Jeux en financement participatif : la revue de la semaine (1er juin 2021)

Enfin un blockbuster dans ce mois finalement bien calme. Les années se suivent et les plannings des éditeurs changent, c’est visiblement le mois de juin qui s’annonce relevé. Pour autant, une belle brochette de petits projets a pu en profiter pour se faire voir.


Et si on en profitait pour se faire un petit plaisir ?

Du coup, les joueurs (et moi aussi !) ont du temps. Pour jouer (enfin !). Mais aussi pour s’intéresser un peu plus aux conditions réelles des projets. Et certains éditeurs se font épingler. Notamment, en ce moment, ceux qui cherchent à interdire la vente des pledges à des conditions plus avantageuses pour les backers. Que ce soit via des Pledges Groupés ou des boutiques qui précommandent en quantité, nombre de campagnes n’auraient pas pu avoir le même succès si les joueurs avaient du se contenter des conditions affichées.

Les frais de port ont toujours été un obstacle, en particulier pour les joueurs européens. S’y ajoute désormais la systématisation de la TVA ajoutée au pledge manager. Et c’est le moment que certains éditeurs choisissent pour imposer des conditions aux intermédiaires agissant en faveur des backers. Pour imposer l’interdiction de pratiquer des tarifs inférieurs. Menacer les « mauvaises » boutiques qui n’obéissent pas.

Les backers sont des vaches à lait. Certains éditeurs n’ont aucun scrupule à les traire jusqu’à la dernière goutte : même tarif qu’en boutique mais sans aucun intermédiaire. Les frais de port ? Y’a qu’à l’ajouter au Pledge manager, ils paieront. La TVA aussi il faut la payer ? Hors de question de rogner sur l’énorme surplus de marge par rapport au circuit classique, y’a qu’à la leur facturer aussi; s’il faut, on ajoutera un Stretch Goal Exclusif qui coûte 2 centimes à fabriquer…

Quoi ? Des boutiques qui vendent à -20% ??? Scandaleux ! Comment osent-ils s’en prendre à notre troupeau?

A ces éditeurs qui oublient un peu vite que, en venant sur Kickstarter, leur client n’est plus la boutique mais le joueur (enfin) : retournez-y donc, au circuit boutique. Et demandez-leur au passage d’avancer le financement de vos productions. On vous a bien trop vus.


En ce moment chez Philibert


Ils se terminent

Skyline Express. L’équipe (auteur et éditeur) est plus habitué à sortir des petits jeux, format poche (A4 Quest, Pocket Mars…), ils s’essaient à un peu plus gros. Mais cela reste très familial, à base de set collection (en quelque sorte) où vous devrez placer des voyageurs dans les différents compartiments de votre « train » selon leurs préférences, exigences etc. Le casse-tête généré est potentiellement intéressant; comment s’en assurer ? Trop peu d’arguments pour attiser notre curiosité, hélas. Règles en français (pdf). Se termine le mercredi 2 juin à 17h. La page KS.


Castle Panic DeLuxe Collection. J’adore ce petit coop. Simple, léger, addictif et avec assez d’extensions pour enrichir la formule. Mais à la base du jeu, on a des jetons qu’on pioche dans un sac pour les placer sur le plateau (une cible entourant notre château) pour simuler les vagues qui nous attaquent. Ajouter du plastique là-dedans, qui complique la manipulation (piocher un jeton ? Trouver la fig correspondante etc.) est à la limite de l’absurde. Quand, en plus, ça amène la big box à 300€… Il y a quelque chose qui ne tourne plus rondement chez certains éditeurs. Si t’as pas une version Deluxe à $300+ à ton catalogue, t’as raté ta life, man.

Gardez vos sous. C’est en plus uniquement en anglais. Et priez qu’ils sortent un jour prochain une version dans notre langue avec des jetons en bois (et pas en cartonnette). Se termine le vendredi 4 juin à 5h. La page KS.


Chai: Tea For Two. Après des dizaines de titres sur la production de vin ou de café, il fallait bien que les amoureux de la feuille de thé aient aussi une référence ludique. Chai a tenté d’occuper ce créneau; il n’aura probablement convaincu que les plus grands fans, se révélant au final un jeu de contrats assez creux.

Avantage d’une version pour deux : vous n’aurez pas à convaincre une pleine tablée de récolter du thé plutôt que de la vigne. Surtout que les références vinicoles sont, pour certaines, d’un très haut niveau (Viticulture, Vinhos…). En couple, autour d’une bonne bière (je déconne : une tasse… de ce que vous voulez), en une demi-heure : cela semble bien plus adapté.

