Mon nom est Pic, Tau Pic

Le sujet de discussion rien que pour vos yeux.

7 « J'aime »

J’ai adoré jouer à ce jeu ! :heart_eyes:

Fan de James Bond forever !^^

Mais du coup, koikeceskecé? JDS, JDR? Vieillerie qui ressort ? Moment nostalgie ?

Nan, c’est la tentative de suite du HS sur le topic des séries :slight_smile:

1 « J'aime »

Un des rares JDR que j’ai conservé…

Alalala les souvenirs…. :blush:

Pour continuer le HS du coup, moi je ne suis justement pas fan de Roger Moore comme JB, je l’ai toujours trouvé « mou ». C’est vrai que c’est marrant les différents points de vue vis-à-vis de cette saga.

1 « J'aime »

Je crois que ça dépend d’avec quel acteur et quel film tu as découvert la saga.
Pour moi, je crois bien que c’est l’Espion qui m’aimait qui a tout déclenché.

Un JDR qui est arrivé au bon moment pour les fans de James Bond.

J’ai un souvenir fabuleux de la résolution des courses poursuites en voiture : Ca mettait une ambiance à la Bullit !
Entre le conducteur (c’était moi) et le MJ, ça se jouait à celui qui avait la plus grosse. On partait d’un niveau de diffculté de 7, et chacun à son tour on enchèrissait à la baisse ce qui réduisait les chances de réussite. Celui qui avait été le dernier à enchérir lançait en premier ses dés.
Tout se jouait dans le regard et dans les yeux des copains : T’as combien là ? 43% ! Putain arrête, c’est bon, c’est pas grave s’il s’enfuit… Et là, je baisse et je reprend la main (kiki tout dur !) Et les autres AAAAHHAA, mais putain arrête, on l’aura la prochaine fois ! on va se planter !!!
Et le MJ lui il ne veut pas que tu le rattrapes, parce qu’il a son gros méchant dans la voiture. Mais il veut aussi réussir et pas se planter, il fait bien monter la pression, il te fixe dans les yeux et il dit, « c’est bon » !

Et là, tu lances tes dés, et… tu rates bien comme il faut ton jet !
Notre MJ nous décrit la poursuite sur plusieurs scènes, avec des feux brûlés à haute vitesse, les voitures cul à cul, des dérapages… Et après une poursuite de folie, un coup de volant t’envoyait valdinguer dans la ballustrade. Et tu te retouvais sur le toit de l’autre côté de l’autoroute, éblouis par les phares, sous la pluie, dans la nuit au milieu des sirènes déchirantes des klaxons des voitures qui t’évitaient - jusqu’à maintenant - en faisant des embardées désepérées…

Et là, le MJ lance son jet, et… Raté aussi ! Mais un peu moins, Le gros méchant ne contrôle pas sa voiture après t’être rentré dedans, et s’encastre 100 m plus loin dans un 19 tonnes qui se retourne sur la route libérant un liquide qui s’enflamme aussitôt !

Tu te sors non sans mal de la carcasse, et au loin tu vois que le gros méchant qui s’est lui aussi extrait de la voiture. Tu te mets à lui courir après au milieu des tôles froissées et dans les vapeurs de pluie vaporisée et d’essence mélangées.

La course-poursuite continue à pied.
« 7 » dit le MJ…

Rhaaaaa, c’étaient mes meilleurs années de Jeu de rôle !

12 « J'aime »

C’est exactement ce que je reproche au dernier JB. Ils sont où les points d’Heroïsme?

En fait, je me demande ce qui est vraiment constitutif du personnage.
Un homme, OK. Séducteur, OK. Le reste ? Ben pas vraiment je trouve.
Du coup, qu’il soit noir ou asiatique ne me choquerait pas plus que ça je pense, si l’acteur est bien choisi.
Et même, s’il était bisexuel ça ne me choquerait pas non plus : Bond est un jouisseur après tout, pourquoi se limiterait-il aux femmes ?

1 « J'aime »

Merci Patman pour le repositionnement au Bond to pic.

2 « J'aime »

Pour moi (homme blanc hétérosexuel né en 1971) les traits hétéro et blanc sont constitutifs du personnage. S’il n’en est pas ainsi, ce n’est plus le même personnage et donc liberté de creer un autre personnage avec une autre histoire.
J’adore l’acteur Idris Elba que je considère comme un très bon, là n’est pas la question.
La question est donc, qu’entendons nous par CONSTITUTIF d’un personnage.

1 « J'aime »

@merlinpinpin a fait une meilleure réponse que moi, que je me permets de coller ici :

1 « J'aime »

Pour moi, c’est ce qu’on ne peut pas changer, sinon on change de personnage.

Bond ne pouvait qu’être blanc lors de ces débuts au cinéma, à cause du contexte : la guerre froide, la situation des Noirs aux États-Unis (le héros a beau être Britannique, ce sont des films américains), etc.
Et d’ailleurs, jusqu’à Vivre et laisser mourir, les Noirs représentaient l’exotisme dans ces films.
Et puis bon, déjà qu’on ne peut dire qu’il soit un espion très discret, si en plus il avait été noir…

Mais depuis, il aurait pu tout à fait évoluer, sans que ça ne change son comportement avec sa hiérarchie, avec les femmes, etc.

Bond devrait avoir 99 ans, si on lui donne une petite quarantaine en 1962 pour Dr No.
Et je ne parle même pas des changements de visage ou de continuité tout au long des films.

Pis si

Blofeld arrive à être le demi-frère de Bond, Bond peut bien être noir hein :smiley:

Tiens je m’incruste un peu ici car le sujet m’intéresse.

Pourquoi faire évoluer le personnage alors qu’il suffirait simplement d’en créer un nouveau ? A ton besoin d’une incarnation de James Bond noir ou serait il mieux de créer un « héritier » de Bond noir.

Perso, je préfère mille fois la deuxième option qui autorise la création d’un nouveau référentiel, que l’on peux rendre cohérent.

1 « J'aime »

Là, je suis d’accord, un 008 qui s’appellerait Jean Bond ! Ok là c’est pas forcément le meilleur prénom :no_mouth:, mais l’idée est bonne.

Le problème (jurisprudence Jason Bourne v Aaron Cross) c’est que si c’est trop proche de l’original, on va dire « c’est trop proche de l’original, pourquoi en avoir fait un autre, l’original était mieux ?! » et si c’est trop éloigné de l’original, on va dire « ça n’a rien à voir ».

Des spin of de 007, on en parle régulièrement.
Avec des femmes tiens.
Wai Lin de Demain ne meurt jamais, ou Jinx de Meurs un autre jour.
Mais depuis, rien.

Il suffirait aussi que « James Bond » soit aussi un nom de code
ce qui permet d’expliquer pourquoi il change régulièrement d’acteur

1 « J'aime »