Pénurie et hausse des prix des matières premières

l’absence de smartphone, encore plus simple.

3 « J'aime »

Cette hausse des prix va obliger certains consommateurs comme moi de limiter ces achats de jeux. :face_with_raised_eyebrow: :cry:

2 « J'aime »

T’as jamais du être mis au ban à l’école toi :sweat_smile:

2 « J'aime »

Du coup on fait quoi? Une bande d’avertissement comme sur les paquets de clope « Acheter des jeux nuit gravement à votre planète »?
(à noter que Matagot a déjà la bande, reste juste à changer le texte)

15 « J'aime »

Je trouve le parallèle bancal pour plein de raisons mais je pense quand même que le prix est l’élément déterminant de l’acte d’achat, non?

1 « J'aime »

Le jour où tu vas découvrir que le contrôle parental ça se casse en 2-2 et que tous les gaminsse passent la procédure pendant la récré… :sunglasses:

3 « J'aime »

Les ludothèques, les emprunts.
Un système où, par exemple, tu montes une association qui coachète tes jeux : tu paies 50% et l’assoc’ le reste, financé par les cotisations.
Et ce jeu est disponible à l’emprunt pour tous les membres, mais « l’acheteur » a la priorité si et quand il veut y jouer.
Là par exemple j’étais à donf sur Zombicide Black Plague, avant de recevoir Assassin’s Creed. Bah mon Black Plague, il pourrait être joué par quelqu’un d’autre.
'fin chais pas, y a peut-être un truc à monter.
Combien y a de groupes de joueurs dans lesquels il y a des jeux en double, voire triple exemplaire ?
Si c’est pour y jouer ensemble, est-ce bien nécessaire, ou raisonnable ?

3 « J'aime »

Non,

On ne vas pas arrêter de surconsommer à cause du prix mais le jour où tout le monde comprendra qu’on va droit dans le mur, autant dire jamais.

6 « J'aime »

Genre ça n’existe pas déjà ?

1 « J'aime »

Euh… Ok :sweat_smile:

A quel moment j’ai dit ça au juste ?

Là dessus on est bien d’accord :slight_smile:

1 « J'aime »

Si. Et on continue d’acheter les jeux qu’on pourrait emprunter pourtant.

1 « J'aime »

Arf pour être réaliste, je veux bien prêter à quelqu’un que je connais peu un party game ou un Unlock (message personnel inside), mais mon intégrale Marvel United que j’ai mis 3 ans à peindre, c’est Niet. Pourtant c’est ce jeu là qui est à la fois le plus cher et le plus polluant.

Pour le coup de limiter les doublons, on le fait avec @lt_remus mais si un jour on n’est plus dans la même ville, j’irai probablement acheter Scythe et Vindication, donc la solution n’est que temporaire.

Et puis on se définit facilement comme joueurs, mais combien parmi nous sont aussi collectionneurs (dans le sens « aimer posséder un objet qui a du sens pour eux »)? Quasi tout le monde je parie, que ce soit les premiers jeux découverts qui ont leur histoire (mais qu’on ne sort plus) ou la dernière hype trop belle (mais qu’on ne sortira jamais).

Le consommateur, tant qu’on lui propose du deluxe, il va continuer à mettre la main en portefeuille en disant « demain j’arrête » (moi compris).

3 « J'aime »

Ah oui, faut que je te le rende tiens :slight_smile:

1 « J'aime »

Comment il est trop fort le MacNamara en terme de messages subliminaux!!! :rofl:

Mais blague à part, je ne peux que le rejoindre sur la question de l’investissement psychologique avec nos collections de jeux. On a beau essayer de se raisonner sur les achats et d’adopter une logique du « jeu commun » que l’on se prête à tour de rôle; il y a souvent le côté collection, possessif qui prend le dessus.

On a envie de cette version deluxe parce que le jeu est pratiquement un bel objet de collection avant d’être un jeu.
On a gardé / acheté cette boîte là parce que c’est notre premiere decouverte ludique, notre premier KS, notre partie « mémorable »…

Et comme tout objet de collection; il est « le précieux ». Celui qu’on aura du mal à prêter, du mal à céder.

