Hier j'ai joué à un jeu crowdfundé

J’irai voir près de chez moi mais ça me dit absolument rien :thinking:

non vo. Mais je me tatais pour faire la trad, au moins une version light type aide de jeu

@papayeric38 sur le site de cmon CMON

4 « J'aime »

Bin merde, je suis en Alsace et je la trouve pas par chez moi… Ça m’oblige à aller directement à la brasserie :sweat_smile:.

Yep sur le site Asmodée expert :kissing_heart:

Asmodée expert

4 « J'aime »

Ça pue comme lien, je ne clique pas :sunglasses:

3 « J'aime »

Hier j’ai joué aux Terres de l’excitation, alias Lands of Galzyr.

Je pensais attendre le re-travail sur la VF des 2 Tomates, mais je n’aime pas avoir de pile de la honte et j’étais quand même curieux du jeu. Alors sur la traduction, ça s’est mieux passé que ce que je craignais. J’ai eu un ou deux chapitres un peu bizarre, mais le reste était ok. Il y a juste le chapitre de fin de partie qui est resté en anglais (mais ça va, ça se lit bien).

Alors le jeu ?
J’ai fait une partie solo classique. Les règles sont très simples, mais j’ai eu du mal parfois à comprendre de quoi on parlait quand on me demandait de faire une action ou de prendre un élément de jeu. Mais après une partie, je suis bien rodé et pense que ce sera plus fluide pour la suite.

Lads of Galzyr, c’est vraiment le jeu narratif de la petite aventure. On ne peut pas perdre, on se balade dans le pays en accomplissant des quêtes. Sur ma partie, j’ai principalement fait une quête consistant à accompagner un marchand dans un voyage à travers le pays. En chemin, j’ai pu faire des rencontres et accomplir de petites missions, telles que régler un conflit entre deux protagonistes, trouver de l’aide pour sauver un quidam tombé dans un crevasse… Toutes les actions se révolvent un peu de la même façon à coup de dés. On a le droit à une relance et parfois des effets de jeu positifs (un compagnon) ou négatif (un état tel que choqué) qui impact notre capacité à relancer des dés ou apportent des réussites. C’est simple et ça marche bien. Comme notre vie n’est jamais vraiment en jeu, ça désamorce pas mal la frustration de l’échec. Au pire, on rate la mission, et on se ridiculise. Certains pourraient trouver que ça manque de tension, mais c’est bien aussi d’avoir un jeu sur un ton plus léger où on est le gentil héros du coin sans devoir porter le destin du monde sur nos épaules.

Le coté campagne est géré au travers des choses que l’on garde d’une partie à l’autre (les quêtes en cours, les objets, les compagnons, etc.). Je ne sais pas s’il y a de gros évènements qui vont se manifester à un moment, déclenché par certains trucs que l’on va gagner au fur et à mesure, mais pour l’instant ça reste léger. J’ai quand même gagné deux ou trois trucs dans cette partie (et claqué tout mon argent passé en soudoyant un garde et en tournée générale ; faudra que j’en regagne pour pouvoir à nouveau payer ma tournée d’ailleurs).

Au final, j’ai bien aimé ma partie. Je ne pense pas que ce soit le genre de jeu qui va conduire à des torrents d’émotions ou avec lequel on va vivre des parties mémorables, mais sur un mode petite aventure, il se montre très sympathique. Par ailleurs, le jeu est vite mis en place et rangé. Il se prête bien à une petite partie au calme au coin du feu, en solo ou en famille (hormis l’histoire du viol collectif de la renarde par l’armée de putois… je plaisante évidemment, c’est du tout public dans la narration).

22 « J'aime »

Merci pour ce retour.
Ayant tout juste reçu le jeu j’ai commencé à lire les règles en « français » et ma foi, pour le moment ça se comprend.
J’ai hâte de l’essayer quand même.

1 « J'aime »

Hier j’ai joué à un jeu en cours de crowdfunding… Okko, scénario du cycle de la terre

5 « J'aime »

'Foiré

:rofl:

Ta loupé le lien malgré tout, et ça va te hanter jusqu’à la fin de tes jours. :astonished:

Le site est toujours en construction mais on retrouve un chouia de ce qu’il y avait chez edge/ffg… et oui monsieur

3 « J'aime »

Hier et aujourd’hui j’ai joué à Apex Theropod collector edition.

