Fabriquer une table de jeu convertible

Voici un topic pour vous raconter comment j’ai fabriqué ma table de jeu convertible.

Ayant moi-même bénéficié du retour d’expérience d’autres bricoleurs, cela m’a semblé la moindre des choses de rendre la pareil. Ca pourra de plus, motiver ceux qui hésitent à se lancer !

Synthèse pour les lecteurs pressés :

J’ai fabriqué de A à Z ma table de jeu convertible en récupérant les pieds de mon ancienne table :



Compétence nécessaire : il faut aimer travailler le bois, et surtout beaucoup de patience ! Une petite expérience est un gros plus pour ce type de projet. Sans être un « menuisier », j’avais quand même déjà fabriqué un bureau, une bibliothèque et une jardinière par moi-même.

Outillage minimum nécessaire : perceuse, ponceuse, scie circulaire portative, guide de perçage oblique

Outillage supplémentaire recommandé : scie radiale à onglet, rabot électrique, affleureuse

Temps nécessaire : J’ai dû passer de 60 à 80h environ sur la fabrication de cette table.

Dimension interne de la table : 65 x 122 cm

Dimension externe de la table : 80 x 140 cm

Présentation du projet :

J’habite dans un T3 en ville. La place est donc compté, et ma nouvelle passion pour les jeux de société à vite provoqué un problème : ma seule et unique table de salon est occupé par mon jeu en cours parfois sur plusieurs jours m’obligeant à manger sur des plateaux repas dans le canapé.

Pourquoi pas en soit… Mais au quotidien dans un petit T3, lorsque l’unique table de salon est occupée ça devient vite casse-pied !

D’où, le projet d’une table convertible.

Début du projet :

Voici mon ancienne table :



image
image

C’est une table achetée chez But en ligne à un prix soldé plutôt modeste de dimension externe de 80 x 120 cm, extensible à 160 cm avec la rallonge intégrée ;

Cette table à les dimensions parfaite pour mon petit salon tout en longueur. J’avais donc l’intension de convertir sa structure interne en supprimant la rallonge et en ajoutant un double fond.

Un bricolage qui me semblait plutôt rapide, peu complexe et peu couteux ! Oui mais…

Test à l’appui, je rends bien compte qu’une telle transformation ne servira pas à grand-chose : la surface interne de cette transformation était de mémoire de 56 x 98 cm. 54 cm de largeur, c’est vraiment tout petit pour accueillir les plateaux de gros jeu.

Hors c’est justement les gros jeux que je veux pouvoir stocker dans ma table ! Les petits jeux n’ont pas besoin d’être stockés, ils peuvent être rangés dès la fin de la partie…. Voir même être joué sur la table basse.

Conseil : vérifier que votre table pourra accueillir des « gros jeux ». Une table qui ne peut accueillir que de petits jeux, ce n’est à mon sens pas vraiment indispensable…

Je me rends donc bien compte que je suis à un tournant de mon projet : soit je laisse tomber, soit je m’embarque dans la fabrication de A à Z de ma table, et c’est un projet d’une autre ampleur en terme de temps, compétence et argent ! C’est parti !

Plan et dimensions :

Je décide de me lancer dans la fabrication complète. Après tout, j’ai un peu de temps libre, je suis outillé et j’ai déjà réalisé quelques meubles, mais jamais de cette complexité…

Je décide également de conserver toute l’idée de conception de la table d’origine car :

