Joueur ou Collectionneur ? Passion ou Addiction?

Introduction

Ma passion du jeu de société est venue, il y a quelques années et le Youtubeur Etrigane en est l’unique responsable. Faisant parti des 1er abonnés de sa chaîne, je l’ai suivi du jeu vidéo au jeu de société solo!

J’ai littéralement plongé dans cette passion du jeu solo:

  • frétillant à l’idée de découvrir un nouveau projet,
  • excité par l’achat de toutes ces promesses de matériel,
  • émerveillé à l’unboxing du jeu,
  • transporté par des Directions Artistiques magnifiques,

De bons moments assurément ! :sparkling_heart:

Mais cette passion avait aussi ces cotés sombres :

  • dépité de préférer un let’s play Youtube plutôt que d’ouvrir ma pile de la honte,
  • épuisé rien qu’à la lecture de certains livre de règles,
  • déçu d’avoir acheté un jeu au matos incroyable mais avec un gameplay soporifique,
  • fatigué des longues parties qu’on n’a même plus envie de terminer,
  • inaccompli de ne pas avoir la carte promo collector à 15€ car « franchement Altaar pour un jeu où tu n’auras le temps de jouer que quelques fois ce n’est pas sérieux »,
  • frustré de ne pas s’autoriser à acheter ces incroyables tokens métals personnalisés de Etsy car « franchement Altaar pour un jeu où tu n’auras le temps de jouer que quelques fois ce n’est pas sérieux »,
  • insatisfait de manquer de temps pour pimper le jeu (modélisation + impression 3D), compétences que j’ai pourtant longuement apprise à maitriser…

Le déclic

Le déclic a fini par venir un matin en constatant l’invraisemblable quantité de jeux accumulé dans ma ludothèque (mais qui j’en suis archi certain demeurait surement très modeste pour certain). J’étais passé de la passion du jeu à la collection du jeu.

J’avais toutes les caractéristiques du collectionneur qui passe beaucoup plus de temps à accumuler des jeux qu’à y jouer.

Attention, je ne juge pas les collectionneurs : chacun fait ce qui veut de sa vie et de son argent. Et si des joueurs trouve plus de plaisir à accumuler des jeux qu’à y jouer et bien tant mieux!

Pour ma part, il y avait beaucoup de frustration dans cette accumulation, et c’est sans regret qu’un matin de 2020 j’ai décidé de revoir complètement ma passion.

J’ai profité de la période Covid pour revendre la quasi-totalité de ma ludothèque.

Aujourd’hui j’ai une approche beaucoup plus pragmatique et raisonné de ma passion :

  1. Accepter

Je ne peux pas jouer à tout, donc je ne peux pas tout acheter.

Accepté que mon temps de jeu est limité fut un grand pas en avant. J’ai dû renoncer aux énormes jeux aux parties interminables qui ne demandent rien qu’une heure ne serait que pour la mise en place et relire les règles trop complexes (qu’on a forcément oubliées)…

C’est naturel de pas être toujours motivé pour jouer et de préférer lancer youtube pour regarder un let’s play. Hors en multi-joueurs, les autres sont là pour vous motiver, vous stimuler, et vous finissez par surmonter votre flemme et vous passez un excellent moment.Moi je suis joueur solo, donc personne ne viendra me motivé et me stimulé. Je ne peux compter que sur moi-même pour être motivé pour jouer.

J’ai donc pris la radicale décision de ne cibler plus que des jeux :

  • à la mise en place très rapide,
  • aux règles très fluides et faciles à mémoriser,
  • partie solo d’une durée moyenne max d’1h.

C’est un choix que je ne regrette pas, je n’ai jamais autant joué et je profite de mes jeux achetés régulièrement.

Et pour les « gros » jeux, et bien on en profitera un jour à la retraite qui c’est ?! :slightly_smiling_face:

  1. Etudier

Un excellent gameplay fera toujours un bon jeu, même si le matériel n’est pas incroyable.

Mais une jolie Direction Artistique et un matériel incroyable ne suffisent pas un faire un bon jeu!

Exemple : Terraforming mars, matos cata, DA pas ouf mais un jeu incroyable quand même !

Maintenant j’ai ma liste de jeux que je dois étudier pour envisager un éventuel achat. Fini les achats compulsifs :

un jeu acheté =
à minima une partie entière visionnée =
voire parfois un livre de règle consulté !

Vous n’imaginez pas le temps, l’énergie et l’argent économisé : je me sens tellement mieux.