J’ai eu la chance de pouvoir l’acheter à un prix correct la semaine dernière et j’ai enfin pu l’essayer. C’est mon troisième jeu de l’année après Too Many Bones (qui ne m’a pas du tout convaincu) et Mage Knight (que j’ai adoré mais j’ai beaucoup de mal à dégager assez de temps pour y jouer).

Je cherchais donc un bon jeu solo avec une mécanique de deck building et des parties pas trop longues. Je l’ai trouvé !

Je ne reviens pas sur les mécaniques du jeu, d’autres que moi ont fait de très bons CR et les ont très bien décrites.

J’ai réussi à remporter ma deuxième partie malgré de gros imprévus mais j’étais en mode facile, face à un boss qui avait seulement deux PV et une race dont certains dinosaures avaient la capacité « infiltrate » qui permet d’infliger directement une blessure au boss. Je pense donc que j’étais dans une configuration particulièrement favorable et je retesterai une autre race avec un autre boss avant d’augmenter la difficulté.

En vrac, les éléments qui m’ont convaincu et qui me donnent envie d’y retourner rapidement :

-Une mise en place et un rangement rapide. A la lecture des règles ce point me faisait très peur mais en réalité ça se fait très bien, je dirais une dizaine de minutes grand maximum.

-Les règles sont un peu mal organisées mais après la première partie tout est fluide et durant ma deuxième je ne suis pas retourné une seule fois dans le livret.

-Le thème est très bien retranscrit et les illustrations des cartes, pour qui est un peu fan des dinosaures, sont excellentes !

-Du pur deckbuilding ! L’essentiel de la partie consiste à améliorer/épurer son deck avant d’affronter le boss. On ne s’embête pas avec 50 mécaniques qui alourdiraient le jeu pour rien, le deckbuilding est bien le coeur du jeu.

-La boite offre beaucoup de variétés avec 15 boss différents (de mémoire) et à peu près autant de races jouables. Je ne mesure pas encore à quel point les boss/races diffèrent l’une de l’autre mais en tous ça donne envie d’y retourner et de tester tout ça.

En bref je suis pour l’instant complétement conquis, j’ai très envie d’aller tout réinstaller et de m’y remettre au plus vite !

17 « J'aime »

Pour ceux que ça interesse, j’ai créé un topic pour rapporter chaque jour les parties de notre calendrier de l’avent ludique familial!
Ca se passe ici: Calendrier de l'Avent du Remus

Et hier c’était le JOUR 3

Un couple d’amis nous rend visite; l’occasion de jouer un jeu qu’ils ne connaissaient pas et répondant aux critères du soir: pour joueurs avertis, mais pas trop complexe car on était fatigués, et de 1h30 max vu qu’ils avaient de la route. Alors c’est parti pour du placement d’ouvriers avec:

NETA-TANKA édition KS par LaBoitedeJeu

Chaque joueur incarne une faction d’une même grande tribu qui cherche à ce que l’un des siens deviennent le nouveau Neta Tanka, le big boss de la tribu, en ayant le plus de points à la fin de la partie.

Chaque manche se déroule en deux phases principales (suivies de la traditionnelle phase de restauration / préparation de la manche suivante):

  • etape 1: chaque joueur va poser tour à tour un de ses meeples sur un emplacement d’action jusqu’à ce que tous soient posés
  • étape 2: le premier joueur résout les actions de TOUS ses meeples, puis le second joueur, etc.

Le but pour les joueurs sera de récupérer sur le grand plateau les précieuses ressources nécessaire pour pouvoir développer dans son coin de tribu (son plateau personnel) les quatre sources de points que sont les tipis, la nourriture du clan, l’artisanat et le totem. Et pour ceux qui en douteraient, l’ami @benwab nous avait démontré à l’époque par A+B que toutes les stratégies se valent en terme de ratio cout en action / points gagnés.

Alors qu’est ce qui fait de Neta-Tanka un jeu de placement d’ouvriers différents des autres?

Le principe des liaisons.
Les différents emplacement d’action sont reliés par des liaisons bonus. Si les deux emplacements de part et d’autre d’une liaison sont occupés par vos meeples, vous bénéficiez du bonus accordé par la liaison.
Et vu que les zones d’action sont localisées sur le plateau par thématique (récolte du bois, chasse de bison, artisanat, etc.), on cherchera forcément à optimiser notre manche en se plaçant de manière à s’accaparer un secteur d’activité du plateau et déclencher les précieuses liaisons!

