Une semaine de nouveaux jeux sur Kickstarter (#46 du 20.04.2022)

Lien vers l’article : Une semaine de nouveaux jeux sur Kickstarter (#46 du 20.04.2022) - cwowd

Semaine exceptionnelle ! Si si : je suis en retard sur mon tour d’horizon des projets débarqués sur Kickstarter et autres la semaine passée. Et en plus je risque fort de soutenir deux voire trois projets. Vous vous en foutez mais ça en dit long sur la richesse de l’offre actuelle (mon rythme de croisière est tombé sous les un par mois…). OK, ça ne sera peut-être pas le cas pour vous; faites donc un effort, bon sang.

Coup de cœur pour The Dark Quarter de Lucky Duck et Van Ryder. C’est mérité, au moins pour l’ensemble de leurs œuvres.


Dans cet article vous trouverez un premier avis sur


Notre coup de cœur

The Dark Quarter

Jeu en français
On en discute

Un jeu narratif piloté par application. Un domaine dans lequel Lucky Duck Games est passé maître. Si on les critique facilement la où ils pêchent, il fait aussi applaudir ce qu’ils savent faire comme personne : mettre un téléphone/tablette au cœur d’un jeu au point de le rendre quasiment transparent. Et alors même qu’il est omniprésent.

Non, je vous rassure : ce n’est pas plus le bordel que d’habitude dans mon cerveau. Les deux sont bien possibles; c’est ce qui fait le secret des productions de Lucky Duck.

Si vous avez tâté de Destinies ou de Chronicles of Crime, vous connaissez en gros le principe; Pour les autres : un jeu d’enquête où les indices, progression etc. passent par des cartes ornées d’un QRCode. Et la lecture de celui-ci déclenche un événement sur la tablette commune (non fournie^^).

Texte descriptif, dialogue avec des PNJ, instructions de jeu… tout se passe par cet intermédiaire qui va également “gérer” la suite de l’enquête, les déplacements éventuels de PNJ, temporalités etc.

jeu The Dark Quarter - par Lucky Duck Games / Van Ryder Games

Recette à succès

L’Interface gère aussi la difficulté des tests de compétence qui fonctionnent, comme dans Destinies, selon un nombre requis de réussites connu seulement de l’I.A.

Cette petite inconnue, qui nécessite toujours un peu d’estimation et de prise de risque pour ne pas trop (ou trop peu) s’investir apporte la dimension humaine qui fait le succès de la série : peu importe que la partie se passe pour l’essentiel à lire un écran; ce dont on se souvient, au final, ce sont ces choix humains, sur des impressions. Qu’il vaut mieux “s’investir” plus sur un test pourtant anodin. Ou, au contraire, de cette décision soudaine de se limiter au strict minimum qui se révèle payante contre toute attente.

Lucky Duck Games a réussi à trouver un équilibre rare entre une application omniprésente jusque dans le moindre détail. Mais totalement absente des moments importants, où l’humain décide.

Adossé au savoir conter / rédiger de Van Ryder Games (Enquêtes à Los Angeles ) et bénéficiant du cadre exceptionnel d’une Nouvelle Orleans teinté de fantastique, ambiance Maléfices (le jeu de rôle, dont le reprint, financé sur Ulule il y a… 4 ans ? sortira peut-être un jour…)… voila un projet qui a tout pour plaire.

Et devrait, logiquement, être le plus gros succès de l’éditeur sur Kickstarter.



En ce moment chez nos partenaires

Sélection Pâques : 10 jeux à -15%



Ils se terminent


jeu Dead by Daylight -par Level 99

Dead by Daylight

Se termine le vendredi 22 avril à 3h.
On en discute. Sa campagne.

Jeu en français.

Le souci des tous-contre-un, avec une part d’inconnue, c’est qu’on ne peut y jouer à moins de trois. Pas grave, ce jeu rentre pile poil dans la case “à partager avec ses potes”. Si vous cherchez autre chose que du fun, passez votre chemin.

Pour les fans du jeu vidéo ? A l’exception du total hardcore qui a passé des milliers d’heures dessus, la plupart devraient y retrouver la tension, la sensation de stress, que peut procurer le jeu vidéo. De façon surprenante, d’ailleurs; tant le début de partie peut sembler planplan, sans enjeu. On se fait attraper par le tueur ? Pas grave, quelqu’un vient nous délivrer et on repart de plus belle. La belle affaire !