  1. Louer avant d’acheter

Pas d’inquiétude : il m’arrive encore régulièrement d’acheter des jeux ! Mais je ne le voie pas comme un achat, mais plutôt comme une « location ». Je me contente souvent de n’acheter que la boite de base « sec », souvent acheté d’occasion.

Le jeu n’intègre pas vraiment ma ludothèque, disons qu’il n’est que de passage pour quelques parties.

Par exemple, en ce moment, je suis encore hésitant sur Too Many Bones et Spirit Island qui répondent à beaucoup de mes critères mais dont je trouve les règles peu fluides.

Je n’ai plus aucun complexe à revendre un jeu. Quand on s’est trompé, il faut savoir passer à autre chose et avancer.

  1. Moins c’est mieux !

Une fois le jeu « validé », il intègre donc ma ludothèque, et je n’ai plus aucun complexe à me lâcher et à me faire plaisir :

  • J’achète toutes les extensions et cartes promos collector,
  • Les playmats et autres versions deluxe,
  • Je passe des heures à modéliser des pimps/inserts du jeux,
  • Voire j’achète parfois des tokens métals sur Etsy.

Bref, je me fais plaisir !
Du gâchis ?

Pas pour moi car forcément avec toutes ces contraintes, ma ludothèque est minuscule :

  • Paleo
  • Astro Knight
  • Ares Expedition
  • Bullet♥

C’est à peine si elle mérite le nom de ludothèque… :sweat_smile: Mais je n’ai jamais été aussi heureux : je profite tous les jours à fond du peu de jeux dont je dispose avec du matos incroyable.

Conclusion

« Quelqu’un qui a une passion s’y consacrera corps et âme, souvent de façon immodérée et irrationnelle, en ressentant un profond sentiment de satisfaction et de plaisir. »

« Quelqu’un qui a une addiction s’y consacrera corps et âme, souvent de façon immodérée et irrationnelle, en poursuivant ce comportement malgré ses conséquences négatives. »

La collection est aussi une passion, tant que l’accumulation/collection reste seule source de plaisir.

Merci à tous ceux qui auront pris le temps de lire ce (trop) long témoignage, que je tenais à rédiger car je suis certain qu’il pourra aider quelques joueurs peut-être un peu trop « passionnés »…

Alors, et vous, passion ou addiction ?

72 « J'aime »

Déjà, je n’envisage pas d’achat de jeu sans avoir lu le livret de règles, et bien souvent des avis sur BGG.
Ensuite, je me laisse le temps de désirer le jeu (comme plein d’autres objets de loisir d’ailleurs), du coup ça me fait souvent rater des occasions ou des soldes, mais au moins je n’ai dans ma modeste ludothèque que des jeux dont je ne me verrais pas me séparer à moyen ou long terme, parce que chaque acquisition a été mûrement réfléchie.

Plus largement, je trouve même que c’est le fait de désirer un jeu qui est le plus agréable, plus que l’acquisition proprement dite. Une fois qu’on l’a, il faut le faire jouer régulièrement pour avoir le sentiment que ce n’était pas un achat en l’air.

9 « J'aime »

Pour ma part, je suis complètement dans la case « addiction »! Je joue malgré tout beaucoup mais ma pile de la honte est sûrement plus grosse que la ludothèque d’une grande partie d’entre nous…
En fait, j’aime ne serais ce qu’acheter un jeu, le posséder, s’en est presque maladif et je le sais, mais pour le moment je n’ai pas eu ce fameux déclic et ce matérialisme me fait encore plaisir alors je continue d’accumuler

On en reparlera peut-être d’ici quelques temps mais pour le moment, j’assume et tanpis pour la raison

30 « J'aime »

De mon point de vue, pas de soucis pour collectionner.

Le vrai soucis c’est plutôt un problème de place et d’argent.

L’excuse pour dire je revends car je n’ai pas le temps d’y jouer, alors oui mais enfait non. Car si tu n’as de problème de place et pas de problème d’argent, je ne vois pas pourquoi tu revendras :wink:

Revendre augmente la réserve d’argent et la place disponible.

En aucun cas ca ne te donnerai du temps supplementaire pour jouer. Par contre, tu dilueras moins de temps de jeu sur plusieurs boites au profit de te concentrer sur quelques boites.

Et du coup, oui, mieux selectionner tes jeux t’évitera d’atteindre trop rapidement ton plafond ludique ( aussi bien sens littéral que figuré ). Et en plus tu prendras plus de plaisir à jouer.