Cerises sur la cup : il semble que le jeu gagne en plus en intérêt. Ne me croyez pas sur parole, je n’ai pas testé; d’autres, oui qui semblent plus enthousiaste. Et pas de texte sur le matériel de jeu, proposé uniquement en anglais. Il vous en coûtera tout de même près de 60€ (fdp et TVA inclus) pour la seule version proposée, dite Deluxe. Et son intérêt (essentiellement des jetons ressources en feuilles de thé), limité voire douteux niveau ménipulation. Se termine le vendredi 5 juin à 3h. On en discute.


En ce moment chez Philibert



Le projet de la semaine

D’après vous

Sans trop de surprise, c’est la semaine des extensions et il n’y a un peu que lui. Le mastodonte peut tout écraser tranquillement…


The Witcher: Old World

Jeu en français
Sur Kickstarter jusqu’au 11 juin.
La page KS . On en discute.

Je ne vais même pas faire semblant : je ne connais pas le jeu vidéo. Pire encore : je ne connais de l’univers que le film (et vu la daube, je doute que ce soit à son avantage^^). Et finalement, c’est pour le mieux; je ne vais pas tenter de le vendre (l’univers, le jeu vidéo). De toute façon, si tu me lis pour savoir quoi penser (aies confiannnnnce, crois-en moaaaaaa…), c’est probablement que tu es tout autant largué. Mais aussi que l’univers t’intéresse.

Mon a priori sur les jeux à licence est généralement très négatif. Celui-ci a pourtant éveillé ma curiosité simplement en annonçant un jeu compétitif. Dans le genre boss fight, crawler, aventure etc. la simplicité, mot d’ordre de qui souhaite exploiter une licence, est d’opter pour un coopératif. C’est plus facile. Ca s’optimise avec « quelques lignes » de codes pour tester les différentes variables. Et les gens viennent moins râler vu qu’ils ont passé une bonne soirée entre amis-fans.

L’option compétitive, retenue ici, nécessite un (plus ou moins long) travail d’équilibre et, plus globalemenent, de développer un moteur de jeu qui tienne la route. Avec un public qui sera moins « pardonneur » (eh! il n’y a qu’un vainqueur) et plus enclin à y rejouer rapidement (revanche!) : les défauts sont donc plus visibles et moins oubliables.



Du coup, c’est un « vrai » jeu ?

Si vous cherchez un jeu où le but est d’aller de lieu en lieu pour y trouver des monstres à éliminer afin de gagner en prestige et en compétences… Si vous ne cherchez absolument pas la nouveauté… Oui ?

Tout ici est très classique. Joliment réalisé mais déjà vu. L’éditeur Go On Board n’est pas sorti des sentiers battus et s’est limité à des recettes connues (du deck-building) qui ont déjà fait leurs preuves. Est-ce un mal ? Pour un jeu reposant autant sur une licence, qui ne demande qu’à être partagé avec des gens plus attirés par le nom que vraiment « joueurs », ce classicisme risque bien de plutôt être une qualité.

Le mot d’ordre est que le jeu de plateau retranscrirait bien l’univers du jeu vidéo. Je ne saurais confirmer ou infirmer; et si vous êtes comme moi, vous vous en foutez : vous voulez juste un bon jeu. Et si possible éviter que vos amis « fans de » soupirent toutes les 10 minutes quand vous réussirez à les convaincre d’essayer (et si possible en redemandent, même). On remercie au passage l’éditeur de s’être limité à un jeu « one shot » : on fait sa partie et on remballe. On ne manque pas de bons jeux en campagnes…

L’offre Kickstarter est intéressante. Le jeu seul, en boutique, semble offrir bien trop peu de variété (le jeu est, au passage, encore localisé par Matagot dont le métier devient donc de localiser des jeux KS…). Avec les nombreux Stretch Goals ajoutés, il devrait y avoir de quoi faire plusieurs parties sans toujours avoir l’impression de buter les mêmes créatures; de faire toujours la même chose.

L’équipe derrière le jeu semble en plus très à l’écoute (à la limite -jamais content^^- trop). Ils ont corrigé et/ou ajouté durant la campagne de nouveaux concepts à partir des retours de reviewers. Et l’offre actuelle se révèle terriblement sexy, l’éditeur (Go On Board) s’est montré d’un manque d’agressivité commerciale qui fait plaisir à voir.

Deluxe avec figs ou pas (et donc sans), vous savez comment ça fonctionne : avec ça ne sert à rien (ce n’est jamais qu’un deckbuilding avec un plateau où on se déplace) donc totalement indispensable (ne me demandez pas pourquoi -de toute façon je ne pledge pas, c’est ta merde^^). Et le jour où vous envisagerez de revendre, la Deluxe partira probablement au moins à son prix d’achat (enfin, ne traînez pas non plus dix ans, ça reste de la licence).