Et puis, peu à peu, avec les captures qui s’accumulent, l’étau se resserre, les fesses se serrent. Chaque action devient importante. La victoire semble de plus en plus incertaine. Tout le monde, chassés ou chasseur, sent bien qu’un tour de plus ou de moins, qu’une action bien choisie, ou bien devinée, réussi fera probablement la différence.

Ca ne fonctionnera évidemment pas avec tout le monde (le thème n’est pas non plus …”innocent”). Mais, ça fonctionnera avec la plupart, qu’ils soient amateurs du jeu vidéo ou n’en ont jamais entendu parler. Y compris pour celui qui joue le slasher, particulièrement jouissif.

Reste la question qui divise : pledge sec ou collector ? L’équation est simple : la seconde option double en gros le matériel de jeu et les options pour environ le double du prix. Si c’est un jeu que vous imaginez sortir occasionnellement… je suis certain que vous avez compris l’idée^^.

Seul bémol : le plateau de jeu. Et le design graphique en général, qui n’est pas convaincant.



jeuMaul Peak - par Pencil First Games

Maul Peak

Se termine le mardi 26 à 6h.
On en discute. Sa campagne.

Sauf improbable imprévu, et malgré probablement 2500 contributeurs, ce cher Eduardo Baraf ne devrait pas réussir à faire mieux avec ce projet que lors du Kickstarter pour Skulk Hollow dont il est l’évolution.

Le premier opus fut pourtant apprécié, pas parfait mais un très plaisant petit jeu asymétrique pour deux.

Maul Peak en reprend l’essentiel. Avec des règles améliorées. Des visuels encore plus choupinous (le premier était pourtant déjà réussi de ce point de vue). Très attirant. Mais probablement pas en doublon du premier, trop proche. Et certainement pas au double du prix que Skulk Hollow coûtait en boutique (et en français).



En ce moment chez nos partenaires

promo bal de promo 2022 - Jusqu'à 60 de réduction



Kingdom’s Rise & Fall - Dorian

Le projet aura finalement financé. Mais avec une récolte tellement faible pour un jeu de diplomatie / conquête qu’on peut s’inquiéter pour la suite.

Se termine le jeudi 21 avril à 15h. On en discute.


Feralis: Obscure Land

Il est rare que des jeux de cartes sortent du cadre Magic : enfin un titre qui ose une mise en page et une direction artistique différentes. Et sobres. Contrastant intelligemment avec des créatures au contraire bien dégoulinantes.

Dommage que les mécaniques, par contre, restent très classiques. Certes, il y a de petits twists comme le temps d’incubation des cartes. Mais ce n’est pas forcément un gage de plus de dynamisme, une des clés du succès des jeux de cartes d’affrontement. Le tarif incite de toute façon à attendre la sortie boutique.

Jeu en français. Se termine le jeudi 21 à 18h30. On en discute.


Traders and Raiders

Objectif de financement de ce reboot : 47 €. Bravo, c’est fait. Se termine le vendredi 22 à 1h18. Son financement.


Pit Formula

121 contributeurs : le calcul mental, ça ne paie pas. Se termine le 22 à 13h56. Son financement.


1888 North China

Un 18XX. Je ne te ferai pas l’insulte de juger le projet, c’est toi l’expert. Se termine le samedi 23 à 16h59. Son financement.


Silicon Valley

Grail Games n’aura pas réellement convaincu avec cette satire légère des startups prêtes à tout pour atteindre le graal : être valorisée à un milliard de dollars (les licornes, qui sont d’ailleurs désormais plus de 1000 dans le monde).

Malgré le ton assez léger, difficile de s’enthousiasmer, que ce soit pour les mécaniques à base de polyominos ou la réalisation assez sommaire.

Jeu en français. Se termine le mardi 26 à 16h59. On en discute.



Les sorties de la semaine


jeu For Northwood! - par Side Room Games VF par Boom Boom Games

For Northwood!

Sur Kickstarter jusqu’au 1er mai. Jeu en français.

