Politique [sujet non modéré, Cwowd et ses modérateurs ne sauraient être tenus pour responsables de ce qui s'écrit ici]

2022:
« Le taux de chômage diminue, donc on réduit la durée des indemnités chômage »

2024:
« Le taux de chômage augmente, donc on réduit la durée des indemnités chômage »

Conclusion: pile je gagne, face tu perds.

15 « J'aime »

C’est tellement ça !

c’est surtout pour inciter à combler les quelques centaines de milliers de demande d’emploi non pourvu.
Une étude que je ne retrouve pas, dsl, dit que baisser le temps d’indemnisation fait baissé la durée sans emploi.
Par contre, l’étude ne parle pas si ce sont des emplois précaires, ou si ce sont des emplois définitifs

Bof, c’est leur excuse, mais il y a quelques centaines de milliers de ces « emplois » pour 3 millions de sans-emplois au bas mot, donc c’est plutôt une réorganisation totale de notre système qui serait nécessaire, mais c’est clairement pas de la part de ce gouvernement néolibéral qu’il faut attendre quoi que ce soit, c’est plus simple de stigmatiser les pauvres, et ça évite de toucher à ceux qui ont le pognon (et qui te soutiennent, au passage).

8 « J'aime »

L’étude ne dit donc pas si elle fait baisser le nombre de chômeur…ca ne fait quaccelerer le jeu de la chaise musicale…

1 « J'aime »

Surtout qu’ils n’ont que « l’efficacité » aux lèvres, or les faits ont montré que les exonérations de cotisations, les crédits d’impôts, les CICE et compagnie ça n’avait pas eu l’effet escompté (sans blague), les entreprises ont juste pris le pognon et basta.
Mettre fin aux trucs « inefficaces » c’est visiblement seulement quand ça les arrange.

3 « J'aime »

3 millions de chômeurs vs 200 000 offres. (15 pour 1)
6,3 M de demandeurs d’emplois vs 350 k offres (18 pour 1)

Moitiés des offres:

  • encore occupés par des gens en fin de contra (1/4)
  • nouvellement crée venant d’être publier (1/4)

(En excluant les offres dupliquées pour un seul poste, ou encore en ligne mais déjà pourvues)

Celles réellement « durablement non-pourvue » (représentant l’autre moitié) résultent d’inadéquation des bassins d’emplois.

  • région différente (personne non-mobile, ex: crédit maison, conjoint en poste)
  • salaire proposé, très en de-ça du secteur d’activité
  • branche sous le seuil du smic (restauration)
  • horaires incompatibles (correspondant à une minorité de profil)
  • travaux usants disqualifiants avec le temps les personnes compétentes

Trois études (France travail et DARES de 2018 à 2022) démontrent que la majeur partie (+ de 92%) des chercheurs d’emplois n’optimisent pas leur période de chômage et acceptent un emploie dès qu’il se présente.

Quand bien même (de façon irréaliste) tu parviens logistiquement à faire se rencontrer les postulants, avec 300 000 offres. Te reste 6 millions de chômeurs pour 50 000 offres (aggravant la conjoncture).


Une étude que je ne retrouve pas, dsl […]

Tu ne retrouves pas l’étude, car elle n’est pas encore publiée.

Source non-falsifiable: La ministre du travail a utilisé dans son argumentation* une étude non-publiée (aillant eu accès à la version de travail).

*Toutefois durant l’interview (France Info)
quand la journaliste lui a posé une question embarrassante sur une première partie d’étude de la précédente réforme (elle publiée)… la ministre a répondu qu’elle avait « pas pour habitude de commenter les études parcellaires » (ce qu’elle venait de faire 2 secondes plus tôt).

[…] dit que baisser le temps d’indemnisation fait baissé la durée sans emploi.
Par contre, l’étude ne parle pas si ce sont des emplois précaires, ou si ce sont des emplois définitifs

L’argument de la ministre du travail était:
« Plus cela fait longtemps qu’une personne n’a pas retrouvé d’emplois, moins elle a de chance d’en retrouver un. »

  • Causalité non établie: (voir inversée)
    Il est plus logique de décrire que c’est le fait d’avoir un profil difficilement employable, qui cause le fait que vous mettez plus longtemps à retrouver un emploie.
    (Même si il peut y avoir en parallèle une boucle de rétroaction aggravante, pour autant une fois au-delà de la période d’indemnité, ça ne rend pas les gens + employables)

  • Solution inadéquate:
    Diminuer la durée d’indemnisation, ne réduit pas le temps nécessaire de recherche.
    Les études publiées sur la précédente réforme démontrent qu’il n’y a pas eu d’effet positif sur le retour à l’emploie. Elles ont toutefois révélé une pression à la baisse sur les salaires, la mutation vers des emploies et auto-entreprises plus précaires.


Rappel: l’assurance chômage est excédentaire.

11 « J'aime »

image

10 « J'aime »

il y a plus de 300000 offres d’emplois non pourvu, sans compter toutes celles qui ne viennent pas de Pole Emploi.
me dire que l’étude n’existe pas, c’est me dire que je suis un menteur, chose que je ne t’autorise pas

voici mes sources, et j’attends donc les tiennes, lorsque tu avances
-« Moitiés des offres:
encore occupés par des gens en fin de contra »

etc…

1 « J'aime »

On peut commencer par la DARES pour une source fiable :

Au 4e trimestre 2023, 51 % des emplois déclarés vacants correspondent à des emplois inoccupés, 26 % à des emplois nouvellement créés et 21 % à des emplois encore occupés et sur le point de se libérer.