Le sens du timing et de la collectivité
Dans Neta Tanka, les joueurs doivent généralement produire les ressources (les mettre sur le plateau principal depuis la réserve) avant de pouvoir les récolter (les prendre du plateau pour les mettre sur leur plateau personnel et les utiliser ensuite pour scorer).
Certains lieux permettent donc de produire, et d’autre de récolter.
Vu que le placement des meeples se fait un par un chacun son tour, mais que la résolution des actions se fait en une fois dans l’ordre du tour de table, il est primordial de bien réfléchir son timingpour ne pas se faire avoir avec une action perdue.

Par exemple, le bloc thématique de la chasse est composé de 3 emplacements: le premier permet de chasser un bison, le deuxième de dépecer le bison chassé afin de produire 3 peaux et 3 viandes prises de la réserve (en gardant deux peaux au passage pour celui qui fait l’action), le troisième permet de fumer la viande et donc d’en récupérer 2 depuis la zone de dépeçage.
Vous comprendrez aisément que si je place un meeple sur le dépeçage alors que je vais résoudre mes actions avant le joueur qui a mis son meeple à la chasse, je risque fort de ne pas avoir grand chose à découper…

Et pour éviter le coup où personne ne se « sacrifie » en allant à la chasse ou en foret pour ramener du bois à la collectivité, sachez qu’il existe deux emplacements d’action liés aux « Grands Anciens » de la chasse et de la foret. Ces emplacements offrent des effets assez puissants, mais impose aux meeples qui y sont placés d’aller directement à la chasse ou en foret à la manche suivante. C’est beau la générosité!

Conclusion

Une partie bien sympa, avec un Neta Tanka qui marche toujours bien. Sans être le jeu du siècle, il s’explique relativement vite, se prend en main encore plus vite et marche décidément très bien!
Le tout servi par le joli matériel de l’édition KS de laboitedejeu, nos deux amis ont apprécié!

Bon, par contre Madame remporte la partie, ce qui fait qu’on est désormais à 2 victoires partout dans notre calendrier de l’avent!

28 « J'aime »

C’est quoi ses pions bois ? Tu les as personnalisés toi même ?

Il me semble que ce sont les pions de la version Deluxe KS.

Non ce n’est pas les pions de la version deluxe il les a surement personnalisé lui meme

Ce sont bien les pions de la deluxe.
Pour les pions ressources, c’est des stickers trouvables sur BGG

2 « J'aime »

c’est les pions de la deluxe mais il a rajouté des stickers :wink:

1 « J'aime »

Je confirme pour les pions bois et peaux de mon jeu!
Il s’agit des pions de la deluxe, sur lequel j’ai collé des stickers!
Toujours deluxifier un jeu deluxe! :stuck_out_tongue:

2 « J'aime »

Ça me rassure lol. Je n’avais pas ses stickers sur ma version :grin:.

ça sent l’erreur de thread…

2 « J'aime »

JOUR 6 de mon calendrier de l’avent ludique

Soirée libre à la maison, on repasse sur du plus gros avec le dernier venu de la ludothèque qui parlera à beaucoup:

TOO MANY BONES - edition VF de LuckyDuckGames

Depuis sa réception le mois dernier, j’ai déjà enchaîné quelques parties solo. Pour Madame il s’agit d’une deuxième partie après lui avoir fait découvrir la semaine dernière.

Too Many Bones est un jeu expert coopératif, de combat tactique à base de dés, avec une petite touche de narratif humoristique, et un bonne dose de « character building ».
Les joueurs incarnent des Gearlocks, petites créatures aux oreilles d’elfe et caractère de nain, qui partent à l’aventure pour affronter un redoutable Tyran. Les joueurs vont enchaîner un certain nombre de rencontres journalières, se soldant généralement par un affrontement avec des vilains, afin d’acquérir suffisamment d’expérience et d’améliorer leurs personnages en vue de l’affrontement final.

Les joueurs disposent donc chacun d’un tapis où apparait leurs caractéristiques et les dés de compétence personnels débloqués en s’améliorant. Et au milieu de la table trône un tapis tactique, grille de 4 par 4, où se dérouleront les phases de combat contre les vilains.

