J’ai reçu et joué à Life of the Amazonia

Cette quinzaine, j’ai reçu et joué à Life of the Amazonia, le nouveau jeu des auteurs de Wild Serengeti.

Disponible en boutique→ Voir l’offre Philibert ←

Pourquoi je l’ai pledgé ?

Tout d’abord, j’adore les jeux mignons avec des animaux et un peu (ou beaucoup) thinky, de familial à expert. J’ai ainsi Everdell, Meadow, Hibachi, Wild sergenti, Ark nova, et prochainement zoo tycoon, etc. J’ai envie de m’évader avec mes jeux, dans des endroits colorés et avec un thème sympa.
image

Ensuite, j’ai beaucoup aimé Wild Sergenti, très casse-tête, qui présente un gameplay peu courant avec de très jolis meeples. Je suis très consciente que certaines cartes et/ou pouvoirs ne se valent pas, certain(e)s sont trop puissant(e)s alors que d’autres très bof, mais cela n’entache pas mon plaisir à y jouer.

Life of the Amazonia a attiré mon attention pour plein de raisons : sa couverture est magnifique, ses meeples sont choupis, et le pitch est très sympa : c’est un jeu de bag building, de pose de tuiles (des plaques de plusieurs hexagones) , d’animaux et de végétation afin de créer une belle jungle pour scorer. Une sorte de cascadia version upgradée, le bag building en plus. Thème sympa, jeu coloré, meeples mignons et mélange de mécaniques peu courant, j’ai dit « banco ! ». Promis, la cascade en 3D ne m’a pas influencée, (même si maintenant avec l’arbre d’Everdell et le rocher de Wild Serengeti j’ai de quoi faire un sacré paysage!).

Qu’est-ce que j’ai pledgé ?

Grâce à la lecture assidue de cwowd, j’ai compris que si je voulais ce bag building, il ne fallait pas y aller à moitié. Vu le nombre de joueurs fans des jetons upgradés pour les Charlatans de Belcastel, qui aiment le côté tactile et surtout la facilité à piocher des jetons, j’ai décidé de prendre les jetons en bois.

Puis, je me suis dit, tant qu’à faire, j’aimerai bien avoir aussi des arbres et nénufars en bois, histoire de vivre mon immersion à fond : je voulais éviter d’avoir de beaux meeples animaux au milieux de petits arbres en carton à base cruciforme (plus petits et moins épais que ceux de Tang Garden), et des nénuphars tout plat.
image

Bref, vous l’aurez sans doute deviné, j’ai pris un all-in, avec la cascade en bois pour remplacer la cascade en carton : Bad Comet - Éditeur - Jeux de société - Philibert - Boutique Philibert

Qu’ai-je pensé à la réception ?

La boite est de format standard, c’est un plus. Les sacs en tissu sont sympas, fluides, doux au toucher, et d’assez grande taille pour y glisser sa main. Les barques 3D en cartons sont bien.
Dans la version kickstarter, il y a une petite extension avec des animaux aquatiques (meeples et cartes), pas encore testée.

Grande déception à l’ouverture des boites des add-ons en bois : il y a une drôle d’odeur qui s’en dégage et surtout les jetons sont recouverts d’une sorte de vernis, qui me fait penser à du décopatch. A cause de la chaleur, j’ai dû séparer manuellement un à un chaque jeton et chaque arbre ou nénuphar, en priant pour que ça ne s’abîme pas. J’ai bien réussi dans l’ensemble, mais ce n’est pas nickel chrome.

Vient alors le moment de dépuncher. Malgré les déconvenues citées ci-dessus, je me félicite tout de même d’être partie sur un all-in. Les jetons ressources sont plutôt fins, et je n’ose pas imaginer à quoi ressemblerait les petits arbres en carton. L’éditeur au eu la très bonne idée de créer des réservoirs à ressources en carton, avec le prix dessus, mais il n’a pas la solidité de celui de Western Legends par exemple. Je crains un peu pour les fentes qui accueillent les couvercles. Les cartes sont très belles et les sleeves de très bonne qualité, je dirai du paladin like sans avoir comparé. La règle est bien rédigée, illustrée et lisible.