Et pour terminer, disons que pour + jouer et bien… Il faut moins faire autre chose ( regarder des vidéos, du-e leche vitrine, du 35 lignes art ascii … )

Voilà mon avis sur cette fameuse interrogation sur notre dette ludique :blush:

14 « J'aime »

Drogué à l’achat et la réception du jeu au matériel et au jeu lui même
J’adore ce plaisir de recevoir (et plus y a de boites mieux c’est —> All In obligé) et surtout de découvrir le matériel (du coup je ne suis pas fan des petits jeux)
J’ai même fait un indice pour noter chaque jeu : le POB (plaisir d’ouverture de boîte)
Donc oui j’amasse mais j’ai la chance de pouvoir jouer régulièrement (et je ne joue qu’une fois le jeu peint) ce qui fait que ma pile de honte reste relativement restreinte
En revanche il y a un côté chiant : j’ai bcp mal à vendre un jeu …:confounded::confounded:

8 « J'aime »

Vendre un jeu quand on a passé des heures à le peindre c’est très compliqué pour moi aussi

6 « J'aime »

Je vous rejoins tous et me reconnais particulièrement dans ce propos-là. Récemment j’ai d’ailleurs désiré beaucoup de jeux et je me suis bien et gratuitement éclaté !

Je commence tout juste à apprendre à vendre vraiment en me détachant (courage @Elu), quoique le départ de mon Middara jamais ouvert, je le digère difficilement.

Mais je me résous comme toi, @Altaar, quoique sans doute de façon moins rapide et radicale, à renoncer aux jeux même top si je sais que les chances d’y jouer comme ils méritent d’être joués sont très faibles.

Je n’ai aucun mérite dans ma petite prise de conscience du moment : j’ai commencé à acheter et pledger comme un fou fin 2018, mon gamin raffolait de tout. Et moi je voulais tout essayer. Comme les convertis, un peu malade.

Maintenant qu’il est franchement ado par tous les bords, il a logiquement d’autres loisirs que jouer avec papa ; je ne garde donc plus que ce qu’il adore sortir, ou ce à quoi j’aime beaucoup jouer, ou encore quelques rares jeux qui me semblent vraiment bons ou prometteurs, ceux-là garnissant la pile de la honte.

La deuxième campagne de Tainted Grail m’a aidé aussi, j’ai pu me raconter une histoire : comme j’avais commencé à remplir mes placards avec la première, je me suis fétichement dit que la boucle était bouclée.

Je me suis aussi rendu compte qu’à quelques heureuses exceptions près, je cherchais presque toujours le même jeu : un jds fantasy qui me rapproche de l’expérience du jdr. À un moment donné, malgré la richesse du marché, on a fait le tour et accumulé de quoi faire vingt ans de jeux en campagne. Et c’est là que de collectionneur, j’essaie de redevenir juste joueur.

Bref. Merci pour ce sujet. Cwowd est aussi un lieu où on peut se défaire de ses douces addictions !

13 « J'aime »

Ni l’un ni l’autre.

:point_right: je suis un joueur, pas un collectionneur, un consommateur de boîtes de jeu, …


Dans la vie je n’ai pas de « passion », il y a des choses que j’apprécie énormément mais pas de passion, pas d’irationnel, il y a des limites

Et pas « d’addiction » au jeu non plus (Ni à rien d’autre, pas même le tabac et / ou l’alcool), une vrai vie de merde :crazy_face: :upside_down_face:

+++++++++++++++++++++++

  • Pas collectionneur : certainement l’éducation reçue, plutôt ambiance « profite de ce que tu as plutôt qu’à rêver a ce que tu n’as pas et n’aura (très certainement) jamais » , « se contenter de peu », « ne pas gaspiller », ne pas dépenser a tout va" ,…

je suis content de posséder mes jeux , de pouvoir y jouer mais ma ludo ne s’étend pas (peu) au delà de ce que je peux jouer (temps dispo, joueurs,…) , Un jeu possédé est un jeu joué.

:point_right: Pour moi un jeu possédé et non joué c’est clairement « de l’argent jeté par les fenêtres » (=gaspillé)
! Les autres font bien ce qu’ils veulent je m’en fous :wink:,

9 « J'aime »

J’en suis quasi exactement là aussi… sauf que j’ai fait le choix d’entreposer ma pile de la honte dans des cartons au sous sol et que je commence à découvrir que certaines boîtes montrent quelques traces de moisissures :scream: et ce sera peut être le déclic pour agir comme @Altaar l’a fait :sweat:
Heureusement, en tant que bon collectionneur addictif, beaucoup de mes jeux dorment encore sous blister donc ils ne craignent pas grand chose :sweat_smile:
En tous cas je commence à en remonter à l’abri et au sec dans des meubles mais la place y est limitée donc je vais devoir finir par faire des choix :neutral_face:

6 « J'aime »

courage à toi, j’espère qu’en tout cas que mon sujet participe à ta réflexion. C’est pour ça que je l’ai créé. :slight_smile:

2 « J'aime »

On a déjà eu ce genre de discussion sur d’autres topics.

