la lecture lorsque je l’ai adopté. … malheureusement bien freiné avec l’arrivée des enfants, je ne prend malheureusement actuellement que peu de temps pour la lecture.

Aucun roman numérique.

En revanche, puisque le prix des bd est devenu inaccessible (avec un ratio temps/coût parmi les plus pourris), je n hésite pas à les lire sur la tablette, à moins qu’ elles soient disponibles à la médiathèque.

Avant de me poser la question du droit des auteurs, je m’interroge sur leur juste rémunération par les éditeurs.

je suis numérique

j’ai découvert mon premier livre numérique grâce à l’iphone 3gs, si si c’est pas une blague, ibooks m’avais envoyer une notification pour recevoir l’un des livres au choix gratuitement, et qui dit gratuit dit envoie le bouzin, bref, j’ai commencer par du david gemmell avec légende et à partir de la c’était l’escalade de la violence littéraire, j’ai avalé plus d’une quinzaine de livre que je lisais sur un écran de téléphone (rhooo le teubé! oui je sais mais faut dire que les finances n’étais pas celle qu’elle sont à l’heure actuelle), bref, achat d’un kindle (in the wind … elton si tu me lis ) qui as aussi vite gicler pour une tab samsung et aussi vite claqué qu’un cul au salon du porno, bref, la je lis sur un ipad mini ce qui me permet de lire et faire une pause pour venir vous lire entre 2 (je ne suis jamais très loin de toi mon bichon) .

mais cela dis en passant je continue à lire des livres papier car il ne sont pas sur la tablette et aussi je connais personnellement beaucoup d’auteur et même le directeur d’une certaine maison d’édition du ch’nord, bref, je ne suis pas la pour me la pété donc je m’éterniserais pas dessus !

le problème avec les livres papier c’est que dans le lit si je veux lire faut que j’allume la lampe de chevet qui fait que ma gro ma femme râle me demande d’éteindre parce qu’elle arrive pas à dormir, alors que sur la tablette bim en mode nuit j’emmerde personne et je peux lire autant que j’ai envie

bref le papier c’est bien le numérique c’est mieux ! sauvons les arbres et les pingouins lis sur tablette ça le fait vachement bien :mrgreen:

je n’arrive pas à passer le pas.
J’ai plein de copains qui ont des liseuses, qui me les ont montré et tout, mais physiquement j’ai du mal (bon, après avec les gamins je lis beaucoup moins).

Je lis majoritairement des essais et souvent les traductions varient (donc multi copies pour comparaisons lues en même temps). Je lis d’ailleurs beaucoup d’ouvrages qui ne sont pas, plus publiés … alors bon courage pour avoir des versions numériques (c’est le concept du Worst seller :lol: )

Je sais pas « lire » sans écrire. Mes livres sont travaillés : souligne, encadre, surligne, note dans les marges, schéma, résumé… et je fais souvent des sauts d’une partie à une autre pour analyse des liens et variations. Je me vois pas du tout lire sur une liseuse ou une tablette.

D’ailleurs beaucoup d.articles sont en pdf. Quand c’est le cas je lis en diagonal via un écran, mais à la fin si c’est pertinent, utile… j’imprime.

Bref, je suis Old school :lol:

Gros liseur devant l’éternel, SF et Fantasy d’abord, puis livres scientifiques, autobiographiques et historiques depuis, je suis passé sur liseuse quand je suis parti pour l’étranger, je n’avais pas envie de me prendre trop de livres avec moi…

Quand à trouver des bouquins intéressants en français à SIngapore ou Melbourne, c’était pas gagné…

Je me suis donc acheté une kobo. Depuis, même rentré en France, elle reste mon support de préférence, à mon corps défendant!

Pourquoi ?

Deux qualités principales:

  • le rétroéclairage fait que je peux lire à coté de ma douce qui dort sans qu'elle râle trop..
Oui j'ai beau encore acheté pleins de livres physiques, j'ai énormément de mal à les lire car mon temps de lecture, en ce moment, c'est le soir. Le rétroéclairage est parfait pour ça.
  • le dictionnaire fr/en intégré m'a ouvert le monde des livres en anglais
J'avais toujours voulu lire "A song of Ice and Fire" en anglais, ayant entendu dire que la traduction laissait à désirer. Mais les incessants va et vient entre dico et livre m'avaient découragé. Avec la Kobo, on a accès à la traduction très rapidement sans quitter la page. Résultat, mes 7 derniers livres, je les ai lu en En. (White Fang, Missing microbes, Sapiens, Lords of the Rings, Silmarilion, The 6th extinction, Neandertal: in search of the lost genome).

Bref je peux plus m’en passer. Et c’est bien dommage, vu le nombre de livres intéressants en dure dans ma bibliothèque.

