Resurgence : Lybon ce jeu ou pas?

Alors j’ai fait une partie de Resurgence à 3 joueurs sur TTS (merci @Nixx). Avec l’explication des règles, les histoires de pain de mie, de dernière goutte, l’intermède du chat qui vomit, et toutes les conneries qu’on peut raconter, la partie nous aura pris pas loin de 3h :sweat_smile: .

Je pense qu’une fois la découverte passée, on pourrait facilement diviser par 3 le temps de jeu, ou 2 s’il y a un peu d’analysis paralysis.



L’anglais ne pose aucun problème. Les règles sont faciles à comprendre et à expliquer à des anglophobes. Il n’y a quasiment aucun texte sur le matériel en dehors des cartes évènements qui sont communes à tous les joueurs, sont tirées à chaque nouveau tour et contiennent 1 phrase (du type « les joueurs ayant un ouvrier dans telle zone peuvent gagner 4 PV contre 2 essences lors de la phase d’entretien »). Tout le reste est sous forme d’iconographie très compréhensible avec un minimum d’explication au préalable.



En ce moment chez nos partenaires



En début de partie, on pioche 2 cartes directives, qui permettront de scorer des points en fin de partie si on possède un certain nombre de ressources indiquées :


Chaque tour est découpé en 4 phases, résumées sur l’« écran de discrétion » des joueurs

Ordre du tour

  1. Le premier joueur pioche la carte évènement du tour.

    • On pioche ensuite les ouvriers dans son sac sans les dévoiler aux adversaires et on va les assigner entre le Métro, le port et le QG « compound » du plateau joueur, toujours à l’abris des regards:

image

Cette phase se joue en simultané, ça permet d’accélérer un peu le jeu, mais plus on avance dans la partie et plus on réfléchit à ce qu’on doit faire pour atteindre notre objectif. A partir du4ème tour ça commence à devenir complexe, entre les nouveaux ouvriers qu’on a acquis, les spécialistes secourus qui ont rejoint nos rangs et le 6ème et dernier tour qui approche, il faut bien planifier ses actions pour ne rien gaspiller.


  1. Le but à ce moment là est d’essayer d’avoir le plus de points (un ouvrier = 1 point, un spécialiste = 2 points, le commandant = 3 points) sur au moins une ou deux pistes, pour gagner du leadership et faire avancer son pion qui nous permettra de gagner des bonus supplémentaires (ressources en plus, ou par exemple de supprimer un jeton ouvrier de on sac, pour ne garder que des spécialistes qui valent plus par exemple). Voire des points en fin de partie:

image

Le hasard fait qu’on a chacun gagné le même nombre de PV en toute fin de partie grâce à ces pistes. On avait chacun gagné une ligne, fini second et troisième sur les deux autres lignes.


En ce moment chez nos partenaires

-50% sur les jeux iello


  1. Ensuite en commençant par le premier joueur, chacun va placer un ouvrier sur la carte principale ou dans son QG:

On peut placer un ouvrier sur une case vide s’il respecte la condition (le type d’ouvrier/spécialiste et la ressource potentiellement nécessaire); ou sur une case déjà occupée par un adversaire à condition de payer une ressource supplémentaire.

Ca évite d’être bloqué, et à trois joueurs et surtout en avançant dans la partie, on aura de toute façon pas d’autre choix que d’aller là où il y a déjà quelqu’un ou de placer à notre QG. C’est cette phase qui va permettre de récupérer la plupart des ressources de base (pain, essence et « écrou »), d’embaucher de nouveaux spécialistes, de construire son QG (pour débloquer de nouvelles salles permettant de placer des ouvriers) et surtout de piocher de nouvelles missions et d’en résoudre.

Secourir de nouveaux spécialistes permet de recruter un spécialiste parmi les cinq ou six disponibles. En plus de gagner un jeton ouvrier du type du spécialiste, on récupère également une carte survivant que l’on pourra activer une fois (chacune) à chaque tour. Elle permettent par exemple de considérer un spécialiste éclaireur comme une libraire, de gagner une ressource quand on en récupère une autre, etc…


Autre action possible avec les ouvriers, et bien que ça me semblait à première vue être un choix « par défaut », le développement de son QG a son importance. Ouvrir des salles dans son QG permet de s’y positionner sans surcoût.et de bénéficier d’actions aussi utiles que celles du plateau principal, sans surcoût lié à la présence d’un adversaire sur la même case. Utile pour récupérer facilement une nouvelle mission, des ressources…


La plupart des missions à résoudre nécessitent un certain nombre de ressources de base et critique (munitions ou médicaments) mais surtout, qu’un ouvrier soit placé dans une zone précise de la carte. Dès que toutes les conditions sont réunies, on peut la résoudre et appliquer son effet (gain de PV, ressource et/ou nouvelle mission à prendre. Dans les faits, on peut assez facilement enchainer les missions (quand on comprend qu’on peut en résoudre plusieurs dans un même tour, pas comme moi…). Une fois résolue, on la positionne en bas de son plateau joueur, dans un des trois emplacements en fonction de sa zone de provenance:

Ces missions résolues offriront en plus du bonus indiqué sur leur carte, un bonus à chaque phase d’entretien (+ 1 médicament, munition, essence ou pain). Résoudre plein de missions, permet donc d’avoir plein de faire le plein de médicaments, de munitions et de pain ou essence à chaque tour, utile pour en réussir d’autres. Obtenir au moins une mission dans chaque emplacement, débloque gratuitement un nouveau spécialiste.


