Jeux en financement participatif : la revue de la semaine (30 novembre 2021)

Lien vers l’article : Jeux en financement participatif : la revue de la semaine (30 novembre 2021) - cwowd


Dernier jour de novembre. Il y a un an, jour pour jour, je prenais la décision d’arrêter de fumer. Avec la perspective de pouvoir, financièrement, backer un max de jeux ! J’ai tenu ma résolution, ce qui était le plus important. Je n’ai absolument pas noté de changement dans mes soutiens. En, fait, j’ai même plutôt réduit ma consommation (de KS).

Nous sommes à un jour du début du mois de bilan annuel. A moins que suffisamment de nouveautés viennent nous exciter ? Avant de rédiger cette revue, j’aurais dit non. Maintenant, j’ai l’impression qu’on va vivre une semaine de crowdfunding plutôt chargée.


Ils se terminent

jeu Hanamikoji Geisha's Road

Hanamikoji: Geisha’s Road

Se termine le vendredi 30 novembre à 18h.
Son financement. On en discute.

Jeu en français.

Hanamikoji ou ce petit nouveau - suite - révision sous-titré Geisha’s Road ? Bonne question.

L’original est, pour moi, un des meilleurs jeux à deux. Cette suite semble encore meilleure. Un jeu pas vraiment plus complexe, légèrement plus profond. Mais identique en sensations.

Du coup, je ne vois franchement pas d’intérêt à avoir les deux « versions ».

L’ancien, simplement appelé Hanamikoji, édité en français par iello, est facilement trouvable en boutique pour 15€ ou moins (il est disponible chez Philibert si votre crémier est en rade). Hanamikoji: Geisha’s Road inclut un peu plus de matériel et devrait être légèrement (à peine) plus coûteux.

Sur le KS, les frais de port semblent largement compensés par les bonus, nombreux et intéressants. Evitez juste les bundles. Et simplifiez-vous la vie : Hanamikoji: Geisha’s Road sur KS avec ses bonus. Ou Hanamikoji tout de suite en boutique.

En tant que fan de Hanamikoji, je suis aussi très partagé quant à l’add-on « Action Tiles Expansion » et ses 7 sets de nouvelles tuiles. Cela me semble hors de prix et je ne vois pas trop ce que je ferais de tout ça. Deux ou trois sets pour varier les plaisirs, j’aurais sauté dessus. Là, ça ressemble à ces extensions qui ne sortent jamais de la boîte faute de savoir par quel sens l’aborder.



En ce moment chez nos partenaires

-50% sur les jeux iello



jeu Resurgence - par Half-a-Kingdom Games

Resurgence

Se termine le mercredi 1er décembre à 17h58.
Son financement. On en discute. Le test de Lybon

L’auteur nous a déjà fait le coup avec Rurik, Dawn of Kiev : un décor assez peu engageant qui dissimule une machine parfaitement bien huilée pour une expérience qu’on peut qualifier de forte (en tout cas je vais la qualifier ainsi, même pas peur).

Cette fois, c’est encore plus austère. Moscou ne ressemblait déjà pas à Ibiza; après l’apocalypse, c’est limite glauque. Faut vraiment n’avoir aucune pitié pour y envoyer ses meeples !

Le défaut de ce projet est aussi ce qui fait sa qualité : son auteur. C’est parce que le jeu est signé Stan Kordonskiy (Rurik, donc; mais aussi Dice Hospital, Lock Up…) qu’on s’y intéresse. Mais c’est aussi parce que Stan a décidé de se lancer tout seul comme un grand qu’on reste sur notre faim. Un bon auteur fait rarement un bon éditeur. On retrouve dans cette réalisation tout ce qui fait la force (et les faiblesses pour qui n’aime pas) de l’auteur.

Est-ce que le jeu est bon ? Si vous aimez les jeux un peu costauds (mais pas trop) avec un peu de planification (mais pas trop), qui mélangent avec bonheur différentes mécaniques et qui se révèlnte bien plus thématiques que leur aspect un peu froid le laissait supposer… Oui, c’est probablement un jeu qu’il faut au moins tester. Ca risque même de devenir un de vos préférés.

Typiquement le jeu qui n’a en plus aucun mal à être partagé avec des joueurs d’ordinaire plus portés sur le thème que les mécaniques.



Lire la suite (long article)…

11 « J'aime »

Et alors on tiens bon?

Pas toujours facile facile mais oui, le cerveau commence à s’y faire. Je l’ai même surpris en train de hausser les yeux au ciel en voyant de pauvres malheureux sortir fumer par -2° tandis que je dégustais bien au chaud un second dessert :wink:

7 « J'aime »

Je n’ai jamais regretté d’avoir arrété il y a 25 ans.
J’ai du avoir 6 mois difficiles pendant lesquels ma moitié à du se demander si elle avait fait le bon choix.
Par contre, gaffe au poids qui a tendance à boomé comme un KS dans les dernieres 24:00. En plus, on tend à compenser.

bof bof

Qu’est ce qui pourrait mal se passer :wink: ?

3 « J'aime »

1 an aussi que j’ai arrêté de fumer ici !! (Bon j’ai pas trop eu le choix xd)

Pat contre j’ai gonfle de fou derrière, déjà que j’étais pas maigre lol. Par contre paie les économies car je fumais comme un pompier.