En ce moment chez Philibert


Les autres sorties de la semaine

The Isle of Cats: Don’t forget the kittens!. Sur Kickstarter jusqu’au 24 juin. Le jeu -excellent, on ne peut que le recommander- débarque en français en boutique dans les jours qui viennent (L’Ile des chats, en précommande chez Philibert ainsi que l’extension 5-6 joueurs). Et cette extension devrait logiquement suivre. Pourquoi s’embêter plus avec ce KS (et probablement payer plus aussi) ? D’autant que le jeu est largement suffisant (du haut de mes deux parties de test ^^). On en discute.


Fighters of the Pacific. Le wargame de la semaine. Celui-ci s’intéresse aux combats aériens qui ont fait la renommée de la Guerre du Pacifique. Est français. Et porté par un éditeur dont le précédent titre, pas du tout un wargame, Fleet Commander: Genesis était réussi (des batailles assez cérébrales entre flottes SF, pas facile à sortir hélas). On sent quand même un certain intérêt pour tout ce qui vole en faisant « pew pew ». Jeu en français. On en discute.


Robot Quest Arena. Quand Rob (Dougherty, auteur de Star Realms) crée un nouveau jeu de deck-building, on se doit de s’y intéresser. Certes, celui-ci est moins ambitieux que ses précédentes créations (même Rob doit payer ses impôts^^) puisque jeu de combat en arène où notre main de cartes va décider des actions de notre combattant. En l’occurrence, donc, un robot qui va gagner en puissance via le fameux deck-building (infliger des dégâts à un autre robot fait gagner des points qui permettent d’acheter de nouvelles cartes).

Le look est hyper accrocheur, l’ensemble est parfaitement soigné (limite jeunes ados… si vous avez ça chez vous, enjoy!). Mais ça reste un jeu d’arène utilisant une mécanique de deck-building pour la progression des combattants. Sur Kickstarter jusqu’au 18 juin. La page KS .


Paris l’Étoile. En voila un qui interdit aux boutiques de vendre moins cher que le tarif pratiqué sur KS. Ce qui implique que des boutiques pourraient vendre moins cher tout en faisant un profit alors qu’elles prennent le port à leur charge et paient la TVA due. Quand le backer doit, lui, payer plein pot, ajouter le port et la TVA (parce qu’à $29 de fdp pour un pledge, la TVA est dedans). De toute façon, le jeu de base n’avait suscité aucun enthousiasme même chez les amateurs de Kramer et Kiesling. Sur Kickstarter jusqu’au 18 juin. Jeu et extension en français. On en discute.


Lockup: Breakout Expansion. Aucun intérêt à prendre lors du KS alors que la version française (chez Intrafin) du jeu de base est prévue pour cet été et son extension (Breakout, donc; essayez de suivre un peu^^) confirmée. Sur Kickstarter jusqu’au 11 juin. On en discute.


CastleScape. Je suis surpris que ce projet n’ait pas plus de succès parmi les habitués de cwowd. Certes, ce n’est pas le jeu de deck-building le plus original; il est même très classique. Et pour alimenter un contrôle de territoire là encore classique. Mais le tout surmonté d’une construction de rempart en plaçant un à un (enfin, autant que vos cartes du tour permettent de poser) des portions de rempart. Le tout donne un jeu très abstrait mais très intéressant visuellement avec ces murailles qui « poussent » peu à peu, entourant des territoires qu’on pourra réclamer.

Le scoring est un classique « plus de murailles à poser, le Roi fait sa visite » et distribue les points. Et on remet ça jusqu’à la prochaine visite. Mais agrémenté d’un système de corruption (des cartes mises de côté après avoir été jouées -et pas remélangées) qui va forcer à retirer certaines troupes du plateau. Et donc remettre en cause certaines majorités futures.

Rien que l’ajout de cette corruption mérite à mon avis de s’arrêter cinq minutes. Et de donner sa chance à ce jeu. Hélas plombé par les conditions ($15-25 de fdp pour l’Europe et TVA en sus, soit aux alentours des 75€ tout compris). Il y a énormément de matériel dans la boîte, le tarif n’est pas absurde. Et il faudra faire avec un jeu en anglais (plus le risque de le trouver un jour localisé à un tarif inférieur - risque faible vu le matériel). Néanmoins, ce projet me semble sous-estimé. Sur Kickstarter jusqu’au 18 juin. La page KS.


Forsaken Forest. Sur Kickstarter jusqu’au 9 juin. On en discute.

Path of Light and Shadow: Solstice. Sur Kickstarter jusqu’au 11 juin. On en discute.