Les 347500 emplois vacants recensés sont donc moins nombreux que prévus pour le Ministère lui-même…

Outre cet « oubli » malencontreux, il n’en reste pas moins que cela représente une portion faible du problème de l’inemploi quand on compare 150-350k emplois vacants avec 6.3M de demandeurs d’emplois (en supposant que ce soit un problème et/ou que forcer les gens à travailler soit une solution)

8 « J'aime »

On le connait déjà le « projet », c’est le même que celui du temps où Macron se faisait rincer par Uber au ministère de l’économie, et c’est précisément ça : uberiser la société dans son ensemble, avoir une constellation de petits boulots de merde sous payés, précaires et malléables.
Comme ça ne va pas de soi (les Français sont réfractaires au changement c’est bien connu), il faut durcir les conditions d’aide au chômage pour forcer les gens à accepter tout et n’importe quoi.
C’est ni plus ni moins que Thatcher mais 40 ans après. On sera toujours en retard sur ces satanés britanniques, faut croire…

3 « J'aime »

C’était pas un peu le fameux modèle allemand avec des emplois précaires qui leur permettaient d’afficher un taux d’emploi indécent ?

@Lurtz : j’ai absolument pas pensé que tu étais un menteur. Désolé de m’être mal exprimé.

J’ai supposé que tu avais eu connaissance de l’étude par le biais:

  • soit d’un article qui parlais de l’étude avec pour source les propos de la ministre.
  • soit de la Ministre du Travail elle même évoquant ce point, qui concerne la partie de l’étude à paraitre en juin.

(time code placé à 63s)


J’avais les bonnes proportions:

  • moitié (offres à venir + offres nouvelles)
  • moitié « durablement non-pourvue »

Par contre j’ai effectivement sous estimé à la fois le nombre total d’offres et le nombre total de chômeurs (sans doute biaisé par la méthode de calcul). J’ai corrigé.

6,3M pour 350k correspond à: (18 pour 1)

1 « J'aime »

Ah peut-être, mais les anglais ont été novateurs en matière de toilettage de statistiques, en virant des comptes les boulots précaires, les malades, etc.

J’entends régulièrement que taxer les riches les ferait fuir (« il faut faire ça au niveau européen sinon c’est mort »), que les bénéfices de certaines grandes entreprises françaises sont surtout exercés à l’étranger et donc inaccessibles et que la fortune des riches est en très grande majorité composée de capitaux (et donc peu de liquidités), ce qui, en somme, revient à dire qu’il n’y a pas grand chose à taxer.

En somme, j’entends souvent que là où il y a le plus d’argent, on ne peut le prendre.

Je trouve ça suspect mais bon…

Je me permets donc modestement de vous demander ce que vous en pensez et quels arguments on pourrait opposer aux objections énoncées ci-dessus.

2 « J'aime »

Ils étaient 250 millionnaires+ à cosigner la lettre au forum de Davos demandant à augmenter la taxation des plus riches (les signataires : Signatures — Proud to Pay More). A partir d’une centaine en 2020; mais sur quasiment 60M de millionnaires+ dans le monde, donc peu représentatif mais tout de même en progression (alors que le population M+ est elle en baisse)

Y’a un grand pays historiquement communiste qui a mis en place un truc qui s’appelle l’impôt universel, basé sur la nationalité : les USA.

Il y a peut être des failles, je suis pas spécialiste du sujet, mais oui chasser les milliardaires français pour les obliger à payer des impôts en France est totalement possible même si ils résident à l’étranger. Volonté politique toussa… Comme d’hab quoi.

3 « J'aime »

Des tonnes. Cela permet notamment aux américains résidant en Europe de se soustraire aux impositions locales, généralement plus fortes (Et le système fiscal US est aussi variable selon les Etats, certains n’en ayant même pas, et différencie en général salaires et dividendes etc. -nettement préférables). Et ça s’applique à tous, pas uniquement les plus riches. Mais avec une défiscalisation sur quasiment $100k de revenus (de mémoire, désolé sui ça a changé ces dernières années) et la possibilité de déduire de l’IRS sur les revenus US les impôts payés ailleurs (sur leurs dividendes, par exemple; donc, in fine, ça permet d’optimiser)

4 « J'aime »

Non que je trouve les réformes passées justes et efficaces, pas plus que je pense que celle envisagée améliorera la situation et les perspectives des demandeurs d’emploi, mais il faut aussi rappeler le passé de l’assurance chômage.
De remettre ce commentaire « elle est excédentaire » en perspective.

(…) « La dette est attendue à hauteur de 38,6 milliards à cet horizon, contre 63,6 milliards fin 2021. » (…)
Source

La trajectoire évoquée dans cet article des échos que je cite est celle des excédents actuellement dégagés par l’assurance chômage - Édit : à l’horizon 2027.

1 « J'aime »

Il est aussi utile de signaler qu’un système de ce genre peut être positif même en étant déficitaire, le but étant de maintenir un pouvoir d’achat chez des gens privés d’emploi. C’est donc de l’argent réinjecté dans le système (et qu’on pourrait/devrait aussi mettre en balance avec le coût des gens non indemnisés bien plus qu’avec un hypothétique équilibre)

6 « J'aime »