Vient alors le moment de monter la cascade en bois… j’avais l’intention de repousser ce moment, ayant été mise en garde par la présence de papier de verre sous son emballage. Et là, ça été le début d’une galère sans nom. J’ai appuyé millimètre par millimètre pour abaisser un « plateau » de plus de 5 cm, en entendant des grincements, et en me demandant à chaque instant si j’allais le fendre. Mon mari est venu à ma rescousse, et a finalement limé avec une lime à ongles les fentes, ce qui a bien facilité l’assemblage. Par contre, il est hors de question qu’on la démonte, trop peur qu’elle ne se fendille plus.
La cascade est de moins bonne qualité que l’arbre en bois d’everdell, il est fait en plaques fines qui peuvent se fendre, et l’impression semble un peu artisanale, avec une finition à la décopatch un peu floue et granuleuse. Elle a le mérite d’avoir les 3 pistes bien à plat, ce qui n’est pas évident avec celle en carton.

image

La mise en place

Une fois tout dépunché/sleevé/monté, la mise en place est très rapide : on soulève les couvercles des bacs à ressources, on créé des rivières de cartes insectes et paysage, et un choix de tuiles.
On place les meeples animaux sous leurs cartes (ça prend un tout petit peu plus de temps si comme moi on aime bien les placer alignés), ses pions sur les pistes et on prépare son sac à ressources.

Comment on y joue?

Un joueur pioche dans son sac en tissu 5 jetons qu’il place devant lui. Il gagnera ainsi des jetons or, eau, fruit ou feuille, qu’il pourra combiner pour acquérir des nouveaux jetons, des animaux, des cartes insectes (petits bonus instantanés), des cartes paysages (scoring de fin de partie), des actions spéciales.

A son tour de jeu, il fera toutes les actions souhaitées avec ses ressources, puis posera les ressources dépensées et les nouveaux jetons achetés dans sa barque.

Pour accueillir un animal, il faudra dépenser les ressources indiquées en fruits (+ souvent de l’eau ou des feuilles selon le type d’animal), et avoir un emplacement adapté pour lui (forêt et/ou eau et/ou marais en jaune, d’une ou deux cases selon la taille des animaux). Chaque type d’animal a un scoring différent : le toucan c’est 4 points, chaque paire de grenouille/nénufar, ou pivert/arbre avait des points, les aras scorent en fonction du nombre d’arbres chez vous, idem pour les crocos et les nénuphars. Les jaguars aiment être entourés de plein d’animaux juste à côté d’eux, les tamarins qu’il y ait plein d’animaux dans leur habitats, les loutres donnent plus de points si leur habitat est grand, etc.

Les tuiles sol sont différentes en fonction du nombre de terrain eau, marais, forêt, de leur disposition et des bonus qu’elles octroient quand on pose un animal, un arbre ou un nénufar dessus.

A la fin de son tour de jeu, il faut défausser dans son bateau les jetons non utilisés, sauf un, qu’on peut garder devant soi, dans son sac à dos « virtuel » (pas de tuile pour le représenter). Au cours de la partie on pourra, en dépensant des ressources, faire augmenter la taille de son sac à dos jusqu’à 3 emplacements. Les jetons peuvent être conservés aussi longtemps que souhaités dans son sac à dos, et défaussés dans son bateau quand on le souhaite pour faire de la place à d’autres jetons.

Puis, toujours à la fin de son tour de jeu, on pioche 5 nouveaux jetons (peu importe la taille de son sac à dos), qu’on place devant soit. On peut alors déjà analyser ses ressources et prévoir ses prochains achats, quitte à réactualiser ses plans si un autre joueur achète une carte convoitée ou accueille le dernier meeple d’une espèce.

