Jeux dans une démarche éco-reponsable

Suite à la lecture du topic Pledge et Co2 , je vous propose de créer une liste des projets KS et autres plate-formes, des jeux déjà en boutique, des créateurs et éditeurs qui s’inscrivent dans une démarche éco-reponsable, afin de les mettre en valeur.

Je propose d’utiliser l’écoscore imaginé par Gus and co


Il l’adopte maintenant pour chacune de ses critiques de jeux. Voici en résumé, tel qu’il l’explique sur son site, quels sont ses critères pour déterminer l’écoscore d’un jeu :

Jeu produit en Europe composé uniquement de matériel renouvelable, tels du papier, carton, bois
image

Jeu produit en Europe et contenant des éléments non-renouvelables, tel du plastique
image

Jeu produit en Asie et contenant des éléments renouvelables
image

Jeu produit en Asie et contenant peu d’éléments non-renouvelables
image

Si la très grande majorité du jeu est composée de figurines et autres pièces en plastique
image

Le packaging des éléments du jeu ne semble pas pris en compte.

Le but de ce topic serait de mettre en valeur que les jeux notés de A et B, c’est à dire aux jeux produits en Europe, qu’ils soient sans ou avec du plastique, tout en y précisant, comme d’habitude, le public, le gameplay, et …le prix !

3 J'aimes

Bon, je commence par le jeu [Kosmopoli:t],

Auteurs : Julien Prothière, Florent Toscano - Illustrateur : Stéphane Escapa Éditeur : Opla
** Party-game, coopération, observation, écoute, communication, rapidité**
4 à 8 joueurs - Dès 10 ans - 6 minutes

Ce jeu m’a bluffée pour tout un tas de raisons :

  • d’abord son concept : A l’aide d’une appli, vous jouez dans un restaurant fréquenté par une clientèle très … cosmopolite ! qui commandera ses plats dans une soixantaine de langues !

" [Kosmopoli:t] est un jeu coopératif dans lequel les joueurs revivent tous ensemble l’atmosphère du service du soir d’un restaurant très … cosmopolite. Ici, les clients viennent du monde entier et chacun commande dans sa propre langue. Les plats commandés concernent des plats typiques de chaque pays, qu’il vous faudra déchiffrer correctement pour satisfaire les clients exigeants.

Pour relever le défi, il vous faudra :

  1. Écouter les commandes dans toutes les langues du monde
  2. Répéter le mieux possible ce que vous avez entendu (ou cru entendre) aux autres joueurs
  3. Trouver et servir le bon plat

[Kosmopoli:t] est un jeu évolutif, rapide et immersif qui retranscrit toute la richesse et la diversité des langues du monde (plus de 60 langues différentes) Arriverez-vous à faire le bonheur de tous les clients ?

Le jeu nécessite une tablette ou un smartphone, des écouteurs et de quoi écrire." (résumé Philibert)

  • ensuite par son ecoscore ; il obtient image par Gus and co lui-même !

Le jeu est éco-fabriqué en France : les cartes dans le Doubs, les livrets à Montpellier, les blocs-notes à Lyon et la boîte dans la Drôme. Pour en savoir plus sur l’éditeur : https://www.jeux-opla.fr/

  • mais aussi par son livret pédagogique additionnel épais, rédigé par le laboratoire dynamique du langage du CNRS, une véritable documentation scientifique, culturelle et linguistique. Une riche présentation de ce que sont, de ce que font les langues sur notre planète. Ce livre est plus à la destination des adultes que des enfants.

  • et enfin par l’avis de Gus and co Le jeu du jour : [Kosmopoli:t] - Gus and Co :

Ce qui nous a plu :heart:

:white_check_mark: Un party-game intelligent, avec un énorme travail de recherche culturelle, alimentaire et linguistique derrière

:white_check_mark: Une appli fluide et bien faite, qui sait se montrer (relativement) discrète. Elle est là pour assister le jeu, pas pour prendre trop de place

:white_check_mark: Un jeu ultra-fun

:white_check_mark: L’aspect évolutif du jeu. On commence en version light, et plus on joue et plus on débloque des niveaux avec de nouvelles cartes que l’on utilise

:white_check_mark: 60 langues locales et parfois en voie d’extinction, (très) peu connues et archivées dans et grâce à ce jeu. On joue, certes, on se divertit, certes, mais grâce à [Kosmopoli:t] on découvre une mosaïque de langues hallucinantes et inconnues

:white_check_mark: Un jeu qui sert de plateforme, de vecteur pour ouvrir une discussion, une réflexion plus large sur des questions anthropologiques et ethnographiques liées aux langues et à leur évolution (et parfois extinction…)

:white_check_mark: De superbes illustrations qui font quelque peu penser à l’univers visuel chafouin de Burger Quiz, un autre jeu fun dans la restauration

Ce qui nous a moins plu :no_entry:

:x: Rien. Mais vraiment rien. C’est suffisamment rare pour être relevé !

:x: Ha si, quelque chose ne nous a pas plu. Que le jeu ne soit pas nommé pour l’As d’Or 2020. Il aurait dû, il aurait pu gagner . Mais WTF le jury ??? [Kosmopoli:t] aurait fait un magnifique As d’Or, fun, culturel et… intelligent. C’est peut-être au fond ce qui a dérangé le jury ? Que le jeu soit trop… intelligent ??? Mais vraiment, vraiment dommage

Je n’ai pas encore eu l’occasion d’y jouer mais j’ai trop hâte …. Il me met l’eau à la bouche :drooling_face: :drooling_face: :drooling_face:

2 J'aimes

Le truc c’est que le jeu nécessite une application, donc la production du jeu est notée A mais à chaque partie tu continue de « polluer » avec l’application.
Je ne veux pas polémiquer mais juste montrer les limites d’une notation comme celle-ci.

2 J'aimes

Je comprends tout à fait ton avis, moi-même j’y avais pensé, et il y a certainement d’autres jeux qui méritent encore plus un A.

Après toute notation à ses limites, et c’est bien de pouvoir pointer ces limites, mais ça permet d’avoir une idée aussi des boites de jeux qui font un effort sur ces questions là, donc je trouve l’initiative de proposer cette notation intéressante :slight_smile:

(Et pour Kosmopolit, j’y ai joué, c’était un beau bordel, on a enchaîné 6/7 parties et j’y reviendrai avec plaisir, même si je trouve le rôle cuisiniers un peu plus faible que les deux autres)

Pourquoi pas. Je reste très circonspect sur les critères de notation. Un jeu produit en Europe n’est pas par définition plus écologique qu’un jeu produit en Chine. Ça l’est probablement mais ça n’est pas systématique. Et « être en Europe » ne présume en rien qu’une usine est plus respectueuse, responsable, écologique ou humaine qu’une autre créée en Asie.

De même, il y a plastique et plastique. Et les papiers subissent différents traitements, certains pouvant avoir un impact écologique lourd.

Je ne vois pas, par contre, de critère jugeant la justesse du matériel, de la boîte, de l’insert etc. Un jeu pourrait donc se retrouver en A alors qu’il utilise 3 fois trop de carton, des encres polluantes, des films UV, du matériel « superflu ». Ou une qualité de cartes tellement médiocre qu’il impose l’usage de pochettes.

Bref, l’idée est intéressante. Mais elle reste amha très primitive. Et pas forcément juste.

D’ailleurs, on se retrouve avec un jeu en A alors qu’il utilise une appli qui, en effet, n’a pas un impact neutre à chaque usage…

7 J'aimes

Excellente synthèse de la complexité du truc. Le Chef est pas Chef pour rien…

3 J'aimes

je t’aime :ice_cream:

Faut-il aussi tenir compte de l’usage ?
Un jeu solo qu’on va jouer 10 fois 20 minutes est-il équivalent à un jeu en campagne de 300 heures qu’on va jouer à 4 ?
Un jeu qui sortira pendant un mois avant de prendre la poussière est-il comparable à un jeu qu’on ressortira régulièrement pendant des années ?
Quid des jeux jetables ? S’il a une fab exemplaire, il mérite un A ?

2 J'aimes

Oh Chef, quelles excellentes questions vous posez, qu’est-ce que vous êtes impressionnant Chef! (moi aussi je peux fayotter comme Gougou :smirk: )

1 J'aime

:ice_cream:

Très bonnes remarques. J’ai écrit le post au réveil sans forcément prendre en compte tous les critères. (Mais est-ce possible ?)

En effet, le lieu de production et la présence ou non de plastique ne devrait pas être les seuls critères à prendre en compte. Mais à notre humble niveau, sauf si l’éditeur communique sur la qualité de son papier et son traitement, et sur le choix de tel ou tel matériel, c’est impossible pour nous de déterminer si telle usine ou telle production est très/trop polluante par rapport à ce qu’elle pourrait être dans « l’idéal ». Il n’y a pas de liste des composants, comme sur un produit alimentaire ou cosmétique, permettant de connaitre quel type d’encre, de papier ou de plastique sont utilisés. Peut-être que ça viendra un jour ?

En ce qui concerne le contenu d’une boite de jeu, on est déjà beaucoup plus à même de voir si des efforts sont fait ou pas : pas d’insert, insert carton ou plastique, cartes et matériel suffisamment épais pour tenir la route un moment, ou si les cartes demandent d’être sleevés… (même s’il y aura toujours des inconditionnels du sleevage, je sais bien). Par exemple, je félicite TGR pour son dernier stretch goal des boites à plier, il ne répond pas aux critères de l’écoscore pour avoir une bonne note, du fait du matériel et du leu de production, mais c’est toujours bien de mettre en avant de bonnes initiatives.

Ce serait bien que ce type de questionnement prenne de l’importance dans les années à venir …
Combien de fois j’ai choisi de jeter des inserts de boite de base et d’extension pour tout faire rentrer dans la boite du jeu de base ? Je ne pense pas être la seule ??? En plus les inserts thermo-formés coûtent cher à produire… mais d’un autre côté, le moindre lot de croissants en supermarché se vend lui aussi sous plastique et on pourra me dire que tant qu’à choisir, le plastique du thermoformage sera utilisé beaucoup plus longtemps chez les joueurs adeptes du thermo-formage. Il faudrait peut-être un pledge avec ou sans ou le mettre en add-on (principe du pollueur payeur ?). Enfin, cela ne serait pas du tout envisageable pour les jeux de kilos-plastique, ce ne serait pas cohérent…

Toujours en ce qui concerne le packaging, il y a encore des pistes de réflexions… Comme les jeux aux boites surdimensionnées sans extension prévue. Les boites coûtent plus cher à produire, à transporter, à stocker, elles prennent plus de place dans la boutique et chez les joueurs…qui s’ils sont accros comme nous, manquent souvent de place sur leurs étagères … Tout ça pour justifier un prix. Bon les Tiny Epic, eux ne se gênent pas, au contraire, de faire payer cher une mini boîte :wink:
Ou encore les stretch goals qui proposent des traitements UV, etc… ce sont rarement ceux plebiscités par les backers… Est-il pertinent d’en proposer ?

Il y aussi les extensions qui réunissent plusieurs de ces interrogations : insert en plastique que l’on ne garde pas toujours, idem pour la boite (perso je les garde comme plateau à bord pour y ranger plein de petits jeux de carte, de dominos, etc… de mes enfants), sa taille souvent trop grande et ses illustrations faites pour attirer l’oeil lors de l’achat mais qui n’étaient pas forcément indispensables s’il s’agit qu’une petite extension qui rentrerait facilement dans la boite de base. Une boite en carton marron avec une feuille imprimée ne serait-elle pas suffisante ?

En ce qui concerne l’usage, c’est assez variable. Un jeu jetable peut potentiellement être revendu 10 fois sur un site d’occasion, alors qu’un jeu prévu pour 300h de jeu pourra ne pas avoir été rentabilisé autant que prévu si la mécanique ne plait pas ou manque de temps, pas de joueurs intéressés, etc.
Les avis des joueurs sur le game play et la rejouabilité peuvent nous aider à se faire une idée là-dessus. Et il y la possibilité de revendre ses jeux aussi …

1 J'aime

Bon, sinon je voulais mettre en avant l’éditeur https://www.treecer.com/

Our Values

Nature with all its inhabitants is very close to our hearts. All our products are therefore made from FSC-certified /recycled resources and we avoid the use of plastic as far as possible. In addition, we offset all CO2eq generated during the production and shipping of our products with myclimate. For the offsetting we support a project in Myanmar, which aims at the reforestation of the mangrove forests in the Ayeyarwady Delta, which serves as habitat for many endangered species.

Ils ont produit Darwin’s choice et son extension. Et vont prochaienement lancer d’autres projets.
On pourra toujours leur reprocher d’avoir recours à KS pour se financer et d’envoyer leurs jeux de l’autre côté de l’océan, mais pas sûre qu’un projet EU exclusif se concrétise et soit rentable…

En tout cas ils ont une communication au top du top : chaque semaine une actu, rapidité dans les réponses, transparence :grinning:

Il n’y a aucun label qui est parfait et effectivement plein d’autres choses doivent/peuvent être prises en compte. Par exemple pour moi les jeux legacy à destruction de matériel sont une hérésie vu qu’on ne peut pas les revendre/redonner pour donner une nouvelle vie au jeu (sauf si on triche avec le concept de base avec des post-it et compagnie).