  • Ça me permet de réutiliser les pieds de table, que je trouve plutôt jolis,
  • Je suis assuré qu’en réutilisant la même conception d’origine la table sera solide. Une table ce n’est pas une bibliothèque, c’est mécaniquement fortement sollicité, ça doit tenir la route !
  • La conception d’origine laissait la possibilité de démonter les pieds. C’est donc une option qui me va bien : c‘est très pratique dans un déménagement de pouvoir démonter les pieds d’une table !
  • Enfin je reste sur mon idée de mettre un plateau supérieur en chêne qui couvre tout le double fond, y compris les reposes bras. Certes cela surélève légèrement la table, mais je ne suis pas fan de l’idée des plateaux insérer dans le repose bras car :
    image
    Esthétiquement, je trouve ça moins joli le coté « plateau en kit »…
    De plus, à cause des nombreuses interstices des plateaux, c’est nappe obligatoire ! Sinon soyez assuré que vous retrouverez le vin rouge renversé qui aura coulé dans votre double fond par les trop nombreux interstices…
    En utilisant des plateaux insérer, vous diminuer obligatoirement votre profondeur de double fond. Pour compenser vous être donc obligé de l’augmenter, ce qui peut provoquer un inconfort lors du jeu (voir quelques paragraphes après).
    Enfin, les plateaux intégrés c’est plus complexe à fabriquer (défonceuse nécessaire), mais pas forcément moins cher dans la mesure où vous aurez de la perte à la découpe de votre panneau.

Concrètement mon plateau supérieur sera constitué ainsi :
image
Un plateau de chêne d’un seul tenant, découpé en 2. L’effet esthétique devrait être garanti, et en diminuant le nombre d’interstices (un seul ici), je minimise le risque d’infiltration en cas de renversement. Franchement avec un si beau plateau de chêne, ce serait dommage de devoir le couvrir d’une nappe…

Ma table doit pouvoir accueillir la majorité des gros jeux du marché. Je me lance donc dans une petite étude de marché des plateaux de jeux Lacerda (souvent réputés pour être de grande taille) et j’en arrive à la conclusion qu’il me faut minimum 60 cm de largeur x 100 cm de longueur. En dessous, c’est garanti, ça va forcément coincer pour rentrer le plateau de jeu.

Autre contrainte, je suis limité de dimension externe à 80 cm de largeur, à cause de mon petit salon en longueur. Je décide donc de ruser et prévoir des reposes bras qui déborde sur la surface interne. Ca me permet de gagner en surface de jeu, sans élargir ma largeur de table de 80cm, tout en prévoyant ainsi la possibilité de masquer le ruban Led. J’ai aussi allongé ma table qui passe de 120cm à 140 cm, mais je n’ai pas de problème de longueur dans mon salon (juste un problème de largeur).

Je me lance donc dans des plans sur fusion 360 :
image
image
image
image

Un autre problème se pose : quelle profondeur du double fond ? Quelle largeur des reposes bras ?

C’est une question qui parait anecdotique mais qui ne l’es pas du tout ! Bien au contraire c’est essentiel !

Le résultat final est un compromis entre :

  • Des reposes bras suffisamment large pour pouvoir poser des cartes, fiches perso…
  • Mais des reposes bras suffisamment peu larges pour ne pas entraver l’insertion du plateau de jeu (puisque mes reposes bras à moi déborde volontairement sur la surface interne de jeu).
  • Une profondeur de double fond suffisante pour pouvoir refermer le plateau supérieur sans déranger la mise en place du jeu.
  • Mais une profondeur de double fond suffisamment peu profonde pour ne pas créer d’inconfort de jeu (attention à l’angle d’inclinaison des avants bras !).

Pour ma part, voici mon compromis : 14 cm de largeur de repose bras (c’et beaucoup) mais seulement 7 cm de profondeur de jeu.

14 cm c’est suffisant pour accueillir un certain ombre de fiches perso (pas la totalité certes…)

7 cm c’est le grand maximum pour un repose bras de 14cm, au delà on sent vraiment une inclinaison peu naturelle des avants bras… J’aurais bien opté d’ailleurs pour 6 cm, mais j’avais peur que ce soit un peu juste en hauteur. En principe avec 7 cm quasi tout passe : les piles de cartes, les figurines (éventuellement allongées pour les plus grandes).