Le financement. On en discute

Un jeu de plis en solo. Rien que pour l’audace, l’idée, ça mériterait un pledge. Même si, soyons honnêtes, le jeu tire plus vers le solitaire / puzzle à résoudre que le pur jeu de pli, en équipe, à se faire des clins d’oeil.

Comptez une quinze-vingtaine de minutes par partie… quand vous la menez à son terme. En cas de manque de bol de compétition, quelques minutes devraient suffire.

Comme quasiment tous les jeux de ce type, celui-ci n’est en effet pas recommandé aux allergiques au hasard. Tout le but de l’exercice se résume d’ailleurs à utiliser au mieux vos moyens de modifier votre main et la valeur/couleur de vos cartes pour tenter de remporter le nombre de plis demandé par chacun des huit territoires qui vous font face. Louper l’objectif n’est pas rédhibitoire. Mais remplir le contrat permettra d’avancer vers la victoire et de gagner un nouveau pouvoir pour prendre le contrôle des autres territoires.

Vous commencez chaque tour avec votre main de huit cartes. Et devez décider, selon cette main, combien de plis vous pensez remporter (le classique contrat des jeux de plis, ici variant de 0 pour le territoire le plus à gauche à 7 plis gagnés pour celui le plus à droite). Avec une particularité : chacun des huit territoires est dirigé par un Roi ou une Reine qui impose ses propres règles (notamment quelle couleur pour l’atout). Notez aussi que le contrat est à remplir exactement : gagner cinq plis veut dire aussi en perdre trois.

Pour vous aider au départ, vous disposez de quatre Valets (Jacks) et de leurs effets, chacun utilisable une fois par territoire / tour : échanger le noble (et donc la règle, l’atout), piocher deux cartes et en défausser autant, défausser toutes vos cartes d’atout (pratique pour gagner peu de plis)…

Chaque territoire remporté vous fait gagner la capacité de son chef qui ira rejoindre vos Valets. Et ceux-ci sont nettement plus puissants : la Lady of Leaves, par exemple, vous permet de piocher une carte et de réutiliser un de vos alliés.

Et on enchaîne ainsi les territoires en repartant à chaque fois / tour d’une nouvelle main de huit cartes, choix du contrat, manipulations en tout genre… jusqu’à remporter les territoires prévus (les 4 des extrémités, les trois avec une étoile etc.)

Le jeu propose évidemment une variété sans fin : territoires, leaders, mains de départ de chaque ronde… vous n’êtes pas prêts à jouer deux fois la même partie.

C’est bien foutu. Joliment réalisé. Intéressant. Pas simple du tout. Et disponible en français. Vous n’avez aucune excuse.



jeu Last light - par Grey Fox Games

Last Light

Sur Kickstarter jusqu’au 7 mai.

Le financement. On en discute.

Un 4X en 60 minutes. Même si je vais ensuite émettre de sérieuses réserves, on a rarement été aussi proche de voir tenue cette promesse récurrente.

Campagne difficile à cerner. Déjà car son auteur est “du milieu”, travaillant chez The Dice Tower; on baigne totalement dans la connivence. Il est donc (encore plus) impératif de tester soi-même la chose (dispo online).

Le jeu se vend comme un 4X (eXplore, eXpand, eXploit, eXterminate) rapide, on peut reconnaître qu’il est rapide. Et pas inintéressant. Le 4X (enfin, le 3X, l’eXterminate est parti en vacances) est probablement de trop pour ce jeu qui en reprend la symbolique; mais ça reste de l’action selection en simultané où tout le monde se déplace/développe en permanence pour extraire des minerais de différentes planètes.

Pour le souffle épique, il faudra être très très imaginatif…



En ce moment chez nos partenaires

destockage de jeux blackrock games fevrier 2022-01



jeu The Paradox Initiative - Par Elf Creek Games

Paradox Initiative

Sur Kickstarter jusqu’au 30 avril.

Le financement. On en discute
.

Elf Creek Games (Atlantis Rising, Merchants of the Dark Road, Honey Buzz…) réalise une de ses campagnes les moins réussies. Ou, en tout cas, qui donne le moins envie du jeu.