Si à un moment son sac est vide alors qu’il doit piocher, il vide le contenu de sa barque dans son sac, et c’est reparti pour la pioche.

Les tours des joueurs vont ainsi s’enchainer jusqu’à la fin de la partie, qui est déclenchée quand un joueur épuise la réserve de meeples d’un cinquième animal. Les autres joueurs jouent encore un tour, et on passe au décompte des points.

Précisions sur les règles :

Les animaux

Chaque joueur a pioché au début de la partie, 2 cartes animaux uniques, et en a choisit 1. Quand les conditions dans sa forêt seront réunies (par exemple avoir tant de cases eau, tant d’animaux, etc.), il pourra, en action gratuite bonus, poser le meeple animal unique de cette carte dans sa forêt et aura désormais un pouvoir : avoir une réduction permanente de 1 pour l’achat de telle ressource, doubler un bonus, etc.

Les autres meeples animaux interviendront dans chaque partie, mais ne scoreront pas toujours de la même manière. Pour chaque type de meeple standard, il y a plusieurs cartes associées. Ainsi pour le ara, j’ai une carte côté A/B, une autre C/D, une autre E/F. Il est recommandé au début de jouer avec toutes les cartes version A pour commencer, puis à la partie suivante, il suffira de retourner ces cartes pour découvrir les nouvelles façon de scorer de s animaux.

Les achats

image

Lors des achats, on peut défausser autant qu’on le souhaite, 2 jetons, peut importe leur valeur, pour qu’ils valent 1 d’une autre ressource. Je précise qu’on ne peux pas « couper » la valeur d’une pièce de 4 pour acheter 2 choses différentes (par exemple je ne peux pas acheter un jeton eau et un jeton fruit avec la même pièce, il faut 2 pièces différentes. Par contre, on peut utiliser la même pièce pour acheter 2x la même chose). Cette règle est valable pour tous les achats qui nécessitent les jetons pièces, eau, fruit, feuille. Elle évite les compte d’apothicaires, et de se dire « il me restait une valeur 1 non dépensée sur tel jeton ». Tout simplement, on peut se dire que chaque achat ne rend pas la monnaie.

On peut également dépenser 1 cabosse de cacao, qui est une ressource joker, qui peut se gagner via certains bonus, et qui vaut 1 ressource. Les cabosses ont l’avantage de pouvoir être stockées sans limite de nombre ou de durée.

Si le prix des jetons ressources pièces, eau, fruit et feuille est fixe (noté sur l’insert, pratique), le prix des actions poser une nouvelle tuile, planter un arbre ou poser un nénuphar va constamment augmenter. Plus vous en achèterez de chaque type, plus le prix augmentera. On pourra suivre l’évolution des prix sur la cascade (c’est presque uniquement à ça qu’elle sert!), en regardant le prix sur la case d’après. Parfois on aura des bonus en arrivant sur certaines cases. A la fin de la partie, les cases du bout des pistes de la cascade apporteront des points.

Autres

Les tuiles terrains et les cartes insectes proposent des bonus variés : retirer de la partie un de ses jetons visibles, repiocher 1 jeton, gagner 1 cabosse, renouveler les cartes ou tuiles, etc.

Avec ses ressources, on peut aussi agrandir son sac à dos, déplacer un animal, défausser un jeton, renouveler des cartes, des tuiles …

Mon verdict : J’adooore ! Très bon jeu familial/ familial + à initié.