  1. Une fois que tous les ouvriers sont placés et les actions jouées, on passe à la phase d’entretien:
    On récupère tous les jetons ouvriers qu’on met dans une défausse, on récupère toutes les ressources des missions résolues, si la carte évènement le propose on peut échanger des ressources contre des PV et si on a les ressources disponibles, on peut débloquer un étage du QG (colonne de droite du plateau joueur), permettant de gagner des PV en fin de partie, mais surtout de jouer un ouvrier supplémentaire (au 2ème et au 4ème étage) et de débloquer de nouvelles salles. Le 2ème étage du QG débloque les missions avancées (avec la radio), qui rapportent plus de points).


En ce moment chez nos partenaires



En conclusion

Pour conclure, j’ai vraiment aimé le jeu.

Que ce soit dans le thème graphique (le trait des dessins des cartes et plateaux (en dehors des couleurs de délimitations des zones du plateau principal). On retrouve des similitudes avec Endless Winter, mais je le trouve néanmoins plus facile d’accès.

Endless Winter propose de nombreuses façon de scorer des points (les idol boards, l’enterrement de cartes, les mégalithes, les villages et bien sûr toutes les cartes cultures, tribus, les éclipses et les ressources restantes), Resurgence en propose également plusieurs: les missions, la course au leadership, l’amélioration de son QG, les cartes directives, le stock de médicaments et de munitions, les ressources basiques restantes.

Mais je trouve qu’elles sont plus liées entre elles et qu’elles permettent toutes (en dehors des cartes directives) d’aider le développement du joueur, plutôt que de l’enfermer dans une voie juste pour des points.

Le jeu reste assez cher compte tenu du matériel à mon sens, mais la mécanique est fluide et le jeu semble plus facile d’accès que Endless Winter sans pour autant être moins stratégique.


Pour en discuter, c’est par ici

15 « J'aime »

Superbe résumé, beau boulot ! Et après c’est moi l’influenceur :grinning:

En effet je maintiens mon pledge et mon affection pour cet auteur. Le troisième joueur était content de sa partie aussi, mais reproche au thème d’être trop plaqué sur les mécaniques (« on ne se raconte pas d’histoire »). Loin de me déranger, cela reste un fait : l’univers a un vrai potentiel, mais on est ici sur un euro somme toutes assez sobre.

4 « J'aime »

Pour le coup c’est vrai, on a beau être dans un univers post-apocalyptique, ça ne se ressent pas particulièrement contrairement à un Dead of Winter ou This war of mine. Il n’y a pas de pression pendant la partie. Il manque peut-être un poil d’interaction entre les joueurs (en éliminant/volant/kidnappant des ouvriers ou ressources par exemples :smiley: ) pour le représenter.

3 « J'aime »

Joli résumé, merci.

Question. Il n’y a qu’un seul moyen, avancer sur les pistes, pour épurer son sac ?

Ah? C’est dans le jeu ça ?
Oui bin non, c’est pas trop mon genre de jeu :mask::joy:

1 « J'aime »

Le vomi ou le chat ?

Le moyen le plus simple c’est quand tu atteint le 3ème point de leadership de chaque section (métro, port et QG). Donc tu peux supprimer jusqu’à 3 ouvriers du sac comme ça.

Mais il y a peut-être des cartes missions qui le permettent aussi, je ne me souviens pas si on en a eu.

1 « J'aime »

Ouille, merci de nous avoir retourné cet avis qui peut avoir un impact important sur le maintiens du pledge.

1 « J'aime »

Au final c’est pareil que pour Endless Winter ou d’autres jeux du genre je trouve. Mais pour le coup, je trouve que ça semble plus facile de donner vie au thème.

1 « J'aime »

Il existe pas mal de missions qui permettent également de faire le tri dans ses jetons.

1 « J'aime »

Bon j’avoue, le 3° joueur au chat qui vomit, c’est moi. Je maintiens l’aspect fluff manquant, mais il faut quand même savoir qu’à la base je suis plus améritrash qu’eurogame. Malgré tout le jeu est très bien foutu, très fluide. Donc si pour vous la méca prime sur le thème et que vous êtes amateur de pose d’ouvrier, il n’y a pas trop d’hésitation à avoir, ça marche très bien.
Seul autre bémol que j’ai noté de mon côté, c’est comme le dit @Lybon, un Refuge dont on est très peu incité à développer les possibilités, à part pour piocher des missions qui rapportent beaucoup plus… Mais comme discuté avec @Nixx c’est sans doute une stratégie qui peut fonctionner et faire la différence dans les calculs au final.

4 « J'aime »