Alors que celui-ci est pourtant intéressant…

Il n’est pas inutile de rappeler qu’il s’agit d’une révision d’un titre qui avait été financé sur Kickstarter avant le boom de la plateforme. Et que c’était un jeu plutôt sympathique (mais je suis bon public dès qu’on me parle voyages dans le temps, paradoxes spatiotemporels etc.), dans le registre “chaque carte qu’on joue a des effets sur la trame de l’espace-temps qu’on doit rapidement corriger en jouant d’autres cartes qui vont ajouter des effets etc.”.

On retrouve globalement les mêmes mécaniques. Légèrement retravaillées : partie raccourcie (pas un mal), des effets temporels moins pénalisants, un jeu (probablement) plus dynamique… Le tout dans un enrobage à la hauteur de ce que l’éditeur sait faire de mieux.

On apprécie naturellement le remplacement des tokens en carton, beaucoup manipulés durant les parties, par des jetons en céramique façon poker… pour la Deluxe. Qui est évidemment le pledge à privilégier; même si ce n’est pas donné (90 € tout compris : ouch ! Mais avec 150 jetons de poker, logique). Et bonne chance, alors, pour résister aux très jolis playmats…



Robotech Macross DOG FIGHT- The Miniatures Game.

Je ne suis pas un fan de Robotech (et encore moins de Robotech Macross) mais j’imagine que, pour qui l’est, ceci est l’équivalent local de mon X-Wing chéri. Je me garderai donc de dire quoi que ce soit concernant l’intérêt, le prix etc. : si tu aimes, tu es certainement déjà en train de tortiller les fesses à l’idée des mois de pates que cet amour risque de te coûter…

Sur Kickstarter jusqu’au 3 mai. La page KS.


DC Deck-Building Game 10th Anniversary.

Départ inattendu, très belle campagne (inattendue aussi). Cette gamme semblait pourtant plutôt moribonde et globalement délaissée après une décennie à se faire étriller par des productions plus intéressantes et estampillées Marvel. Et paf ! Un KS avec un pack pour collectionneurs à $350 (hors port et TVA^^) et ça devient tout à coup désirable.

Sur Kickstarter jusqu’au 12 mai. La page KS.


Escape from Stalingrad Z.

Un dungeon crawler qui tient en un livre. Et en français !

Plus qu’à imprimer quelques feuilles de perso et trouver une poignée de dés, le livre s’ouvre pour créer les différentes maps (comme pour Gloomhaven : les machoirs du lion). Et si c’est encore trop pour vous (environ 40 €), un pledge tout en pdf est même proposé. Ca, c’est de l’éditeur qui a envie qu’on y joue à son jeu !

Evidemment, des pledges plus traditionnels sont aussi proposés. Jusqu’à la Deluxe avec figurines pour un tarif aussi dissuasif que tous les jeux dont le thème est d’échapper à une ville infestée de zombie (ravagée en plus, ici, par la Seconde Guerre Mondiale; y’en a quand même qui manquent cruellement de chance -et oui, ça rappelle beaucoup Call of Duty en mode nazi zombie).

Jeu en français. Sur Kickstarter jusqu’au 2 mai. On en discute.



En ce moment chez nos partenaires

Ventes privées Philibert le 20 avril à midi



Blade Rondo.

Comme souvent pour les campagnes de Japanime Games, on ne sent aucun effort pour aller convaincre au-delà des fans du manga adapté. Et chaque campagne semble encore moins intéressante que la précédente… Sur Kickstarter jusqu’au 28 avril. La page KS.


Stellar Expedition.

Comme suspecté, pas assez différencié pour se faire remarquer parmi la masse de jeux de conquête SF. Sur Kickstarter jusqu’au 12 mai. On en discute.


Fortress of Terror.

Du roll and write en Print and Play mais avec des éléments de jeu d’aventure / “donjon” en plus. J’essaie en général de ne pas craquer pour ces conneries; ça ne coûte peut-être que quelques euros mais c’est toujours ça de perdu si “on” ne joue pas avec. Mais, là… argh ! Sur Kickstarter jusqu’au 29 avril. La page KS.


Table Golf Association.

Du jeu de pichenette. Assez onéreux (comme souvent dans la pichenette). Pour le thème ? Parce que ça ne déborde pas d’originalité. Sur Kickstarter jusqu’au 12 mai. La page KS.


Birds of a Feather: Western North America.