En ce moment chez Philibert



Au programme des jours à venir

Quelques projets mineurs étaient au programme de la journée d’hier (lundi). On en parlera la semaine prochaine, si certains sortent la tête de l’eau (Final Fusion et Mechanical Beast probablement).



Ce mardi, on sera tous (OK, disons que vous serez assez nombreux^^) sur le pont pour la version française de Maximum Apocalypse: Wasted Wilds. Cela fait maintenant deux semaines que la campagne « anglaise » vous fait saliver, vous pourrez vous lâcher. Sur GameOnTabletop. Coincé entre les habituels campagnes de campagnes JdR. Ne vous perdez pas…


Moi, je suis intrigué par My Singing Monsters : le jeu (pour iPhone apparemment) ne me dit rien du tout mais j’ai vu des trucs en volume (carton) et ça semble super coloré et rapide (surtout pour de la pose d’ouvrier). Création de la discussion à suivre…


C’est pourtant Fall of the Mountain King qui devrait réussir le plus gros score, suite du très apprécié In the Hall of the Mountain King (L’Antre du Roi de la Montagne en VF chez iello). Suite ou, plutôt, prequel et totalement jouable sans le précédent (qui est donc le suivant) car sans lien : auteur différent, gameplay différent (contrôle de territoire) mais même univers et même esprit.

Comme la semaine passée, on aura aussi le droit à une brouette d’extensions pour du connu (Adventure Tactics, The Binding of Isaac: Four Souls) et de l’inconnu (que je ne liste pas, on s’en fout^^).



Et ce sera tout pour cette semaine. Je commence à récupérer mon retard, on va y arriver.

N’oubliez pas que backer, c’est bien. Jouer, c’est encore mieux.


En ce moment chez Philibert

11 J'aime

Ah oui! Vraiment la pire porte d’entrée dans l’univers :joy:

Je n’ai en effet pas pris beaucoup de plaisir :smiley:

1 J'aime

Je ne savais même pas qu’il existait un film The Witcher ; visiblement j’ai pas raté grand chose.

2 J'aime

Pour l’île des chats, il ne débarque pas en boutique, il revient en boutique, il est sortie l’été dernier.

Sympa cette intro en mode preview du « ils se terminent » de Mosaic :smiley: .
Merci patron pour ce compte rendu !

1 J'aime

Y’a pas que Mosaic, je me serais pas fait ce petit plaisir sinon. Il y a aussi le Game Brewer (extension pour Paris). Et deux, ça commence à faire une tendance. Et une très mauvaise tendance amha.

3 J'aime

est en trop a la fin de CastleScape :wink:

1 J'aime

Je me disais que ça semblait louche, aussi… :wink:

… Surtout quand, deux phrases plus tôt, l’article émet des doutes quant au fait qu’il puisse être localisé un jour. :grin:

Et c’est bien dommage :slight_smile:

Mais c’est pas beau… :exploding_head::face_with_raised_eyebrow::expressionless::no_mouth::joy:

Ah oui j’avais loupé cette dégueulasserie sur Paris également :pensive:.

pour Castlescape, ça m’a fait lever un sourcil… mais comparé à un Tyrants Of The Underdark, est-ce qu’il y a un intérêt ?

C’est quoi l’histoire ?

Une petite coquille à la fin de Chai tea for 2.

Ou bien je n’ai pas compris le sens de ce mot-valise. :kissing_heart:

Rapidement:

  • Mosaic : La campagne propose un pledge retailer mais l’interdit pour les boutiques en ligne ou boutiques qui font des précommandes pendant la campagne KS à un prix inferieur au prix du KS mais par contre OK pour faire ce prix après la campagne. Et une update a été posté pour cibler les méchantes boutiques qui porposaient de la préco KS pour leurs clients alors que la campagne n’est pas finie.
  • Paris : Interdiction aux retailers de vendre moins cher que sur KS
1 J'aime

Je tombe sur cet article par hasard.
Alors que je le guettais sur la page d’entrée du site depuis lundi.

  • pourquoi la page d’entre n’est-elle pas mise à jour ?
  • s’il y a un problème récurrent avec la page d’entrée, comment puis-je accéder les semaines suivantes à la revue hebdomadaire ?
    Merci;

Parce que ça a déconné, je n’avais pas remarqué :frowning:

1 J'aime

Toujours pas visible sur la HomePage. Il faut aller dans la liste des sujets récents pour trouver la revue hebdomadaire du 1 juin.

Dans les Récents
Dans les Articles
Via le tag Article
Via le tag revue-hebdo
Il est aussi en featured (vignettes en haut de page sur PC)

juste pas sur la partie éditoriale/home.