Lors de ma deuxième partie, à l’asso, on s’apprêtait à jouer à 3 entre joueurs initiés quand une dame est venue pour savoir si elle pouvait se joindre à nous, sachant qu’elle jouait d’habitude au 6 qui prend. Elle a beaucoup aimé la partie, et a joué presque en autonomie. Je l’aidais juste parfois pour lui rappeler que le jeton acheté allait dans sa barque, et qu’elle pouvait échanger 2 jetons contre un, ou pour placer au mieux son animal unique. Clairement, elle ne faisait pas les meilleurs choix (elle passait son temps à acheter des jetons de moyenne valeur, et de ce fait, diluait son sac, au lieu de l’épurer), mais on ne lui a fait aucune remarque là-dessus, elle était contente de faire ses petits achats à chaque tour et développer sa forêt.
Mes amis eux aussi, ont bien aimé. La partie a été un peu longue à 4 : on a dû s’arrêter à 4 piles animaux épuisés au lieu de 5. A la base, j’avais limité à 3 joueurs, mais comme cette charmante dame est arrivée, et a demandé à joueur avec nous, on l’a intégrée à notre partie.

Certes, les cartes pouvoir des animaux spéciaux ne se valent pas toutes (un peu comme dans Wild Serengeti). J’ai donc donné à la nouvelle joueuse le choix entre 2 cartes très fortes , et j’ai ensuite proposé les cartes moyennement fortes aux autres joueurs et moi-même. Pour rééquilibrer le jeu, j’aurai pû aussi donner des ressources de valeur un peu plus élevées au début de la partie.

Il y a beaucoup de choses très sympas dans ce jeu : on a vraiment l’impression de créer un petit biôme avec les interconnections entre les espèces, on a toujours des choix à faire à son tour ; acheter plutôt des pièces ( assez évident en début de partie), mais aussi des fruits pour les animaux, des feuilles pour les terrains et les animaux de la forêts, ou de l’eau pour avoir accès rapidement aux cartes paysages de scoring et pouvoir aussi avoir des crocos et grenouilles ?
image
team eau

image
team forêt

Le cacao et l’échange de 2 ressources contre 1 permet d’essayer de se débrouiller pour réussir à faire ce qu’on veut. Il y a aussi des petits enchainements sympas comme : je pose 1 nénufar sur une case eau avec un bonus, qui me permet de gagner 1 cacaco, que je remplace par un fruit, et ça y est, je peux prendre 1 animal.

Le sac à dos permet de mettre de côté un gros jetons et aide à forcer la chance.

Les barques sont top : elles permettent de bien séparer les ressources dépensées, tout en les voyant pour faire des prévisions de ce qu’il nous reste à piocher, et permettent surtout de remplir son sac en un clin d’oeil.

Petit bémol : pas d’aide de jeu pour rappeler la composition initiale du sac et faire des prévisions de tirage, ni pour lister les scoring de chaque animaux : les cartes sont au centre de la table.

En résumé

Un très bon jeu familial/initié, pas toujours parfaitement équilibré au niveau des cartes, qui a quand même des soucis de matériel. Je vous conseille de prendre au moins les jetons en bois, voire les arbres et nénufars en bois pour plus d’immersion** (attention à l’odeur (maintenant très discrète) , et ils colleront certainement un peu). La cascade en carton n’est pas bien plate et peut-être un peu pénible, mais celle en bois nécessite une lime, et est fragile.

L’anglais ne devrait pas trop poser de problème : chaque carte bonus ou scoring est accompagnée d’un visuel assez clair, et comme il n’y a aucune information cachée, un joueur pourra traduire.

Il y a un mode solo que je n’ai pas testé.

57 « J'aime »

Sacré pavé :+1:

1 « J'aime »

J’avoue, j’avais sauvegardé la moitié de mon message, je n’ai pas tout écrit en une fois :sweat_smile:

2 « J'aime »

Merci pour ce CR super bien structuré :pray:
J’aime beaucoup Wild Serengeti mais sa durée fait qu’il ne sort que très très peu. Tes parties ont duré combien de temps?

