Jeux en financement participatif : la revue de la semaine (17 janvier 2022)

Bonne année à tous ! Ce début d’année étant consacré pour ma part à jouer à cache-cache Covid avec mes deux jeunes enfants (alors, aujourd’hui, c’est qui qui reste à la maison ?), j’ai laissé avec plaisir les rênes à @MathemW qui s’était proposé. Spontanément. Mon sauveur !


En ce mois de janvier 2022, c’est la rentrée ! Celle des écoliers en classe bien sûr, mais également celle des projets participatifs en ce mardi 11 janvier. Et donc au final, la mienne également, puisque je suis heureux de vous retrouver depuis ma dernière revue du mois d’août.

Ces dernières semaines ont été particulièrement vides, et la reprise fait plaisir, que vous soyez un acheteur compulsif ou simplement un observateur averti, nous avons à nouveau de quoi discuter en projets participatifs. Et cette année semble très prometteuse, avec une pléiade de projets qui n’attendent que les derniers sous de notre porte-monnaie afin de voir le jour.

Pour aujourd’hui, je trouve que les thèmes sont assez variés. Reste à voir s’ils vont vous attirer. Et s’ils sont bien retranscrits dans le gameplay des différents jeux. Voyons tout de suite si 2022 apporte un vent de nouveauté !


Ils se terminent

Rise of The Necromancers

Se termine le 22 janvier.
Lien GameFound. On en discute.

Pierre Cauchon est l’évêque qui a condamné Jeanne d’Arc au bûcher à Rouen en 1431. Pour certains, c’est aussi un exemple qu’ils aimeraient suivre après la réception de Jeanne d’Arc. Autant dire que Mythic Games est attendu au tournant : les projets plus « modestes » de leur Phoenix Line sont là pour permettre au capital confiance de renaître de ses cendres.

L’éditeur franco-luxembourgeois ouvre le bal de l’année 2022 avec Rise of The Necromancers dans sa gamme Phoenix « un rein suffira, gardez le second pour plus tard ». C’est le deuxième projet de la série après Enchanters sur le même principe : en gros de remettre au goût du jour des jeux dont la première édition a été appréciée mais est restée confidentielle.


Rise of The Necromancers est donc une réédition d’un jeu sorti en 2018 dans lequel vous incarnez un nécromancien qui cherche à dominer le monde, faire triompher le mal, etc. C’est probablement là que se trouve la particularité de ce jeu où chaque joueur tente de faire triompher le mal (qui triomphera donc forcément à la fin puisque c’est un jeu compétitif). Cela ne plaira donc pas forcément à tout le monde; vous devrez laisser vos états d’âme de côté dans ce jeu.

Le but du jeu est d’être le premier joueur à placer vos 13 « dominion counters »; ce que vous pouvez faire après avoir survécu à un dongeon ou après avoir capturé une ville. Vous pouvez également les placer sur des objets et sorts de la même Académie que vous avez en jeu; car vous pouvez devenir le directeur d’une Académie de nécromancie.

Lors d’un tour de jeu, vous pouvez jouer des objets et sorts de votre main, utiliser un apprenti (qui peut mourir, contrairement à vous) ou révéler votre identité. Vous pouvez alors ramener à la vie quatre types de créatures, allant du squelette banal au bon vieux dragon-squelette. A la fin de votre tour, vous effectuez l’action du lieu où vous vous êtes déplacé.

Ce principe de remettre au goût du jour un ancien (bon il date de 2018…) jeu me laisse un peu pantois. Est-ce qu’un bon jeu mal édité passera sous les radars ? Possible. Est-ce qu’un excellent jeu mal édité passera sous les radars ? Déjà beaucoup moins probable. Et c’est bien là le problème de ce jeu, qui n’apporte rien de bien nouveau en termes de mécaniques. Si vous êtes fan du thème, vous pouvez y aller, et vous passerez peut-être un bon moment. Mais je ne pense pas que ce jeu soit exceptionnel, et bien d’autres font aussi bien, voire mieux.

La présence de Mythic Games permet bien évidemment la présence de nombreuses miniatures, dont je vous laisse estimer la qualité. Je ne trouve pas le prix exagéré pour le contenu, mais vous devrez sortir le billet de 100€ pour obtenir le jeu de base. Et celui de 200€ pour la totale.



En ce moment chez nos partenaires



Blazon

Se termine le 20 janvier.
Lien KS.

Nous sommes ici en présence d’un petit jeu sur une mécanique de construction de tableau, avec du draft, et un thème au sujet de l’héraldique. On aura donc l’occasion de collectionner les différentes armoiries et blasons pour construire le tableau le plus efficace possible.

C’est un thème complètement inhabituel que nous avons ici… mais j’ai malheureusement le sentiment qu’il n’est pas très présent en jeu. J’ai ce sentiment pour bon nombre de petits jeux et cela ne m’empêche pas forcément de les apprécier; c’est nettement plus ennuyeux pour un jeu qui veut se démarquer via son thème. Surtout que ce petit jeu vous reviendra malgré tout à environ 84€ tout compris si vous optez pour la version Deluxe. [NDLR : de nos jours, c’est devenu synonyme de pas cher… et pas que sur Kickstarter !]


Le jeu débute par une mécanique de draft où vous récupérez des objets et des teintures au milieu de la table. Vous placez ensuite certaines cartes sur votre bouclier (pour poser une carte, vous devez vous défausser de cartes de même coût) tout en respectant certaines contraintes. Vous devez alors atteindre certains objectifs afin d’obtenir des points de victoire.

Comme je vous le disais, rien de bien exceptionnel même si je trouve le jeu assez joli. A nouveau, je le conseillerais seulement à un fan du thème puisque bien d’autres jeux de construction de tableaux font tout aussi bien le job.



En ce moment chez nos partenaires



Les sorties de la semaine

Yucatan

Sur KS jusqu’au 1er février. Jeu en français.
Lien KS. On en discute.

Yucatan est le nouveau jeu de Guillaume Montiage, édité par Matagot. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est l’auteur de Kemet, dont il reprend certains principes. Nous sommes ici dans un jeu de « contrôle de territoires » dans l’Amérique précolombienne. Les guillemets sont bien nécessaires, car il n’est pas nécessaire de conserver le contrôle des cités tout au long de la partie et cela varie en fonction des objectifs du moment.

Le jeu se déroule sur quatre saisons durant lesquelles vous devez sacrifier des prisonniers afin de satisfaire les dieux. Le détail important se situe dans le fait que les dieux ne seront satisfaits que s’ils obtiennent un plus grand nombre de prisonniers sacrifiés qu’à la saison précédente. On serait alors tenté de se limiter aux premières saisons, mais c’est là qu’on peut obtenir de plus grands avantages sur la pyramide avec un grand nombre de sacrifices. C’est donc un compromis à trouver; et ce dès la première saison. Je pense donc que le jeu ne prendra sa pleine saveur qu’après quelques parties.


Un autre détail important du gameplay se situe dans les combats. L’auteur dit lui-même être frustré lorsqu’un combat détermine l’issue de toute une partie. Dans ce jeu, les combats ne sont donc pas déterminants individuellement. Vous pouvez même souhaiter en perdre certains : l’important n’est pas l’issue du combat mais ce que vous pourrez en retirer (comme des prisonniers).

A ceci s’ajoute une certaine composante de gestion de ressources et on arrive à un jeu que l’on pourrait qualifier d’eurotrash. L’interaction est très forte et le jeu encourage donc de multiples combats. Je reste personnellement légèrement interrogateur par rapport à ce fonctionnement : j’aime au contraire l’idée qu’un combat puisse être décisif et me permette de prendre le dessus définitivement.

Si vous désirez plus d’informations sur le gameplay, je vous encourage à visiter le topic dédié, où l’auteur lui-même explique son jeu, ainsi que @froh ou @raven_le_dé_plumé.


Concernant le pledge, Matagot nous offre à nouveau la possibilité d’un pledge boutique, qui ne vous coûtera que 70€ (à payer en deux fois) pour aller chercher votre jeu dans la boutique de votre choix (parmi celles disponibles). Le tarif me paraît honnête. Si l’interaction forte avec un thème inhabituel vous attire, n’hésitez donc plus !



Skytear Horde

Sur KS jusqu’au 27 janvier.
Lien KS. On en discute.

Si vous cherchez un petit Tower Defense facile à sortir, vous pouvez vous intéresser à Skytear Horde. J’ai envie de commencer par vous dire que ce jeu aurait été conçu premièrement pour être joué en solo. Cela ne veut pas dire qu’il est injouable à plusieurs (un mode coopératif à 2 joueurs est aussi proposé; ainsi qu’un mode asymétrique en 1v1 ou 1v2), mais j’ai personnellement tendance à préférer jouer un jeu dans le mode où il a été conçu initialement. Mieux vaut un jeu qui possède un unique mode de jeu de qualité que l’inverse.