Une dernière chose. J’achète pratiquement tous mes livres (physique ou numérique). Ce qui ne m’empêche pas de voler des livres numériques de temps en temps comme:

  • les livres que j'ai en dure, je ne les rachète pas
  • je fraude l'état puisque sur ma Kobo, je me suis mis résident US (ça permet des économies d'environ 50%)
  • et y'a des livres que je vole de toute façon :)
 

Ma femme a un Kindle qu’on utilise globalement très occasionnellement, pour des livres qu’on ne trouve pas par ailleurs ou certains filés en piratage par un pote.

On continue majoritairement à lire des vrais livres en utilisant un super service. Cela s’appelle la bibliothèque. Un choix de dingue, full papier, gratuit, et une fois fini le livre tu le rends et donc ça prend zéro place ! Je lis toutes ma SF/Fantasy ainsi.

Pour les livres d’histoire j’en achète un sur deux en gros, la raison étant la belle édition (photo, illustration, carte…). S’il n’y a que du texte je repasse par la case bibliothèque.

100% papier et aucune envie de passer à la liseuse malgré les avantages cités plus haut. L’objet livre (à noter les gros efforts de certains éditeurs à faire de beaux objets, Bragelonne en autres), le papier sous les doigts je trouve ça irremplaçable.

Grand lecteur de paralitterature, j’ai eut l’occasion de d’assouvir ma passion par le papier et le virtuel et, après quelques années, je suis revenu au papier.

Si pendant près de deux ans je ne jurrai que par mon Kindle, je dois admettre etre revenu au format « classique » pour le simple plaisir de la possession du bel objet qu’est un livre et la sensation de tourner les pages, …

@toyotomi a l’exception de la collection « stars » de bragelonne, je trouve que les maisons d’édition française propose peu d’ouvrages « classieux ». Je trouve ca domage, je serai le premier client d’une « Folio Society » avec des ouvrages en français.

Moi je lis beaucoup de BD et autres comics donc le numerique c’est niet. Il faudrait une tablette et j’ai essayé et c’est :

  • lourd
  • ca fait mal aux yeux
  • il faut de la batterie
Pour les livres, je suis papier à la maison et liseuse en vacances car ca ne pese rien :)

j’ai essayé sur ipad c’est un faisable et defonce la rétine :slight_smile:

D’accord avec Florian: le livre numérique c’est sur liseuse dédiée, pas sur tablette qui nique les yeux. Donc, comme lui, les bd c’est sur papier.

Un point que je n’avais pas évoqué et qui est en faveur du numérique dans ma situation particulière, très loin d’être généralisable, c’est que la bibliothèque de ma ville a une offre qui existe et qui est chouette mais qui est limitée. Quant aux librairies du coin, la moindre commande c’est 3-4 semaines de délais. Dans certains cas pour lesquels le papier à ma préférence, j’attends. Pour tous les autres cas, c’est réglé en deux minutes.

Hobbes_TS, j’ai trouvé ! :mrgreen:

J’avais cherché dans HS, pas ici et j’avais pas vu que tu m’avais « invoqué ».

Perso : je suis un peu des deux. J’ai énormément de livres chez moi. Vraiment beaucoup et je n’ai plus de place pour eux. Les ebooks sont donc une solution pratique. Mais je continue de lire du livre papier (l’ancien bibliothécaire en moi ne pourra jamais s’en passer). J’ai toutefois toujours plusieurs dizaines de bouquins sur mon smartphone, just in case : si j’ai du temps, pas de bouquin et de la batterie, hop, je poursuis la lecture d’un livre entamé parfois plusieurs mois plus tôt.

Et sinon, l’un des gros avantages du livre numérique : l’option de recherche. Le temps que j’ai perdu à vouloir retrouver un passage dans un livre ^^

Ce topic m’a aidé à recharger ma liseuse qui dormait depuis quelques années.

Plus jeune, j’ai acheté beaucoup de poches (fantasy, SF) et réparti plus tard 80% de mes achats entre le don et la mise à disposition pour mes neveux chez mes parents. Les 20% qui me restent ne prennent pas trop de place sauf celle de mon coeur.

J’ai acheté un peu via Amazon (notamment des ouvrages universitaires), j’ai téléchargé du libre et piraté quelques séries - que je conseille par ailleurs : la saga Vorkosigan et celle d’Honor Harrington.

J’ai, par le biais de l’ebook, pu aussi découvrir un auteur et une saga tout à fait originale. Si son site web date de Mathusalem et peut faire peur à plus d’un, je ne peux que vous conseiller de vous procurer le premier tome, gratuit : https://ilsera.com/ Plusieurs formats sont disponibles.

 

Pour ce qui est des BD, Comics et Mangas, je refuse catégoriquement de les ouvrir sur une liseuse. Elles occupent la bibliothèque de ma chambre pour mon plus grand plaisir.