2 « J'aime »

Joli! :smiling_face_with_three_hearts:
Il faudrait vraiment que je trouve le temps et l’énergie pour venir vous voir et ramener mon night parade, tu devrais aimer les meeples et la beauté du jeu dans son ensemble. :slightly_smiling_face:

2 « J'aime »

2H30 à 4 en n’épuisant que 4 animaux sur 5 (on aurait dû ajouter 30 minutes max je pense). Parmi ces joueurs, un optimisateur qui réfléchissait beaucoup, et une nouvelle. Sinon, à certains tours de jeu, ça me prenait 30 secondes, je savais que je voulais acheter une ressource, ou prendre 1 animal.

C’est plus accessible que wild serengeti, et plus rapide dans le tour de jeu des joueurs car il y a beaucoup moins de données qui changent avant ton tour: tu as déjà pioché tes ressources, donc tu as le temps de réfléchir à ce que tu prends à l’avance. Et tu n’as pas à ré-analayser la carte ou les cartes de scoring comme dans WS. Les cartes de scoring étant chères, une seule sera acquise à la fois, et seulement 3 visibles. Et pendant ta partie, tu fais vraiment beaucoup beaucoup plus de choses, et tu as plus de choix simples, peu de contraintes. On a dû jouer au moins 40 tours de jeux.

3 « J'aime »

Mon mari l’a déjà :sweat_smile: mais tu es le bienvenu ! N’hésite pas à me MP quand tu passes si tu veux que je ramène Life of the Amazonia.

1 « J'aime »

Thanks pour ce complément d’info, j’allais moi aussi te demander un petit comparatif avec Serengeti, notamment en termes de durée de tour et durée de partie.
Et grand merci pour ce CR super détaillé. J’ai survolé la partie régles, mais lu avec intérêt tout le reste. Top.

1 « J'aime »

Super CR, très agréable a lire :wink:

J’aime bcp WS et je n’ai pas pledge LoA car je trouvais le gameplay plus léger et trop proche d’autres jeu que j’ai déjà

Mais il est superbe et le matos deluxifié donne super envie ! Maintenant j’ai envie de l’essayer quand même !

On veut d’autre CR

1 « J'aime »

Joli retour, j’ai hâte de recevoir le mien !

1 « J'aime »

C’est en partie grâce à ta vidéo que j’ai plongé :grin:

1 « J'aime »

Ça me fait très plaisir ! Je suis un grand fan de cet éditeur.

1 « J'aime »

La livraison est censée être terminée, non ?

1 « J'aime »

Euh oui, il est possible que ce message matinal soit parti un peu trop vite :smiley:

1 « J'aime »

Plus accessible que Wild? Sur bgg il est quoté plus complexe… et plus long aussi


Je pense que Wild est un chouilla plus simple à appréhender, par contre les estimations de temps de jeu des éditeurs, ça ne vaut jamais grand chose…

1 « J'aime »

Je connais quelqu’un qui pense que ça compte. Hein, @Xylis

Je maintiens mon avis. Une non joueuse a pu jouer avec nous, sans problème, mais ne pouvait pas gagner, clairement, contre des joueurs habitués. A ton tour, tu pioches, tu achètes ou tu places des meeples. Il faut savoir gérer un sac et essayer de comboter des éléments. C’est là-dessus que se jouera la différence de points.

Avec wild seregenti, tu dois avoir une bonne spatialisation dans l’espace, t’adapter si une action n’est plus dispo ou trop chère. C’est comme de la programmation au tour par tour, avec des actions des joueurs, puis les migrations, qui sont de potentiels gros grains de sables.

Fort probable pour la durée plus longue, mais elle dépendra si des joueurs veulent rusher en prenant le dernier meeple d’une espèce, ou se diversifier. En tous cas, beaucoup plus d’actions jouées en une partie.

3 « J'aime »

on est bien d’accord, mais normalement, pour un même éditeur, celui qui est annoncé le plus long ne devrait pas s’avérer être le plus rapide…

edit : ou alors ils se sont rendus compte qu’ils avaient abusé grave pour le temps déclaré sur wild et ont un peu rectifié le tir sur LotA

2 « J'aime »

Je mise sur ta deuxième hypothèse en effet :slightly_smiling_face: