Le lastminute.cwowd #1

Lien vers l'article : Le lastminute.cwowd #1 - cwowd

Oui, je suis à la bourre. Et, oui, je sais que cela se voit. Donc, imaginons un format spécial… Faire en quelques minutes de lecture le tour des jeux en financement participatif qui se terminent d’ici 24 heures. Juste pour vous donner une raison de soutenir. Ou d’aller voir ailleurs si le pledge est plus vert.


Escape from New York by Kevin Wilson by Pendragon Game Studio

Escape from New York

Je vais faire simple et citer ici un des Sages du forum qui me semble avoir tout compris de cette campagne :

Vous avez raison, mais je m’en fous. Mon étagère Carpenter veut ce jeu. J’ai la musique dans la tête. Je veux confier ça dès que possible à un peintre avisé qui me remettra du cuir sur ce plastique. Et je jouerai en fumant un cigare en me gaussant de vos hésitations! @kalzon

Ni très beau (euphémisme). Ni très original. Pensez tout de même à enlever de temps en temps la poussière…

On en discute



En ce moment chez nos partenaires
Tous les mardis, chez Philibert : Ventes Flash !



Barbarian Kingdoms - par Jester

Barbarian Kingdoms

Ostrogoths, Vandals, Francs, Huns, Saxons etc. s’affrontent pour le contrôle de ce que personne à l’époque n’appelait encore Europe.

Un jeu qui se démarque clairement par sa rapidité : un quart d’heure par joueur pour un titre proposant de la conquête, asymétrique, de la progression des “forces” etc. Voila qui n’est pas courant ! Et en nous gratifiant au passage d’une mécanique d’enchères pour la résolution des combats. Une idée qui avait déjà fait merveille pour Rising Sun (même si traitée différemment).

Le tout dans notre belle langue que DeepL peine encore à maîtriser correctement.

Seul “revers” de la médaille : il faudra au moins être trois pour en profiter (une variante pour deux est proposée mais peu importe). Ce qui est de toute façon généralement le cas de tous les titres du genre. Barbarian Kingdoms ne craint de toute évidence pas les groupes avec un système de tour simplifié à une action par joueur; peu de temps mort, donc.

On en discute



Genpei

Genpei

Mélange de japonisant et d’animaux anthropomorphisés. Un mélange qui fonctionne plutôt bien. Mais, étonnamment, peine à convaincre les fans de l’un ou de l’autre. La frontière entre les deux univers semble en tout cas bien plus mince qu’on pourrait l’imaginer; dommage.

Ceci dit, c’est joliment fait. Plutôt réussi, même. Mais dans le genre “jeu de gestion à combos”, rien (si ce n’est, encore, le thème et son traitement) qui le démarque de la concurrence.

Il est, de toute façon, fort probable que les amateurs de jeux “euro” ne soient pas allés plus loin que l’illustration de boîte. Superbe… pour un amateur de jeux pleins de figs et de dés. Et cette fausse impression est, à mon avis, la principale raison du manque de succès de la campagne.

On en discute

Et le test de Basara :



Age of Champagne

Age of Champagne

Un jeu sur la production et vente de Champagne par des gens du crû qui sont aussi amateurs de jeux… en général, ça accouche d’une sombre daube vite oubliée. Eh ben! Pas cette fois.

L’équipe de Old Hen Games nous propose en effet un “vrai” jeu. Et même plutôt un jeu bien calibré, pour un euro « moyen », accessible. Sans aucune faute de goût, que ce soit dans la mise en scène ou dans les mécaniques/thématiques (si la méthode de production de rosé dans Viticulture t’a fait aussitôt revendre le jeu, sois le bienvenu^^).

Quasiment chaque reviewer francophone y est allé de sa vidéo, je vous laisse vous faire votre opinion selon qui est généralement plus proche de vos goûts. Le jeu est bien évidemment, proposé en français.

On en discute



In the Heart of Darkness

Un jeu de survie / horreur, sur une ile mal famée, qui est passé durant la campagne de traduction en pdf à vraie version localisée, traduite par Don’t Panic Games (donc… pas de panique^^). Du coup, pourquoi ne pas attendre la sortie boutique ?

Jeu en français. Se termine le mercredi 9 novembre à 4h52. On en discute.


On se retrouve demain ?


Le financement de cwowd est assuré par ses membres sur Tipeee Vous pouvez aussi soutenir cwowd via Paypal.



En ce moment chez nos partenaires
Tous les mardis, chez Philibert : Ventes Flash !



15 « J'aime »

Le lien on en discute vers Genpei renvoi à Barbarian Kingdom. :yum:

1 « J'aime »

Dernières heures pour Barbarian Kingdoms ! :slight_smile:
Et oui, il n’y aura pas de soucis de traduction en français… c’est du 100% haut-savoyard ! :wink:

Dernière journée pour le KS Cthulhu Death May Die !

1 « J'aime »

y’a un KS?
nan je deconne.

J’adore le format, excellente idée. Mais du coup rien qui m’intéresse cette fois, je peux dormir sur mes deux oreilles.

« Du coup, pourquoi ne pas attendre la sortie boutique ? »
P’tet pour que le jeu se finance et qu’il puisse un jour être justement en boutique ?:grinning:

Parce qu’on manque de choix de jeux au point d’avoir besoin se financer des titres qui ne se financent pas « naturellement » ?

1 « J'aime »

Qu’appelles tu un financement naturel ? Principalement constitué de personnes du pays dont le ks est originaire ?

J’ai mis les guillemets parce que la flemme de préciser / chercher un meilleur terme. My bad. Donc : qui se finance sans « effort » (re guillemets, effort étant à prendre ici amha dans l’obligation ressentie de dépasser son besoin « naturel »).

Si 200 jeux financent chaque mois sur KS, qu’est-ce qui motive réellement à se sentir obliger de soutenir un 201e projet qui ne trouve pas son public et ne financerait pas sans notre intervention ?

C’est très bien que cela arrive, je ne critique pas l’acte (ou ses motivations, j’imagine qu’elles sont potentiellement multiples). Et je suis même persuadé que plusieurs très bons jeux qui « méritaient » d’exister bien plus que la plupart des 200 mensuels (^^, c’est très subjectif, on est d’accord) n’ont vu le jour que grâce à cette forme de solidarité.

Par contre, se convaincre de pledger « pour qu’un jeu existe » alors qu’il est déjà financé et existera dans tous les cas, c’est autre chose. Là, il s’agit de comparer deux contrats pour l’obtention d’un même bien.

Certains KS, souvent qualifiés de « win-win » même si je déteste l’expression, valorisent l’éditeur (marge plus grande) et le backer (tarif ou contenu ou autre). D’autres ne parviennent pas à concurrencer une future offre boutique ni par le contenu ni par le tarif : celles-là n’ont aucun intérêt à être prises lors du financement. Et si le projet n’aboutit du coup pas, tant pis; l’éditeur n’avait qu’à formuler une offre (produit, espérance, tarif, bonus etc.) plus intéressante. Il peut toujours le faire pour un reboot, les exemples d’éditeurs qui ont du revoir leur copie et ont fait la culbute ne manquent pas.

4 « J'aime »