Issu d’un financement participatif, ce jeu signé Chip Theory Games s’est rendu célèbre pour son choix éditorial haut de gamme. Ici pas de token lambda mais des jetons de poker. Pas de plateau cartonné mais des tapis néoprene cousus. Pas de sachets zip mais des tuckbox PVC. Bref, le jeu est non seulement très bon mais il est également très beau et y jouer est une vrai expérience! Too Many Bones demande un peu de temps et d’investissement pour être pris en main. Certains n’accrocheront pas du tout. Mais ce qui est sûr, c’est que si vous accrochez, c’est un must-have!!

Hier soir, nous décidons donc de partir défier le tyran Mulmesh, un worgen velu bien puant!
Madame incarnera Atomik, le lanceur de grenade, qu’elle avait déjà pris lors de sa première partie et souhaite rejouer maintenant qu’elle pense l’avoir en main.
De mon côté j’opte pour le tonitruant Furax que j’avais testé en solo lors de ma dernière partie.

Nous jouons en mode « découverte » en débutant la partie avec 2 PV et un point d’entrainement.

Les rencontres s’enchaînent avec pas mal de réussite. Atomik fait du dégât à distance, balançant de temps en temps une grenade à fragmentation bien douloureuse. Et Furax, fort de quatre, puis cinq dés d’attaque ravage les rangs adverses!

Petite frayeur sur une dernière rencontre « classique » où nous transpirons à grosses gouttes devant la file d’attente qui se masse à l’entrée du tapis tactique… Beaucoup trop de vilains à notre gout… Et des vilains un peu chiants, notamment des « robustes » qui ne perdent qu’un point de vie par un point de vie… Mais là encore, nous nous en sortons, bien aidés par les exécutions brutales de Furax et sa capacité comme un loup qui inflige une riposte de dégâts à ceux qui l’attaquent!

Il est maintenant temps de s’attaquer à Mulmesh à l’aube de cette septième journée.
Mulmesh le brutal.
Mulmesh et sa frénésie qui relance / cumule ses dés d’attaque.
Mulmesh le fourbe qui, s’il a moins de trois points de vie au début de son tour, sort du plateau et revient totalement régénéré à huit points de vie…

Le combat débute assez mal car Mulmesh n’est pas venu seul et nous envoie d’abord ses sbires.
Notamment deux gros vilains qui empoisonnent nos deux gearlocks à la fois…
Atomik a beau s’être planqué dans un coin, le poison lui fait du mal. Furax résiste un peu mieux en regagnant de la vie grâce à son compteur de morts et en se régénérant d’un point de vie à chaque manche grâce à une carte butin activée en début de combat.

Furax enchaîne les coups sur le côté, enfile son casque empoisonné et ses griffes de loup. L’attaquer devient périlleux pour les vilains et certains y laissent leur peau! D’autant plus qu’à l’autre bout du champ de bataille, un dragon un peu benêt balance des boules de feu sur Furax, incendiant au passage les vilains autour (dommages collatéraux qu’ils disaient).

Mulmesh entre sur le plateau à la manche 3 (ou 4, j’avais du sang dans les yeux et ça devenait confus…)
Il file en diagonale et va se glisser fourbement à côté d’Atomik. Deux coups de griffe et notre grenadier voltigeur tombe le nez dans la poussière. Mulmesh tourne alors son regard torve vers le dernier Gearlock debout… Ca sent mauvais… Très mauvais…

Furax vient de déclencher sa peau de kobold, lui octroyant une capacité « robuste » pendant deux manches. Et bien lui en a pris car cela lui permet de tenir face aux derniers vilains qui se ruent vers une mort certaine. Et à Mulmesh qui l’attaque à son tour…

Sauf que…

Se faisant, Mulmesh se prend un réplique. Moins deux points de vie et un effet poison qui s’activera à son prochain tour.
L’autre idiot de dragon crache son feu sur Furax et les dommages collatéraux roussissent le poil de Mulmesh. Moins deux points de vie pour le tyran.
C’est maintenant à Furax de jouer. Furax qui est remonté comme jamais. Furax qui a pas moins de cinq dés d’attaque à sa disposition et qui compte bien tout envoyer!!
Six dégâts! Rien de moins!

Mulmesh mort la poussière, alors que le poison cloque doucement sur son pelage terne.
Au loin, un dragon benêt, dernier survivant, contemple le cadavre fumant de son maître et tourne les talons.

Atomik git au sol mais le combat est gagné et la partie se solde par une victoire au bout de deux heures de jeu!!!

36 « J'aime »