Après, aussi imparfait que cela soit, je ne jetterai pas la pierre à ce genre d’initiatives. Peut-être que c’est le système de note qui pose question dans ce cas là (même si c’est à la mode de mettre ce genre de notes sur tout). Une liste simple et claire sur « lieu de production », « matériaux », « autres », pourrait-être aussi efficace sans tomber dans un classement compliqué (le jeu à application, on lui met un A- ou un B+ ? :face_with_raised_eyebrow:).

1 J'aime

De mémoire, Samsara de chez Oka Luda Éditions, proposait de replanter un arbre pour chaque pledge fait . C’était la première fois que je voyais ça à l’époque…

Il y a aussi Thundergryph qui a une politique de plantage d’arbres suite à l’achat de jeu :

C’est comme les Exit, tu peux pas revendre ni rejouer vu la destruction du matériel. Mais si ca se produit, c’est que ca se vend. Les critères sont trop simplismes pour statuer sur un jeu éco-responsable ou pas.

En plastique qui dure plusieurs décennies en gardant la même rejouabilité vs un jeu en carton qui s’use après quelques années et n’est plus utilisable, bien, le premier jeu est davantage éco-responsable. Il faut regarder tout le trajet de la fabrication à la fin de vie.

Je n’en suis pas sûre, il faudrait prendre en compte l’extraction des matières premières, et la fin de vie ultime du jeu, comme son caractère biodégradable ou pas. Quel sera son impact du début à la fin ?

Tu as sans doute raison. On peut en tout cas essayer de mettre en valeur les bonnes initiativesn les bonnes pratiques, en espérant que ce ne soit pas que du green washing…

Tu m’apprends quelque chose, je ne savais pas qu’ils faisaient partie des jeux legacy. Ben du coup jamais ne n’en n’achèterai. Je me suis déjà laissée tentée par des unlock, presque tous en fait, mais c’était soit en occase soit dans l’optique de les revendre…

Tiens, ça me fait penser à Machi Koro / mini-villes qui a eu une nouvelle version legagy … quelqu’un sait quel était l’intérêt (pour le joueur, hein, ar que pour l’éditeur on connait la réponse …)

ça, par contre, ça peut se faire sans problème. Ça n’a (probablement, qui suis-je pour dire ce qui motive mon cerveau^^) aucun impact dans mon processus de choix d’un jeu mais je comprend que ce soit un paramètre important pour d’autres.


Si vous avez des infos dans ce sens, n’hésitez pas à les signaler je les mettrai en avant. D’ailleurs, on peut même créer tout de suite un tag pour signaler les projets/éditeurs ayant une démarche… je vous laisse choisir le terme (et n’en propose pas pour ne pas influencer)… en faveur de l’environnement.

Peu importe l’importance réelle, chacun jugera en fonction de ses propres critères. Si c’est du greenwashing, ça leur retombera sur la gueule un jour ou l’autre. Et c’est de toute façon incitatif envers d’autres éditeurs qui, eux, le feront bien.

2 J'aimes

Je pense que le soucis vient du fait des terminologies que l’on utilise et de que les règle qui définit l’attribution du score est plutôt large et sujet à critique/interprétation.

Effectivement, si un jeu est produit par une boite de gros pollueurs en Europe ou une boite qui « fait attention » en Asie, le score est biaisé. A l’inverse on s’y retrouvera tout de même en terme de transport.
De même qu’il est aujourd’hui difficile voir impossible de jauger de la quantité de traitement annexe polluant/cancérigène/que-sait-je sur tel ou telle composant du produit.

Pour ce qui est de la terminologie: lorsque j’entends qu’un produit est « éco-responsable » pour moi c’est qu’il est produit et pensée de manière à limiter son impact sur l’environnement. L’usage que l’on en aura (A savoir si on va souvent le sortir et le rentabiliser ou simplement s’en servir pour démarrer le barbecue) ne rentre pas en ligne de compte.

Je soutiens l’initiative qui as pour but d’informer sans arrière pensée. Mais les règles doivent être mieux définis, de sorte que l’on sache à quoi correspond le score.

Il faut, en fait, une sorte de démarche comme l’application « Yuka » mais pour le jeux de société. En sa basant sur les données factuel de l’ADEME par exemple.

1 J'aime