Bon, en quoi ça consiste ?

Vous commencez en choisissant un château à défendre et un héros. Le portail va vous cracher des monstres dont les capacités forment apparemment des combinaisons intéressantes. Vous placez alors vos différentes cartes sur les six rangées de votre château et vous activez leurs capacités. La particularité se trouve dans le fait que les plus petits ennemis se placent hors des rangées… et pillent votre château, vous obligeant à vous défausser de vos cartes. A vous donc de les attirer sur les rangées afin de les combattre.

Finalement, lorsque vous avez détruit les portails, le boss arrive pour le combat final. Vous l’aurez compris, on est en présence du système de Tower Defense habituel mais quelques subtilités poussent à s’y intéresser. Huit decks préconstruits sont disponibles (dont deux qui sont exclusifs) mais vous êtes libres de réaliser les decks et les combinaisons que vous désirez, que ce soit pour l’alliance ou pour la horde.


Au niveau du tarif, l’absence de miniatures (disponibles en add-on) rend le jeu abordable avec un gameplay all-in à 40€ et un pledge deluxe (qui a sans doute le meilleur rapport qualité/prix) à 60€. Celui-ci comprend une boîte magnétique, des tokens deluxe et un playmat, tous exclusifs à la campagne Kickstarter. Le problème de la TVA reste évidemment présent, en arrivant à un petit billet de 100€ pour avoir la deluxe (tout compris). Il y a moyen de réduire les frais via un Pledge Groupé mais aucune traduction n’a encore été confirmée.



Final Girl Series 2

Sur KS jusqu’au 4 février.
Lien KS. On en discute.

Final Girl revient avec une deuxième saison sur Kickstarter. Ce jeu a eu son petit succès et les concepteurs auraient eu tort de ne pas creuser un peu leur filon. Le succès de cette deuxième campagne est d’ailleurs au rendez-vous, puisqu’ils ont déjà doublé la somme engrangée lors du financement initial. Cela prouve donc que les bons retours majoritaires ont mis ce jeu en lumière.

Après Skytear Horde, voici le deuxième jeu solo présenté ici : le phénomène prend clairement de l’ampleur.


Le principe de ce jeu est d’incarner une jeune fille pourchassée par un tueur sanguinaire et de survivre à la nuit en mettant le tueur hors d’état de nuire. Rien qu’en voyant l’image et en lisant cette brève description, je crois que vous aurez compris la filiation avec les films d’horreur. Le jeu se veut extrêmement thématique. Au point que cela a pu se faire, lors de la première saison, au détriment de la clarté et de la rigueur de certaines règles.

Bon, je suppose que ce n’est pas grave (les retours sont positifs) mais tout n’est pas non plus parfait dans ce jeu (ou ne l’était pas).


La campagne propose une boîte de base (la même que celle de la saison 1) et diverses boîtes supplémentaires, chacune proposant un tueur et un lieu, que vous pourrez ensuite mixer comme bon vous semble. L’intérêt de cette deuxième saison est donc de renouveler l’expérience de jeu avec de nouvelles thématiques.

Les nouvelles boîtes proposées ont pour sujet un évolmorphe dans l’espace, un organisme dans une station arctique, des intrus dans un cottage, le grand méchant loup dans une forêt et Mme Ratchet dans un asile. [NDLR : si ces situations ne vous évoquent rien, ce jeu n’est probablement fait pour vous^^]


Au niveau du gameplay, c’est assez simple : vous disposez d’un certain temps (la monnaie du jeu) pour effectuer diverses actions comme vous déplacer ou attaquer, puis vous pouvez acheter de nouvelles cartes avec le temps qui vous reste et enfin, c’est au tueur de jouer. A savoir que le deck du tueur est composé de cartes du tueur et de cartes du lieu, ce qui permet de varier les plaisirs.


Mon avis personnel est que l’on se trouve devant un petit jeu sympa et original qui doit permettre de passer de bons moments en solo. Pour ceux qui possèdent la première saison, c’est une bonne occasion d’augmenter la rejouabilité. Pour les autres, malheureusement, même si je m’efforce de ne pas écrire que c’est trop cher à chacun des projets présentés dans cet article, je me dois ici de le dire. Chaque saison vous reviendrait à 140€, pour un all-in gameplay de 184€. Auxquels il faudra bien entendu ajouter la TVA et les frais de port, pour un tarif qui devient démentiel pour un jeu de ce calibre. Sans oublier que la première saison devrait nous être proposée en français par Don’t Panic Games.