Un petit jeu de cartes à $20. Qui, port et TVA ajoutés, vous coûtera 40 €. C’est magique. De toute façon, depuis le carton de Wingspan, il sort chaque mois un jeu sur les oiseaux… Sur Kickstarter jusqu’au 5 mai. La page KS.


Don’t Let It Die.

Je ne sais pas pourquoi mais j’ai un élan de sympathie pour ce jeu. J’aime cette idée de néanderthaliens découvrant les secrets du feu dans un peu traité naïf, presque enfantin. C’est frais et agréable, avec un gameplay coop plutôt classique mais efficace. En toute honnêteté, je ne pledgerai probablement pas; je m’abriterai derrière l’excuse de l’anglais toujours gênant pour un jeu assez grand public (la meilleure excuse du monde^^). Sur Kickstarter jusqu’au 4 mai. La page KS.


Iconoclash.

Un jeu de cartes d’affrontement qui reprend des univers de Level 99 (Bullet :heart:, Exceed, *BattleCON *etc.), est soutenu par Level 99 mais pas produit par cet éditeur réputé dans les jeux de cartes d’affrontements (tu as lu la liste entre parenthèses ?). Sur Kickstarter jusqu’au 7 mai. On en discute.



Et ce sera tout pour cette semaine. N’oubliez pas que backer c’est bien, jouer c’est mieux !

11 « J'aime »

T’es quand même le plus doué des influenceurs : je n’ai pas aimé Chronicles of Crime, je me méfie de LDG après le (futur) fiasco de la trad de Sleeping Gods, et pourtant tu m’as mis le doute pour Dark Quarter…
Mais je reste fort.

Avec un vrai doute pour Escape from Stalingrad Z version « light » (mais pas que PDF c’est pas pratique).

2 « J'aime »

Alors, je n’ai pas dit qu’il était intéressant de le backer. Je reprend juste le vote des membres. Personnellement, j’attendrai personnellement la sortie boutique (et encore, à voir si madame apprécie le thème. Ce sera essentiellement pour qu’on joue ensemble)

Ah je trouve que le thème mature fait aussi sa force (mais bon, je pense que la nostalgie « Maléfices » joue à plein… Mes débuts dans le JdR, a long time ago in a galaxy far, far away…)

1 « J'aime »

Pour Paradox Initiative, ils vendent un jeu avec des playmats, ou bien ils vendent des playmats, et un jeu à coté ?

2 « J'aime »

HAIL MARDUK !

voilà, ça c’est dit …

1 « J'aime »

:thinking:

oui à la base,
mais depuis :
MARDUK

Un souci avec Marduk ? Perso, je l’ai pris au pif, premier « sumérien « qui me vienne à l’esprit . Des fois que cette divinité a été récupérée à des fins qu’elle même ignore, télé n’est pas mon propos. Vous pouvez remplacer par n’importe quelle déité de n’importe quel panthéon, peu m’importe.

aucun souci, mais c’est plutôt un dieu qu’une déesse (ou alors elle a de la barbe :sweat_smile: )

c’est une affaire personnelle ?

3 « J'aime »

Il existe une très belle étude qui explique comment les déesses mésopotamiennes sont devenus des dieux avec l’essor de l’urbanisme. Je ne me souviens plus d’où je l’ai lue. @hexolitemax , on est dans ton domaine, t’aurais pas ça en stock ? C’était passionnant (et édifiant) en tout cas.

1 « J'aime »

Ah le coup bas. Je suis KO debout. :joy:
Putain 4 ans :sob:

1 « J'aime »

Non désolé je ne connais pas mais ça m’intéresse si tu retrouves :slight_smile:

Je vais chercher. C’est peut-être un bouquin dans ma biblio mais il me semblait que c’était en ligne

1 « J'aime »

Table golf association : tu as tellement un avantage si tu es ambidextre.
Le jeu ne m’intéresse pas et ca coute beaucoup trop cher, je préfère encore sortir mon crokinole si une envie de jeu de pichenotte me tenaille.

pourquoi j’ai jeté un oeil??? c’est trognon comme jeu çà… c’est en anglais , youpi!!!

3 « J'aime »

Transformation d’un panthéon féminin lié à l’agriculture (néolithique) en masculin lié à l’âge du bronze et le développement des castes guerrières ?

en gros, oui.

En y repensant, ça devait évidemment être lié à Gilgamesh…