Bien sûr cela ne s’applique pas à tous les jeux.
Pour ma part:

  • je n’ai plus de place à la maison donc suis obligé de faire des choix;
  • @MacNamara38 étant mon voisin, je vais éviter d’acheter le même jeu que lui. J’en prendrai plutôt un autre de manière à ce qu’on puisse se faire tester l’un l’autre.
  • depuis que j’ai élargi mon cercle de joueur (coucou @poseidon2, @papayeric38 et les autres), j’achete moins car j’ai l’occasion avec eux d’alimenter mon besoin de nouveautés en bon consommateur que je suis…

Mais il restera toujours le bel objet, le deluxe, que je voudrai acheter pour MA collection; quand bien même je saurai pertinemment pouvoir y jouer chez les autres…

4 « J'aime »

Pour revenir à la question initiale, ça n’inspire rien de bon mais ça semble évident.
Si les hausses se poursuivent, ça risque de faire péter la « bulle ludique » qui a enflé ces 15 dernières années, avec comme premières victimes les petits éditeurs. Avec comme victimes collatérales les joueurs, qui se verront proposer moins de nouveautés, mais est-ce grave?

Question à l’éditeur justement, est-ce qu’on peut espérer des démarches fortes et concertées de la part des pros (éditeurs et distributeurs notamment) pour proposer une relocalisation progressive de la production en Europe? Acquérir les matériels et les savoirs faire chinois, ça ne doit pas se faire en un clin d’oeil, mais on peut supposer que ce type d’initiatives serait bien accueillie les gouvernements européens?

3 « J'aime »

Comme dit au-dessus, la bulle ludique risque d’être contrainte à la crevaison d’ici peu.

Le marché a explosé ces dernières années:

  • les jeux sont devenus de vrais univers, à la limite de l’oeuvre d’art parfois. Le joueur attend donc désormais d’avoir du matos de fou, un univers développé, des illustrations au top, etc. On le voit bien avec nos KS; le jeune éditeur qui arrive avec un proto non finalisé sans illustration se fait quasi systématiquement shooter.
  • les éditeurs se multiplient. Les gros se sont renforcés mais par conséquent sont contraints d’assurer des sorties régulières pour alimenter la logique consumériste actuelle des joueurs et assurer la survie de leurs structures en developpement. A l’inverse, le moindre joueur ayant une bonne (ou mauvaise) idée de jeu se dit « pourquoi pas moi? », créée sa structure et essaie de lancer son jeu. D’où la multiplication des éditeurs ces dernières années.

Donc face à la hausse des coûts et à l’impact écologique comment faire?

Réduire le matériel? Difficile maintenant que le joueur est habitué à du deluxe devenu standard…
Réduire le nombre de sorties? Quel éditeur prendrait ce risque s’il n’est pas certain que les autres éditeurs jouent le jeu et le fasse aussi. Car sinon, il va se faire rapidement couler…
Relocaliser en Europe ou changer de process? Solution potentielle pour les frais de port essentiellement, mais pas certain que ça aide à faire de vraies économies au final…

La seule solution possible serait que l’ensemble des joueurs et du milieu ludique accepte de réduire la consommation ludique. Mais le joueur-consommateur aime la nouveauté, et l’éditeur cherche forcément à pouvoir en vivre donc à vendre plus, donc à produire plus…

1 « J'aime »

Ouai enfin c’est bien de parler des joueurs, mais j’aimerais bien connaître la proportion que ça représente par rapport aux autres secteurs bois/papiers/plastique…

Pas sûr que ça change grand chose à la « pénurie » si demain on décidait tous de ne plus acheter de jeux…

3 « J'aime »

La hausse du tabac incite VRAIMENT les gens à moins fumer. C’est même la mesure la plus efficace pour diminuer le tabagisme et de loin (c’est bien pour ça qu’il faut continuer d’ailleurs). Et ce, en dépit du fait qu’il s’agit d’une addiction, donc d’un comportement par définition très difficile à arrêter.

Donc l’effet d’une augmentation des coûts donc du prix final sur nos achats de jeu doit effectivement amener à une baisse de consommation à un moment, dont on est sans doute proche vu la bronca récente… D’autant plus qu’on n’est quand même pas addict à l’achat de jeux au point d’une addiction au tabac!

Probablement tant mieux: si on faisait l’exercice de regarder l’ensemble de la production de jeux (même en la restreignant à KS pour faire plus simple) par ex en 2019 (pré-pandémie) et les jeux qui « restent » aujourd’hui (c’est à dire qui ont fait leurs preuves ludiques et résisté à l’effet de mode) le ratio serait sans doute vertigineux…

4 « J'aime »

image

11 « J'aime »

Je vois pas le rapport avec ce que je dis.

A moins que les figs des jeux vendus sur KS représentent une part importante du plastique mondiale (ce dont je doute fort), arreter de backer ne changera absolument rien, ni à la pénurie ni à la pollution produite.

1 « J'aime »