Conseil : soyez vigilant sur ce point. Plus votre repose bras est petit, plus votre double fond peut être profond. Et inversement, plus votre repose bras est large, plus votre double fond doit être peu profond (mon cas à moi) !

Certes c’est beaucoup de prise de tête pour des cm, mais franchement l’un des ENORMES avantages de faire ces meubles sur-mesure, ben… c’est les mesures ! Ce serait dommage pour un meuble sur-mesure de pas être à la mesure de votre pièce !

Choix des matériaux :

Déjà ce sera du bois, car je ne sais pas travailler le métal et la résine, et je trouver les plateaux de verre très froids et inconfortable.

De plus, hors de question d’utiliser du bois exotique (question de conviction, et puis de toute manière c’est difficile à trouver).

Enfin, les résineux (sapin, pin, épicéa…) c’est agréable à travailler mais pour une table les bois tendres s’abiment trop vite je trouve.

J’ai bien pensé réutiliser le plateau MDF de mon ancienne table, mais ayant dû augmenté la longueur de ma nouvelle table, les dimensions ne convenait plus. Choisir un plateau de MDF sur mesure c’est s’embarquer dans des interminables finitions de peintures (et je n’aime pas la peinture)…

Le plateau de mélaminé nécessite de prévoir du collage de chant, ce dont je ne maitrise pas, et puis je trouve ça moche.

Ce sera donc du chêne ! Reste à choisir : chêne massif ou chêne abouté :
image
image
image

Spontanément j’aurais choisi le chêne massif : certes ca coute plus cher et il y a toujours quelque nœuds mais après tout c’est naturel ! Sauf que la qualité ne suit pas du tout : ce n’est pas les nœuds qui me posent problème mais plutôt le fait que les planches ne sont pas planes ! Vous avouerez que pour un projet de menuiserie c’est sacrément embattant… Alors probablement qu’un menuisier expérimenté aurait réussi à s’en sortir malgré tout, mais moi je ne préfère pas prendre le risque ! Ce sera donc du chêne abouté, moins cher, sans nœud, moins naturel mais moins épais (18 mm contre 20 mm pour le massif) et surtout bien plat !

Conception :

image
image

Le cadre à été réalisé avec une scie circulaire radiale à onglets : ça aide bien pour faire des coupes obliques. Dans l’absolu, des coupes obliques n’étaient pas archi nécessaire mais esthétiquement mes pieds de tables étant alignés aussi en obliques c’est bien plus joli ! L’assemblage a été fait avec des vis cachées en trous obliques (merci le guide de perçage !) + colle à bois.
Pour rappel, les pieds de tables sont réutilisés de mon ancienne table.

image
image
image
image
image
image

Pour assembler le cadre repose bras avec la structure de la table j’ai opté pour des petites équerres en plastique blanc de chez Castorama. L‘ensemble est très peu cher et m’a permis d’y coller directement mon ruban Led qui trouve ainsi une meilleure inclinaison que collé sous le repose bras.

Conseil : bien choisi le ruban Led est très loin d’être anecdotique. De l’avis de tous ceux ayant essayé ma table, cela augmente grandement la lisibilité du jeu et soulage nos yeux ! Il faut dire que le jeu est insérer dans la table, il ne bénéficie donc pas de la même luminosité naturelle que sur une table classique plane !

Oubliez les rubans Led RGB colorés, c’est gadget et vous oublierez très vite cette fonction. Privilégiez un ruban Led puissant FCOB (le mien dispose de 640 Led par mètre) avec variation du niveau de blanc et de luminosité, cela sera bien plus utile que d’éclairez votre jeu en rose fluo !

