Faune Alfort - Soutien aux juvéniles

image

Faune Alfort est une association rattachée à l’école vétérinaire de Maison-Alfort qui a pour vocation la récupération et le soin aux animaux de nos campagnes (Ile-de-France essentiellement, mais ça peut venir de plus loin). En gros, on leur amène les animaux (renards, blaireaux, toute sorte de volatiles, etc.) mal en point récupérés dans les champs et au bord des routes, et eux se chargent de les retaper puis de les relâcher.

Evidemment, tout cela demande des moyens et c’est pour cela qu’ils ont lancé une campagne de financement pour financer leurs efforts.

Lien vers la campagne

Lien vers le site de l’association

Si vous aimez Everdell, si Creature Comforts ne vous laisse pas indifférent, faites un petit geste. :slightly_smiling_face:

Merci pour eux.

10 « J'aime »

Je ne voudrais pas passer pour un insensible mais passé la première réaction très émotionnelle de vouloir soutenir cette belle initiative, j’en viens à m’interroger sur la pertinence de telles activités, que je ne remet aucunement en cause.
Je souhaiterais juste pouvoir évaluer l’efficacité réelle du tout, c’est une démarche globale, je ne vise pas spécifiquement celle-ci plus que le reste.

Donc, un peu de littérature sur les conséquences des soins aux animaux sauvages sur les écosystèmes m’intéresserait et je n’ai malheureusement rien trouvé à ce sujet sur le site de l’association.
Quid des causes qui amènent tous ces animaux à nécessité des sons ? Plus spécifiquement quelle est la part humaine dans tout ça ?
Comment l’équilibre des écosystèmes est-il considéré par rapport à ses actions ? A-t-on bien mesurer les conséquences de ses soins et des réintroduction s qui en découlent ?

Voilà en gros.

Je le répète, je ne remet aucunement en cause les équipes, dont je salue l’engagement, ils peuvent être fier d’eux et je leur tire mon chapeau, d’autant plus que je suis bien incapable d’en faire le centième.
Et je suppose que ces questions et bien plus encore ont très certainement été traitées et continuent de l’être, mais j’ai besoin de me le confirmer.

Merci.

2 « J'aime »

Interrogation très légitime, aucun souci.

Chasse, pollution, urbanisation invasive, recul des habitats naturels, accidents de la route … rien de bien original. Tout cela produit quantité d’éclopés, de juvéniles affamés ou affaiblis, de malades … que des particuliers récupèrent et amènent à l’association. Derrière, des vétérinaires (et étudiants-vétérinaires) les soignent, les réalimentent et les relâchent pour qu’ils aient une deuxième chance. Ils contribuent ainsi, très humblement, à freiner l’effondrement de la vie sauvage dans cette partie de la France. La suite, les impacts, honnêtement, je ne sais pas.

Tout ce que je peux dire, c’est que leur activité est très concrète, et c’est pour cela que je la suis et la soutiens depuis quelques années. Faune-Alfort n’est pas une grande association qui disperse ses fonds dans des campagnes de mailing, dans la distribution de goodies ou le lobbying parlementaire (ce n’est pas une critique, il en faut). C’est une petite structure dont j’admire l’investissement et que je voulais mettre en lumière ici.

4 « J'aime »

Une campagne de financement sans contrepartie? :thinking:

Résumé

:wink:

Merci pour ta réponse.

Si j’ai tout compris, la campagne se déroule entre du 1er avril au 31 juillet, ce qui me laissera le temps de creuser la question et d’absorber les dépenses importantes d’avril.

Etant membre de l’assoc (très peu impliqué, juste simple donateur) et même si je suis leur activité de loin, je ne peux que confirmer les propos de Bigduff. Je ne connaissais pas Faune Alfort avant de devoir leur amener presque coup sur coup deux petits blessés il y a qqs années et j’etais bien content de les trouver. Il faut savoir que, pour des questions sanitaires compréhensibles, votre vétérinaire n’a pas le droit de soigner un animal sauvage. Que faire de mes bestioles? ( non…je ne veux pas les bouffer…).
Hormis la partie vétérinaire, le plus gros du travail (et des dépenses) consiste a la prise en charge de l’animal pour la convalescence puis sa remise en liberté. L’association dispose d’un terrain sur lequel ont été construits par les bénévoles abris et volières, qu’il faut entretenir, assurer le nourrissage, la rééducation et les soins.

3 « J'aime »

Et comme il s’agit d’une association loi 1901 à but non lucratif et reconnue d’utilité publique, le don est soumis à déduction fiscale de 66%, déductibles donc de l’impôt sur le revenu.

Soit, si vous faites un don par exemple de 100 balles, 66 seront déduits de vos impôts.
Coût réel : 34€

Un justificatif vous sera bien sûr fourni pour prouver ce don si les impôts viennent à vous le réclamer.

Et effectivement, ce ne sont pas des branleurs :
Vu en bas de la page d’accueil du site principal.

Nombre d’animaux depuis la création de Faune Alfort en 2014 : 45504

Nombre d’animaux accueillis en 2022 : 1025

Nombre d’animaux actuellement (04/05/2022) en soins : 252

4 « J'aime »