En ce moment chez nos partenaires



Viscounts : Gates of Gold + Keeper of Keys

Sur KS jusqu’au 4 février. Jeu en français.
Lien KS. On en discute.

Un petit mot tout simple pour préciser que Shem Phillips nous revient avec deux extensions pour Vicomtes des Royaumes de l’ouest, ainsi qu’une boîte Collector. Si je ne me trompe pas, c’est la dernière partie, qui termine la trilogie, et vous pouvez donc obtenir la totale pour la modique somme de 333€ (hors frais de port bien entendu).



Colab

Sur KS jusqu’au 4 février.
Lien KS. On en discute.

Colab nous revient après son annulation du mois de septembre dernier. Le financement est cette fois au rendez-vous avec 70 000€ de récoltés pour cet eurogame qui ne me semble pas spécialement tirer son épingle du jeu (mais j’avoue ne pas avoir creusé). A noter que cet éditeur propose en add-on un tout petit jeu, Palm Laboratory, dont le nom va forcément vous faire penser à Palm Island, du même éditeur.



Et ce sera tout pour cette semaine de rentrée, déjà bien chargée, en attendant la suite. Je vais ici citer le patron, puisqu’au final, c’est la seule vérité, "n’oubliez pas que backer c’est bien, jouer c’est mieux !"



En ce moment chez nos partenaires

Jeux Superlude en promo



Au menu, cette semaine

Je (@Thierry) reprend en vitesse la main (finalement, c’est le plus jeune qui est à la maison aujourd’hui…) pour signaler quelques projets à suivre cette semaine : un des probables top score de l’année chez CMON, un petit PvPvE français, du skate chez Pandasaurus, l’adaptation (très wargame) de Total War: Rome et un éditeur japonais qui passe de l’aquarium à la Méditerranée. Bonne semaine à tous !



Le financement de cwowd est assuré par ses membres sur tipeee. Vous pouvez aussi soutenir cwowd via Paypal.

17 « J'aime »

Ha ben voilà, je suis plus stagiaire.

Auquel il faut ajouter 20% de TVA (faut lire le petit texte dans la FAQ)

4 « J'aime »

Les prix atteignent des sommets stratosphériques :hushed:. Finalement, Yucatan, pour le matériel proposé, apparaît comme une bonne surprise, et une bonne affaire, si le thème plaît !

2 « J'aime »

Ah ben désolé, ça me semblait tellement évident, je le découvre.

Tu resteras toujours mon stagiaire préféré dans mon cœur ! :kissing_heart:

Moi j’arrive plus à suivre…Alors Matagot ou non ,stagiaire ou non? peut on se fier au bandeau qui précise quand une personne représente un éditeur (ou autre entité du monde ludique)? La marmote, elle referme l’alu sur le chococat ou non?

Revue très sympa ! :smiley:

3 « J'aime »

Yep, je souligne l’effort apporté par @MathemW pour expliquer le gameplay.

7 « J'aime »

Merci, j’ai en effet fait un effort là-dessus. :slightly_smiling_face:

5 « J'aime »

Merci @MathemW pour cette review, ça faisait longtemps que je ne l’avais pas lue, et content de te lire à nouveau à la place du Patron. :+1: :wink:

Merci pour l’info, j’étais complètement passé à côté, persuadé que cela ne concernait que les niveaux de pledges, autres que retrait boutique.

Si ça peut te rassurer @MathemW, je pense que beaucoup vont découvrir l’info avec surprise lors du PM. :upside_down_face:

Je comprends pas trop pourquoi le pledge Boutique de Yucatan, puisque réservé au territoire français, n’intègre pas directement la TVA, ça aurait été quand même plus simple. Surtout que cette formule (le pledge boutique) intègre en général cette taxe, en tout cas ce fut le cas sur Kemet, et plus récemment Clash of Culture, et Summoner Wars.

Bref, ça donne un peu l’impression que Matagot cherche à masquer le prix réel du jeu, qui en devient du coup bien plus cher que son aîné de 20%. Dommage, ça aurait pu me tenter… :confused:

2 « J'aime »

Merci pour la revue!
Et pour du piano à 4 mains on trouve de tout même du warteau!
Mais deux détails de pointillisme : l’image de début du texte qui est exactement la même que pour le topic du jeu en question et encore une histoire de photos → celles du patron ne sont pas visible sauf après scollage…
Que du détail!

2 « J'aime »

Merci pour la revue ! Très bien !

1 « J'aime »