Le ruban Led doit de plus être caché en lumière indirect, sinon attention à la fatigue des yeux lors des parties longues. C’est pour ça que c’est plutôt une bonne idée de faire déborder les reposes bras sur l’espace de jeu.

image
image
image
image
image
image

Le double fond a été réalisé à partir de planche de MDF de récup d’une ancienne bibliothèque, le tout assemblé avec des vis obliques invisibles. Certes comme il s’agit de plusieurs panneaux MDF juxtaposés, cela créé des jonctions sur la surface de jeu, mais comme tout cela sera caché par un playmat, on s’en fiche un peu…

D’ailleurs j’opté pour un playmat de montapisdejeu.com sur mesure de 3mm d’épaisseur parce que c’est plus confortable et que ça permettra de mieux masquer les jonctions !

Finitions et vernis :

image
image

Un vernis sur une table en chêne c’est indispensable. Trop souvent bâclé par les bricoleurs fatigués, c’est pourtant une étape fastidieuse mais qui sublimera votre table !

J’ai choisi un vernis incolore mat de bonne qualité (éviter de prendre le premier prix), prévoyez minimum 500 ml. Ca peut paraitre beaucoup, mais à vous de voir si vous voulez prendre le risque que votre table marque au premier verre oublié…

Un vernis ça ne s’applique pas n’importe comment : il faut un rouleau spécifique vernis, sinon vous allez laisser des races.

Conseil : il faut bien préparer sa surface avant et après chaque couche de vernis. Voici comment j’ai procédé :

  • Ponçage progressif de grain 40 à 400 (patience requise !) + dépoussiérage à l’acétone
  • Généreuse couche de vernis avec rouleau à vernis, séchage minimum 2h, idéalement 24h
  • Ponçage progressif de grain 180 à 400 (patience requise !) + dépoussiérage au chiffon à poussière
  • Généreuse couche de vernis avec rouleau à vernis, séchage minimum 2h, idéalement 24h
  • Ponçage progressif de grain 240 à 400 (patience requise !) + dépoussiérage au chiffon à poussière
  • Généreuse couche de vernis avec rouleau à vernis, séchage minimum 2h, idéalement 24h
  • Ponçage progressif de grain 320 à 400 (patience requise !) + dépoussiérage au chiffon à poussière
  • Généreuse couche de vernis avec rouleau à vernis, séchage minimum 2h, idéalement 24h
  • Ponçage progressif de grain 400 (patience requise !) + dépoussiérage au chiffon à poussière

C’est un jeu de patience !

Conseil 2 : masque à poussière requis pour les opérations de ponçage ! La micro poussière de bois et de vernis séché ce n’est pas ouf pour vos poumons…

Vous ne pourrez pas visualiser le résultat en photo, mais au toucher je peux vous assurer que c’est digne du résultat d’une machine de finition industrielle !

image
image

Après avoir longuement hésité, j’ai opté pour des petits crochets de maintien dorés (trouvés chez Castorama). Ayant récupéré de la quincaillerie mâle-femelle de mon ancienne table, les plateaux supérieurs sont déjà bien maintenus e place. Je pense que ce n’est pas indispensable, mais ça me rassure et cela fait plus fini !

Coût de revient finale et conclusion :

Voici le détail de ma matière première :

Bon il y a moyen de faire moins cher, mais bénéficiant déjà d »’un cout attractif en la réalisant moi-même ce n’était pas me priorité. Par exemple j’aurais pu :

  • Imprimer en 3D moi-même les 24 taquets plastiques,
  • Opter pour un matériau moins cher que le chêne abouté,
  • Essayer de réutiliser un peu plus les éléments de mon ancienne table…
  • Utiliser moins de vernis…
  • Le playmat est un vrai plus mais qui n’est pas indispensable…
  • Les crochets de maintien des plateaux supérieurs ne sont pas indispensables.

Je pense qu’il y a moyen de descendre à 200€.

Une table en chêne massif de ce niveau vaut minimum 1000€ TTC à 2000€ TTC. Mais sachant que j’y ai passé plus de 60h, cela ne parait pas un prix abusif pour une entreprise qui doit payer ces salariés.