Personnellement, j’ai une grosse ludothèque, avec une grosse pile du bonheur, mais je vis bien avec ça. Cela dit, il est intéressant de se poser la question de l’addiction. J’aime évidemment posséder mes jeux, j’aime la réception et l’ouverture, je ne garde jamais mes jeux sous cello d’ailleurs. J’aime aussi parfois ouvrir une boîte juste pour manipuler le matériel, et bien sûr j’aime y jouer.

Ça forme un tout. Objectivement je dois bien reconnaître que ma ludothèque est trop grande en terme de nombre de jeux joués. Impossible de jouer à mes 500 jeux et + en 1 an, surtout qu’un jeu apprécié revient plusieurs fois. Par contre, sans tenir de statistiques, je pense que je joue entre 150 et 200 jeux différents par an, donc ça reste un nombre raisonnable pour moi.

Ai-je une addiction à l’achat ? Probablement. Mais cela n’affecte pas mes finances, et pas la place dont je dispose (mais ça devient juste par contre). Et le choix reste bien présent, je ne peux pas tout acheter alors que j’aime à peu près tous les styles de jeu, donc même si j’achète beaucoup, je dois malgré tout me limiter.

Quoiqu’il en soit, je pense qu’il est important de se poser ce genre de question, puis d’agir si on n’est pas en paix avec soi-même, ce qui n’est pour l’instant pas mon cas ! :slightly_smiling_face:

15 « J'aime »

Bravo pour ta démarche qui me paraît saine.

C’est souvent le cheminement suivi par les nouveaux joueurs : la découverte qui vient avec une boulimie d’achats car tout semble trop génial, puis une sensation de trop plein qui amène à réduire la taille de sa ludothèque et à mieux cibler ses achats.

Car bien que l’objet « jeu de société » reste commun, je pense bien qu’il y a 2 passions distinctes : celle de collectionner, et celle de jouer. Un copain me disait, et je partage son avis : « moins je joue, plus j’achète de jeux ». Les 2 sont possibles mais d’expérience je constate qu’on est souvent soit dans une catégorie, soit dans l’autre (exception faite de Mme @Proute :wink:).

Je constate régulièrement au club que nombreux sont ceux qui se définissent joueurs en fonction de la taille de leur ludothèque. « J’ai découvert les jeux il y a 2 ans et j’ai déjà 350 jeux, je suis vraiment trop passionné ! ». Ça m’amuse autant que ça m’agace. Un lecteur se définit-il au nombre de volumes dans sa bibliothèque ?
Personnellement je joue depuis 15 ans au moins et je dois avoir une soixantaine de jeux « seulement ». Mais ils ont tous été joués, et dans leur grande majorité plus de 10 fois. Certes, découvrir un nouveau jeu est souvent un plaisir, mais quel plaisir encore plus grand que d’installer un jeu et s’y mettre sans avoir à réexpliquer les règles, et savoir qu’on ne sera pas déçu.

Pour ma part c’est surtout parce que ça me fait chier d’avoir des jeux auxquels je ne joue pas ou pas assez.
Un jeu auquel je ne joue pas, ce n’est qu’une boîte avec des pions dedans. Je n’y éprouve aucun intérêt. Je considère qu’un jeu n’en est un qu’à partir du moment où il est joué.

13 « J'aime »

J’ai une trentaine de jeux, aucune pile de la honte. Je joue à tous les jeux que j’achète… A minima en solo et si possible à plus. Si un jeu ne me convient pas où que j’ai l’impression d’en avoir fait le tour je revends (pourquoi le garder ?) J’achète aussi beaucoup sur Okkazeo. L’avantage est d’avoir déjà pas mal de retours sur le jeu, potentiellement des vidéos, etc. A noter que je n’ai plus aujourd’hui de problème de place (grande maison) ou de souci de budget (enfin si mais c’est rarement le souci). Mais je ne suis pas du tout collectionneur. Je peux aimer les éditions luxueuse pour le plaisir en jeu (manipulation et immersion), mais je me fiches qu’elle soit rare ou exclusive. Je suis peu attaché aux biens matériels en général et je suis complètement étranger au sentiment de nostalgie.

9 « J'aime »

Je suis exactement comme toi. Ludothèque réduite à l’essentiel. J’ai une cinquantaine de jeux en comptant les solos, famille, etc…
Par contre j’ai pas mal d’extensions. Si j’aime un jeu je vais chercher à le customiser un peu et prendre les extensions avec. Mais dès que je vois un jeu qui ne sort plus, je revends direct. Aucuns scrupules.

6 « J'aime »

Je suis actuellement quasiment dans la même démarche, sauf que je suis conscient du problème depuis plus longtemps et que je mets plus de temps à le régler. Et aussi ma ludothèque ne sera pas constituée à terme de 4 ou 5 jeux, disons quelques dizaines.

4 « J'aime »

Heureux homme ! Moi, c’est plutôt l’inverse…

3 « J'aime »

Apres vous avoir lu je suis retourné recompter ma ludo et j’arrive a 60 jeux en comptant ce que j’attends de mes KS, j’ai réussi a la stabiliser apres de grosses années d’achat/revente.
A mes yeux j’ai pratiquement la Ludo parfaite si il peut en exister une …

5 « J'aime »

Une passion, oui clairement car passer autant de temps sur un forum de JDS, sur les plateformes de financement, les salons et les sites ou boutiques de jeux, on parle clairement d’une passion. Vous pouvez appeler ça un hobby, un passe temps, une occupation mais pour la plupart des régulier ici, le JDS est bien une passion :wink:

Addiction ? Peut être, mais tout en maitrise. Je n’ai pas un besoin viscéral ou obsessional de jouer. Je ne suis pas en manque si je ne joue pas pendant une semaine :sweat_smile: . J’aime jouer, mais j’aime aussi d’autres choses pour passer du bon temps.

Contrairement aux fadas de ce forum, ma ludothèque est assez contenue avec une soixantaine de jeux plus une petite quinzaine en attente de réception. Je revends les jeux qui ne m’interessent plus. Mais je ne fais plus d’achats « coup de tête » :shushing_face: :wink: comme ce fût le cas auparavant sur KS.

En ce qui concerne la collection de jeux, alors oui, certains ne partiront jamais de ma ludothèque, même si ce ne sont pas ceux qui sortent le plus. Je les garde (entre autre) car ils sont super beaux, avec un univers que j’adore. Objet de déco dans le Kallax en somme :slight_smile:

5 « J'aime »

ouf, merci :wink:

2 « J'aime »

Je suis arrivé un peu à la même situation et je n’ai plus trop envie d’acheter de nouveaux jeux, parce que je considère que j’ai un peu tout ce qui me plait et suffisamment en quantité pour le temps de jeu dont je dispose.
Après avoir joué et/ou revendu beaucoup de grands classiques, j’ai conservé principalement des jeux jouables en solo car c’est pour moi le moyen idéal de jouer souvent et de rentabiliser quelques investissements conséquents (extensions, pimp…).

Ce que je déplore, c’est que cette collectionnite aiguë a changé peu à peu le marché car j’ai le sentiment que les éditeurs s’adressent finalement plus aux collectionneurs qu’aux joueurs aujourd’hui. Il y a énormément de jeux qui sortent chaque semaine, à grands coups de publicité ou d’annonces élogieuses et nous, on tombe dans le panneau et on veut tout essayer ou tout connaitre de peur de passer à côté de la perle rare ou de sembler dépassé parce qu’on ne connait pas le dernier hit à la mode (qui est pourtant oublié six mois plus tard…). Les jeux surproduits mais au gameplay pauvre se multiplient et les prix qui explosent tardent à nous faire réagir et à changer nos habitudes de consommation.

Moi j’ai un peu l’impression de ne plus être la cible et même si je suis l’actualité, je me désintéresse un peu de toutes ces sorties, je me focalise beaucoup sur le suivi des jeux que je possède déjà et je finis par consommer de moins en moins.

Sur le net ou dans les forums, je trouve aussi qu’on s’adresse plus souvent aux collectionneurs qu’aux joueurs. On trouve aujourd’hui principalement des articles ou vidéos d’intervenants qui s’excitent pour un rien, de découvertes ou de teasers de nouveaux jeux entretenant le FOMO et notre recherche du jeu idéal, mais beaucoup moins d’articles stratégiques de fond. Les vidéos de « reviews » présentent quasi systématiquement le matériel et les règles, mais abordent rarement la question du gameplay, de son originalité, de son intérêt. Les auteurs ne sont pas toujours mis en avant dans les projets KS et la campagne se fait avant tout sur la quantité de matos dans la boite.
Moi je voudrais bien revoir un peu plus d’articles analysant les stratégies à mener, les ouvertures possibles, les puissances relatives des factions, des cartes ou des tuiles de Projet Gaïa, de Barrage, de Gloomhaven, de Brass…

19 « J'aime »