Je n’ai pas équipé ma table d’accessoire, à ce jour seulement une petite rallonge de 20 cm est achevée. Les accessoires seront imprimés en 3D au fur et à mesure des besoins. Cela devrait être assez facile de les maintenir sur les reposes bras.

En conclusion, je ne pouvais pas ne pas citer ma source principale d’inspiration :

Merci de m’avoir lu, bon jeux et pimp à tous !

98 « J'aime »

Bravo, beau boulot ! Merci pour le tuto en images !

1 « J'aime »

Bravo. Tres beau résultat.
Je suis impressionné :wink:

1 « J'aime »

Superbe!! :+1:

1 « J'aime »

Bravo, elle est très belle et merci pour la description de toutes ces étapes.
Juste pour info, la partie élec (ruban LED) t’a pris combien de temps ?

1 « J'aime »

Bravo!

Enfin une table de jeu qui n’est pas massive! :smiley: Franchement elle est très jolie et j’aimerais quelque chose dans ce genre mais celles du commerce sont toujours plutôt massives et avec des pieds moches :joy:

Tu as bien du courage d’avoir fait ça en appart aussi :scream:

Félicitations et merci pour le tuto :+1:

1 « J'aime »

Super travail !
J’y pense depuis un moment, et je crois que ton tuto a fini de me convaincre de faire comme toi !
En plus je trouve tes explications et détail super, ça parait long, mais faisable, donc motivant à se lancer.

Grand merci à toi ! :smiley:

1 « J'aime »

Bravo, très beau bricolage. Avec du sur-mesure c’est quand même beaucoup plus beau.
Il ne manque que l’emplacement réfrigéré devant chaque place pour les boissons :stuck_out_tongue_winking_eye: :tropical_drink: :beers:

1 « J'aime »

Superbe !!! ça donne envie de faire pareil.
Tu as quelle hauteur dans la zone de jeu ?

1 « J'aime »

Oh oh on n’a pas lu ! :wink: :stuck_out_tongue_closed_eyes:

Il l’a dit 3 fois.

On ajoute le nombre d’ingrédients dans un quatre quart et le compte est bon

1 « J'aime »

J’avoue j’ai lu en diagonale en bossant :innocent:
Je relirai plus attentivement ce midi alors :grin:

2 « J'aime »

A chaque fois, je trouve ce type de projet hyper séduisant : je me dis que j’aimerais bien avoir une table comme celle-là.

Et j’ai un pote qui s’en fabriquée une pour son garage (de manière plus bourrine mais ça fait le job). Et à chaque fois, je n’arrive pas à me faire à la profondeur de la zone de jeu. J’aime bien quand tout est « de niveau ».

En revanche, je vois le gros avantage de pouvoir laisser un jeu en place : ça, c’est vraiment très cool.

1 « J'aime »

7cm de profondeur

1 « J'aime »

Oui, vu :slight_smile:
Merci !

1 « J'aime »

Peux mieux faire.

3 « J'aime »

Propre et ça donne envie d’essayer, les tables à 3k€ étant too much pour moi.

Reste à réfléchir à un système mobile pour le plateau de jeu, pour le mettre à hauteur du repose poignet pendant le jeu, et de pouvoir le descendre de 7/10cm quand tu veux manger.

Vous avez 2h !

1 « J'aime »

Mais c’est pas bête ça…par contre le réaliser ça sera coton car faudrait pas que le plateau parte de travers lorsqu’il montera ou descendera…

1 « J'aime »

une idée « à la con »

3 « J'aime »

Sinon tu peux t’inspirer de ce que pas mal de constructeur proposent désormais, mais il faut te faudra un tapis de jeu rigide pour ton fond.

Par exemple ici, avec la Bristol :

En gros un fond rigide (en 2 parties ?) + une planche pour surélevé le tout et "boucher " le côté.

1 « J'aime »

Merci. J’ai une question : comment as tu abouté (fixé entre elles) les lamellés pour créer un plateau ?

1 « J'aime »